Images

Intérieurs

Margot se maquille - Copie
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (27/01/15)

En contemplant ma deuxième photo, je me suis souvenue d’un des reproches qui avait été fait et j’ai trouvé l’idée de décorer cette salle de bain, afin de rattacher la scène à la réalité. J’ai donc pris mes deux autres photos, j’en ai fait des calques et j’ai réduit leur taille pour avoir un format carte postale. J’ai utilisé l’outil de distorsion sur photo-filtre pour pouvoir suivre la perspective du mur, afin qu’on ai l’impression que les photos sont collées au mur. Il a ensuite fallut que je retouche la colorimétrie des deux photos incrustées, pour qu’elles forment une harmonie avec le reste de la photo principale. Le résultat manquait de relief et de texture. J’ai essayé de penser à ce qu’il y aurait sur ces photos si elles étaient vraiment dans la pièce.  Je me suis souvenue que quand j’avais pris cette photo, je l’avais prise derrière la vitre de la douche, il me fallait donc restituer cette impression et laisser apparaître les gouttes au premier plan. Il fallait aussi recréer l’éclairage. J’ai  donc prélevé la couleur de la lumière en haut à gauche avec l’outil tampon et j’ai éclaboussé mes deux petites photos avec. Pour la touche finale j’ai rajouté un effet d’ombre sur mes deux calques pour ajouter un certain relief.

Je me suis arrêtée quand j’ai vraiment eu l’impression que ma première et troisième photo faisaient partie de la deuxième. La difficulté de ce troisième billet a été de trouver une idée pertinente qui ait du sens. J’avais fais plusieurs essais de superposition de mes trois photos en découpant personnage par personnages et en les disposant ça et là, choisissant lequel faire ressortir, lequel mettre en arrière. Je suis arrivée à un résultat intéressant, mais un résultat auquel je ne trouvais aucun sens. J’ai donc décidé de rester dans une idée de réalisme et de récréer l’ambiance de ma photo principale et d’en imprégner les deux autres photos. J’ai trouvé qu’il s’agissait d’une manière originale d’utiliser mes trois photos tout en gardant un côté assez réaliste.

Jeanne Vidal-Giraud

Léon en goguette

(Cc) Louise Tressens 08/04/1991

(Cc) Louise Tressens 08/04/1991

Pour cet exercice complexe qui consiste à relier nos trois photos en une seule, je m’en suis voulue de ne pas avoir deviné le traquenard avant de les photographier. Force est de constater qu’elles n’ont aucun rapport. Pour les mélanger, j’ai donc choisi d’intégrer un élément de chaque photo sur une troisième, ayant une composition plus accueillante. La photo de la file d’attente du restaurant l’Entrecôte m’a donc servi de photo de fond à laquelle j’ai ajouté Léon (mon nounours poussiéreux), son jumeau maléfique et la tête de cerf en carton (qui domine sur mon salon). Je voulais produire un résultat humoristique et réfléchi, plutôt qu’une simple expérience de tâtonnement sur Photoshop.

D’un point de vue technique, j’ai utilisé les seules fonctions de Photoshop dont je sais à peu près me servir: le détourage.
Avec l’outil plume, j’ai sélectionné le contour de mon ours en peluche en ajoutant des points d’ancrage pour plus de précision. J’ai répété l’opération pour la tête de cerf a qui j’ai du ratiboiser les bois pour plus de cohérence dans le collage. J’ai ensuite mis la photo en noir et blanc pour la rendre plus esthétique puis collé les deux ours sur les côtés verticaux, de manière à ce que leur corps coupés correspondent à la limite du cadre.

Louise Tressens

Premier hiver à Bordeaux

10836541_10205406146537629_722721411_n
(cc) Varvara Stroganova (08/12/2014)

Pendant la saison d’automne j’ai profité du beau temps à Bordeaux. Il est difficile d’y croire mais à Moscou l’hiver arrive dès le mois d´octobre. A cette période là, il n’y a plus de feuilles sur les arbres. Les moscovites commencent à devenir égris à cause de l’absence de soleil et de lumière pendant la journée, et du fait que ce mauvais temps perdure pendant au minimum six mois. J’ai beaucoup d’amis qui ont envie de quitter Moscou à cause de ces conditions climatiques. Pour ces raisons, ils profitent de l´hiver pour voyager dans les pays tropicaux, et ainsi fuir le froid. C’est pourquoi j´aimerai décrire ce que je ressens et plus précisément combien je souffre depuis que le mauvais temps est apparu à Bordeaux. Dans ma chambre à Moscou, il y a un chauffage dans lequel coule l’eau chaude pendant les six mois d´hiver. Ce chauffage commence à me manquer car avec cette chaleur je peux dormir la fenêtre ouverte en plein hiver! Chez moi, en Russie, c’est un endroit où je me sens toujours très bien et au chaud, même si dehors il fait moins 15 degrés. Alors même que je suis dans mon appartement bordelais, je dois mettre mes vêtements les plus chauds, comme si j’étais habillé pour sortir et affronter l’hiver dans la rue.

Alors, avant de prendre cette photo j’ai décidé de mettre des objets sur ma table s’associant avec le froid et l’hiver. Il s’avère que je n’en avais pas beaucoup. J’ai aussi mis mes habits les plus chauds. J’ai pris plus de 20 photos en déplaçant mes objets. En effet, j’ai essayé d’expérimenter avec les jeux de lumière et en déplaçant mes livres sur mon étagère. Les clémentines étaient si bonnes que tout au long de ma séance photo je les ai presque toutes mangées, en me rendant compte qu’il manquait toujours quelque chose pour avoir la photo parfaite. En plus, les photos étaient très illuminées à cause de mon ordinateur qui était ouvert. L’idée m’est venue de le fermer, et j’ai enfin réalisé la photo qui me semblait la plus appropriée. Vêtue de mon bonnet et de mes vêtements chauds, je me sentais tellement bien que je ne les ai pas quittés de toute la soirée!

Cette photo m’a fait penser que ce n’était peut-être pas en vain qu’en France on essayait d’économiser le chauffage, l’eau et et l’électricité. Chacun ici décide lui-même de comment il va se chauffer chez soi. En Russie, mon pays d’origine, qui possède des ressources énergétiques immenses, c’est tout à fait différent. Lors de l’hiver, infini et froid, les Russes utilisent le chauffage central. Malgré le climat sévère, les dépenses des habitants pour le chauffage restent minimes. A Moscou, j’ai régulièrement vu passer des campagnes de sensibilisation pour économiser l’énergie. Je comprenais le principe, mais ce n’est qu’en France que j’ai enfin compris l’importance de ce genre d’appels à être attentif à la nature. Pour l’instant, je ne me suis pas tout à fait habituée à économiser l’eau et l’électricité, mais je m’y fais petit à petit, apprenant à comprendre qu’il existe des endroits où l’eau et le chauffage sont précieux.

Varvara Stroganova