Sons

Berceuse ukrainienne

Il fait dix degrés en dessous de zéro, la neige crissent sous les pas, tandis que la nuit s’abat sur Donetsk. Dans les rues de cette ville meurtrie par la guerre, on murmure toujours « bonne nuit », sans être certain qu’elle le sera. Dans le fracas des bombes, les mères tentent d’apaiser les enfants. Ils parviennent à s’endormir, malgré les détonations qui déchirent la nuit. Ils sont désormais habitués à l’enfer de la guerre à l’enfer d’une guerre qui n’épargne personne

Screen REAPER FULL

Les trois petits cochons

Souhaitant raconter une petite histoire commune à toutes les générations, j’ai choisis de raconter l’histoire des trois petits cochons. J’ai utilisé les voix et les récits de différentes personnes, de sexes différents et de tous âges pour montrer ce côté universel. Ce mélange d’histoire sonore donne un aspect intimiste à la création audio ce qui pour moi était important puisque le sommeil et le moment où l’on va se coucher sont des instants intimes, personnels mais pourtant vécu quotidiennement par tout le monde. L’histoire est racontée sur le son d’une boite à musique. C’est en quelque sorte ce qui commence et ce qui conclut le récit puisque c’est le son de cette boite que l’on entend en premier et en dernier. Cela donne un effet éphémère et magique à la création puisqu’on dirait que le récit sort lui aussi de cette boite à musique avant de s’arrêter avec elle. Afin de rajouter de l’efficacité au récit et pour le rythmer un peu, j’ai choisis d’utiliser quelques sons d’ambiance et quelques bruitages illustrant l’histoire et les actions énumérés par les lecteurs des trois petits cochons.

J’ai eu beaucoup de difficultés à imbriquer les récits les uns à la suite des autres. Le son n’étant pas de la même qualité. Certain passages sont parasités par des bruits ambiant gênant, d’autres sont plus distincts. Le volume de la création sonore est donc changeant. J’ai également eu beaucoup de mal à écrire l’histoire de façon souple, fluide et bien rythmé par manque de temps. Le projet, ne devant pas dépasser deux heures trente m’imposait de couper des parties de l’histoire, d’en raconter qu’un passage ou de tout imbriquer à la suite sans possibilité de rajouter des moments de silences et de coupures.

Coline Portet.

 

Macabre ritournelle

 

capture REAPER

Au lieu de m’évoquer une comptine, un moment tendre de l’enfance ou le marchand de sable, la boîte à musique me fait penser à un film d’horreur. Comme une sorte d’accumulation de procédés terrifiants, cette séquence sonore est décomposée en trois temps distincts:
– Le temps de la recherche de la proie avec les bruits de pas sur un parquet qui craque, puis le grincement d’une porte avec en fond, le bruit sourd d’un violent orage. Les éléments sonores d’un film d’horreur sont d’ores et déjà posés.
– Le moment de l’arrêt, de la préparation. On entend alors la boîte à musique qui survient comme un mode opératoire du meurtrier, comme une signature qui lui est propre. Il aiguise son couteau.
– La phase de passage à l’acte à travers un cri saisissant de douleur qui s’estompe quand vient la mort tandis que le grondement de la nature reprend le dessus sur le paysage sonore.

Loin de moi l’idée de vouloir faire original, le son de la boîte à musique me fait particulièrement peur et ne m’évoque, en fin de compte, qu’une composition musicale macabre. Peut-être parce que je n’en ai jamais eu, ou alors parce que j’en ai vraiment entendu dans un film d’épouvante. Toujours est-il que le résultat de mon billet son, après moult écoutes de perfectionnement, me fait moi-même froid dans le dos: mission accomplie?

Louise Tressens

 

Jouer dans les feuilles mortes

Un après midi pluvieux à Bordeaux avec mon acolyte afin de prendre LA photo. En réalité on traîne des pieds, on râle beaucoup, on blâme le manque d’inspiration, la mauvaise lumière… Coline me confie qu’elle préférait photographier les feuilles mortes, et c’est en regardant ce qu’elle me désigne que je remarque mes deux petits sujets en train de s’amuser parmi ces feuilles.  Je les ai photographié juste après, alors qu’ils allaient monter dans le tram.

J’ai donc décidé de retranscrire cette conversation dans mon billet son. Je trouvais intéressant de mêler prise de son et échantillons trouvés sur une banque en ligne. J’ai téléchargé plusieurs sons en ligne afin de recréer une ambiance de ville, avec les bruits du tram, des gens qui marchent et qui parlent. J’ai en suite enregistré mon dialogue avec l’aide de l’iphone de ma colocataire et la voix d’une amie dans le rôle de Coline. Pour le montage sonore, j’ai commencé à le faire sur le logiciel Cubase, pour au final échouer au moment de l’export. J’ai donc repris mes bonnes vielles habitudes et j’ai refait mon montage avec Adobe première comme je fais d’habitude.

J’aime particulièrement la sensation de mélancolie qui se dégage à la fin de mon billet son. J’ai décidé d’effacer tous les sons de la ville pour ne garder que le bruit du vent dans les feuilles. Cela confère un côté un peu poétique, comme en dehors du temps. Je trouve que cela retranscrit bien l’état d’esprit dans lequel devaient se trouver les enfants de ma photo lorsqu’il ont du arrêter de jouer pour aller prendre le tram.

Jeanne Vidal-Giraud

 

Quai des adieux

Manon Sultana (c) 2015
Manon Sultana (c) 2015

Ecrire l’histoire qui se passe avant la photographie, une grande première. Par contre, les adieux à la gare je connais. Ma photographie montre deux inconnus amoureux se disant au-revoir sur le quai de la gare. Ce moment là me rappelle Les parapluies de Cherbourg et la poésie. Alors j’ai essayé d’écrire un texte racontant l’histoire des deux amoureux mais sans succès. Alors j’ai cherché le synopsis du film Les parapluies de Cherbourg et j’en ai modifié le texte. A la fin j’ai rajouté une prise de son directe du lien entre ce film et ma photo: deux amants se disant au revoir sur le quai de la gare comme pour Geneviève et Guy à Cherbourg. Le lien texte et son me parait poétique, ce qui me touche. Alors je me décide a m’enregistrer en lisant le texte. Je pose cette bande son sur Reaper et je télécharge des bruitages de personnes dans une gare, d’annonce SNCF, la chanson des parapluies de Cherbourg, d’un sifflement de train etc. La musique commence par une annonce SNCF de départ de train retenti, avec en fond des bruits de pas de passants. Puis je voulais que la musique des Parapluies parte en même temps que la lecture du texte, mais doucement. La fin du texte est coupé par un sifflement de train puis par l’annonce finale du départ du train. Je trouve que cette musique est adaptée à la photographie des deux amoureux qui s’embrassent peut être pour la dernière fois pour un temps inconnu de tous. C’est un moment hors du temps entre deux personnes qui se quittent.