Archives par mot-clé : vivre

Dansez, sinon nous sommes perdus

Dansez, sinon nous sommes perdus (cc) Émilie Donès (08/12/2013)
(cc) Émilie Donès (08/12/2013)

La danse est une partie de moi. Je danse dès que l’occasion se présente, sans jamais réfléchir, simplement car j’aime être bercée tout au long de la journée. J’ai voulu dans mon billet faire passer un message. Ce dernier est en rapport direct avec le titre « Dansez, sinon nous sommes perdus », citation de la célèbre chorégraphe allemande Pina Bausch. Ce moyen d’expression est la plus simple façon pour moi d’exprimer ce que je ressens, de me défouler mais également de m’évader. Ainsi, afin de me représenter, j’ai choisi de danser, comme à mon habitude, dans mon appartement, en accompagnant chacun de mes gestes quotidiens. Au milieu de mon environnement habituel, dimanche 20h, je décide d’écouter « Rayuela » de Gotan Project tout en mettant de l’ordre dans mon salon.

Je décide afin de représenter au mieux possible la vision de mon intimité, d’évoluer dans mon appartement, sans modifier quoi que ce soit à la disposition du mobilier et de mes effets personnels. Les lumières sont disposées de façon à représenter au mieux le sentiment chaleureux que je souhaite partager en dansant. Au premier plan, la table basse permet aux personnes visualisant la photo de se positionner en tant que spectateur.  La photographie a été prise avec un Sony Nex 5n équipé d’un objectif 18-55mm que j’ai posé sur un support stable. Après avoir défini l’angle de prise de vue, j’ai utilisé le retardateur afin de me prendre tout seule. Il ne me restait plus qu’à me positionner dans le champ et à danser de manière naturelle en oubliant l’exercice. Par choix esthétique, j’ai choisi de sous-exposer légèrement ma photographie. Parallèlement à cela, j’ai souhaité obtenir un rendu flou permettant d’accentuer l’effet de mouvement. Ainsi, j’ai choisi de travailler avec une lumière de base tamisée tout en tentant de jouer sur le couple vitesse/diaphragme. Un diaphragme plus fermé a permis au capteur de recevoir moins de lumière dans le temps imparti de la prise de vue et une vitesse réduite a permis d’accroitre l’effet de flou que je souhaitais mettre en avant.

Emilie DONES.

Le réveil

Le matin me renvoie au moment du réveil. Vous savez, ce moment ou vous émergez de votre sommeil.

Vos yeux s’ouvrent et vous voyez clairement chaque petit détail qui se trouve devant vous. Les images floues et chaotiques de vos rêves ne sont plus qu’un lointain souvenir. Lointain mais tellement proche à la fois.

Un bruit, puis deux, puis une multitude. La rue, c’est la ville que vous entendez. Mais où est donc passé cet endroit merveilleux où je flottais dans mes rêves ? Il s’est évaporé au moment où cette mélodieuse alarme a retenti.

8h20. Vite ! Le temps passe toujours trop vite le matin.

8h30. C’est l’heure de partir.

Le matin est l’effervescence d’un moment qui s’évapore aussi vite qu’il est arrivé. Il s’empare de vous pendant quelques heures, il vous exalte ! Puis, dès que vous prenez conscience qu’il est bel et bien là, vous n’avez qu’une solution : le subir ou le vivre.

Pour réaliser ce travail, j’ai décidé de combiner des enregistrements vocaux ainsi que des bruitages. Pour le premier, il s’agit de ma voix ; pour le deuxième, les pistes sont prélevées d’une banque de données en libre accès sur internet. Je n’ai rajouté aucun effet car je trouvais qu’il n’y en avait pas besoin, ensuite, je l’avoue, n’étant pas très douée et à l’aise avec cet outil qu’est l’ordinateur, je n’ai pas voulu prendre trop de risques.

Alison Goizet