Archives par mot-clé : ville

Jouer dans les feuilles mortes

Un après midi pluvieux à Bordeaux avec mon acolyte afin de prendre LA photo. En réalité on traîne des pieds, on râle beaucoup, on blâme le manque d’inspiration, la mauvaise lumière… Coline me confie qu’elle préférait photographier les feuilles mortes, et c’est en regardant ce qu’elle me désigne que je remarque mes deux petits sujets en train de s’amuser parmi ces feuilles.  Je les ai photographié juste après, alors qu’ils allaient monter dans le tram.

J’ai donc décidé de retranscrire cette conversation dans mon billet son. Je trouvais intéressant de mêler prise de son et échantillons trouvés sur une banque en ligne. J’ai téléchargé plusieurs sons en ligne afin de recréer une ambiance de ville, avec les bruits du tram, des gens qui marchent et qui parlent. J’ai en suite enregistré mon dialogue avec l’aide de l’iphone de ma colocataire et la voix d’une amie dans le rôle de Coline. Pour le montage sonore, j’ai commencé à le faire sur le logiciel Cubase, pour au final échouer au moment de l’export. J’ai donc repris mes bonnes vielles habitudes et j’ai refait mon montage avec Adobe première comme je fais d’habitude.

J’aime particulièrement la sensation de mélancolie qui se dégage à la fin de mon billet son. J’ai décidé d’effacer tous les sons de la ville pour ne garder que le bruit du vent dans les feuilles. Cela confère un côté un peu poétique, comme en dehors du temps. Je trouve que cela retranscrit bien l’état d’esprit dans lequel devaient se trouver les enfants de ma photo lorsqu’il ont du arrêter de jouer pour aller prendre le tram.

Jeanne Vidal-Giraud

 

A poor lonesome cowboy

Le premier billet photo que j’ai réalisé n’était pas, à mes yeux, le meilleur. C’est pourquoi, j’étais quelque peu déçue de devoir créer du son en réponse à ce travail. Cette image représente un groupe de jeunes, qui rythmés par la musique country d’un chanteur de rue, s’est mis à danser. Il faisait nuit ; la place de l’Opéra était presque vide. Quels sons puis-je bien agencer à cette photographie ? Comment puis-je aborder ce son ? Comment puis-je intégrer ma propre voix ? J’aurai bien poussé la chansonnette… Mais encore faut-il savoir chanter ! Puis, l’Idée m’est venue. Et si je me transformais en un animateur radio ? Je serais un envoyé spécial, chargé de commenter un grand concours amateur de danse se déroulant à Bordeaux. En parallèle, j’amènerai des sons issus de mon véritable périple nocturne. En effet, avant de me retrouver sur le parvis de l’Opéra, je m’étais promenée, l’âme vagabonde, dans les rues du centre-ville. J’étais même allée jusqu’à la fête foraine qui s’était installée place des Quinquonces. La grande roue est d’ailleurs visible sur ma photographie. Pour ce billet son, j’ai d’abord fait l’inventaire des sons qu’il me fallait : des ambiances nocturnes de rue, des ambiances de fête foraine, des bruits de pas, des cloches de tramway. Mais aussi de vaisselle, de clefs dans la serrure. Je suis parvenue à capter une grande partie des sons en prise réelle, mais j’ai été contraint pour les autres de prendre des pistes audio sur internet. J’avais, également, besoin de bruits de grésillement radio. Je comptais agencer à ces sons très réalistes, une atmosphère très ambigüe, hors du temps – qui amène l’interrogation. C’est ainsi que j’ai intégré à ce billet des interférences de radios datant de la seconde guerre mondial ou bien encore des bruit d’ouverture de coffre fort. J’ai monté tous ces sons comme si deux histoires se battaient pour prendre toute la place sur la bande sonore : la première véritable et l’autre issu de mon imagination. C’est ainsi que le chanteur de rue country, qui était seul en réalité, s’est trouvé accompagné de musicien dans la bande sonore. Il m’a été difficile, ne m’y connaissant pas très bien en montage son, de travailler les transitions. J’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois pour éviter les coupures un peu trop nette. Mais, au final, je suis tout de même parvenue à donner une certaine fluidité à ma création. Listen !

Camille Nivat

Fluctuat Nec Mergitur

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Redonner des Couleurs (cc) Dorian D. (24/11/2013)

Le monde m’a toujours fasciné et déçu, attiré et repoussé, trahi par les “combines” et les désillusions. Pourtant il en né tant de réflexions… J’ai choisi de le représenter tel qu’il m’inspire, par un croquis du mur au fond de mon jardin. Ce mur m’a souvent servi de refuge lorsque j’étais enfant, il a connu tous mes états d’âme, toutes mes joies et toutes mes peines. Il a aussi été un rempart contre la morosité du monde qu’il laisse pourtant entrevoir. Un jour de spleen, j’ai décidé d’y peindre des crayons de couleurs… C’est souvent de la tristesse que jaillit la création.

J’ai voulu montrer la relation au monde qu’entretient un enfant triste et qui s’ennuie au fond d’un jardin. J’ai choisi le format A5 par contrainte de temps, le dessin à la plume étant chronophage. Cette réduction a été rendue possible par l’usage d’une plume dont la pointe ne mesure que quelques dixièmes de millimètres. J’affectionne cet outil tant pour le dessin que l’écriture : l’encre de Chine interdit l’erreur. Cependant, deux difficultés persistantes, dont il faut s’accommoder, résident dans la maîtrise de l’épaisseur du trait et du débit de l’encre. Dans ma recherche artistique j’ai choisi de ne pas utiliser de règle afin d’éviter un résultat trop rigide, trop rectiligne, qui m’aurait déplu. Ainsi, les murs ne sont pas droits et les perspectives sont faussées : peu importe, le monde est ainsi conforme à ma pensée, bancal. Mais j’ai voulu également représenter l’espoir dans ce dessin terne : j’ai allumé le lampadaire…

Dorian D.

Un instant

IMG_0429
“Souffle” (cc) Morgane Kerarvran (11/11/3013)

Pour ce nouvel atelier, on m’a demandé de représenter un lieu qui m’inspire. Pour une fois je n’ai pas eu à sonder les tréfonds de ma mémoire pendant une heure. J’ai toujours été captivé par la ville, pour les milliers de gens qu’elle accueille, pour les millions de formes qu’elle nous offre. Dans ses rues et ses quartiers s’animent des corps, des histoires. Chaque centimètre porte la marque d’instants fugaces, chaque rue a été le témoin d’histoire et d’aventures. La ville est une fourmilière ou tout s’anime, se croise et s’agite.

J’ai donc réalisé un travail à l’aide d’acrylique et de pochoirs. J’ai découpé des blocs, en formes de carrés et de rectangles, afin qu’ils rappellent grossièrement l’apparence d’immeubles. Je les ai enduits de peinture et les ai rapidement déposés sur ma feuille, afin que la matière picturale ne laisse qu’une trace de son passage. Ensuite, j’ai dessiné des personnages, car je ne conçois et n’imagine jamais rien sans eux. J’ai recouvert les silhouettes de bleu en dépassant un peu pour qu’il ne reste plus que l’empreinte des figurants. J’ai choisi cette technique car elle permet de montrer une impression, celle d’un lieu rempli de signes et d’ombres. Les motifs et les couleurs restent sobres, afin de briser la figuration et de laisser plus de place au signe.

Morgane Kerarvran