Archives par mot-clé : Trottoir

Avec Domicile Fixe

Avec Domicile Fixe. (cc) Tristan Leyri. (08/12/2013)
(cc) Tristan Leyri (08/12/2013)

«D’où viens-tu?». C’est généralement l’une des premières choses que l’on demande lors d’une rencontre.  Cela permet de se faire une idée de la personne qui est en face de nous. C’est un moyen de la définir, de lui attribuer une identité ou bien simplement d’engager la conversation. Quoi qu’il en soit, je déteste cette question.  Est-ce que ça signifie : où as-tu passé ton enfance ?  Où vis-tu en ce moment ? Où as-tu passé le plus de temps ? Moi je me considère comme étant une sorte de clochard ambigu, un vagabond sédentaire, un nomade enfermé. J’ai toujours eu un domicile fixe et je ne me souviens pas avoir dormi sur les trottoirs;  mais ce domicile n’arrête pas de changer, à un tel point que je ne me sens chez moi nulle part. Il s’agit là d’un ressenti personnel, une idée qui me trotte dans la tête chaque fois que l’on me demande si je suis d’ici ou d’ailleurs. Je n’en sais rien.

Pour jouer avec ce sentiment d’errance, j’ai décidé d’entrer dans la peau d’un hobo, d’où la guitare et le chat, en référence au film Inside Llewyn Davis. J’ai aussi cherché à tromper le spectateur, à la manière d’un trompe l’œil, en lui donnant l’impression que la photo fut prise à l’extérieur et non dans ma chambre, ce qui est pourtant le cas. Je suis donc allé récupérer des éléments de la rue : des palettes en bois et le chat. Je me suis habillé chaudement et j’ai placé un morceau de carton sur lequel il est écrit « j’ai faim ». Cette pancarte renforce le fait que le personnage vagabonde, il n’est pas dans une situation fixe et doit se nourrir de mendicité. Techniquement, j’ai installé une petite lampe, imitant ainsi un éclairage extérieur de nuit : les phares d’une voiture par exemple. La chambre étant donc peu éclairée, j’ai privilégié une grande ouverture du diaphragme (F2.8) et un temps d’exposition suffisant pour faire ressortir les ombres (1/1.3).  J’ai aussi choisi de prendre un angle en légère contre plongée afin de donner de la valeur au sujet. L’inverse aurait dévalorisé sa condition, condition que je ne souhaite ici pas dénigrer. Enfin, le décor et le cadre confirment l’ambiguïté de ce voyageur emmuré.

Tristan Leyri.

Trois attitudes

3 attitudes
(cc) (20/10/2013)

Boulevard Georges V – Bordeaux ou plutôt la rue qui relie chez moi au tramway. Tous les jours, je marche sur ce trottoir du même côté de la rue. Tous les jours je regarde les mêmes enseignes : la pharmacie, le tabac/presse, le magasin de matériel médical, l’entreprise « le sac publicitaire », la crèche, le cabinet médical et l’auto-école. Cette rue qui me parait interminable lorsque je suis en retard ou lorsqu’il pleut. Cette rue qui passe plus rapidement quand je suis au téléphone ou avec des copines. Mais cette rue que je passe la plupart du temps dans mes pensées : « Il faut que j’aille faire les courses », « J’espère que je ne vais pas avoir froid », « Faut pas que je rate le prochain tram », « J’ai oublié mon parapluie », « C’est quoi comme entreprise « le sac publicitaire » ? »

C’est dans cette rue, boulevard Georges V que j’ai pris cette photo. De jeunes filles marchent sur ce trottoir de trois manières différentes. La première est au téléphone. Le groupe des trois filles situé juste derrière elle marche en discutant. Et la dernière fille en arrière plan sur la droite, marche dans l’autre sens, seule. Ces trois attitudes sont celles dans lesquelles j’ai pu me trouver au même endroit sur ce même trottoir : téléphone à la main, entre copines ou seule dans mes pensées. C’est ce qui rend pour moi cette photo intéressante. En opposition aux filles qui se promènent, se trouve sur le côté gauche de la photo une voiture. Elle représente la voiture que je n’ai pas, et qui transformerait à coup sûr ma vision de cette rue.

Lauriane