Archives par mot-clé : trompe l’œil

La narcisse et l’inconnue

(cc) Florence Delavaud (09/02/2014)
(cc) Florence Delavaud (09/02/2014)

Image ordinaire, le portrait n’a cessé d’être réinventé depuis l’histoire de la photographie. Portraits de famille, de face, de dos, pour la postérité ou pour laisser un souvenir intime à quelqu’un de cher, la représentation n’a rien d’original. L’autoportrait suscita chez Baudelaire un certain dégoût, précurseur de ceux qui critique notre société de l’image et du réseau social tout puissant : ” société immonde qui se rua, comme un seul Narcisse, pour contempler sa triviale image sur le métal”. Pourtant, pour réaliser un exercice de trompe l’œil, je trouve le portrait fascinant, car il amène un jeu de cache-cache, pose l’éternelle question de l’identité.

Juchée dans la salle de bain, je me tords dans tous les sens, un appareil dans une main, un miroir argenté dans l’autre. Jeu de reflets, je voudrais prendre en photo les miroirs imbriqués les uns dans les autres, en mise en abîme. L’exercice tourne court, c’est trop évident. L’appareil est trop visible, on comprend immédiatement quelle image est l’originale et d’où viennent les reflets. Je fais des essais en fixant un collant sur l’objectif, ce qui amène un effet granuleux à l’image. Mais la luminosité n’est pas suffisante, je renonce et me contorsionne à nouveau.

Finalement, en triant, je choisis une photo énigmatique. La duplication de l’image donne une impression de mouvement, d’autant que l’expression d’une face du miroir à l’autre semble différente. Ce portrait, voilé par le trompe l’œil du miroir, et du collant sur l’objectif, en est t’il toujours un ?  Je découvre non pas un narcisse mais une inconnue.

Florence Delavaud

Avec Domicile Fixe

Avec Domicile Fixe. (cc) Tristan Leyri. (08/12/2013)
(cc) Tristan Leyri (08/12/2013)

«D’où viens-tu?». C’est généralement l’une des premières choses que l’on demande lors d’une rencontre.  Cela permet de se faire une idée de la personne qui est en face de nous. C’est un moyen de la définir, de lui attribuer une identité ou bien simplement d’engager la conversation. Quoi qu’il en soit, je déteste cette question.  Est-ce que ça signifie : où as-tu passé ton enfance ?  Où vis-tu en ce moment ? Où as-tu passé le plus de temps ? Moi je me considère comme étant une sorte de clochard ambigu, un vagabond sédentaire, un nomade enfermé. J’ai toujours eu un domicile fixe et je ne me souviens pas avoir dormi sur les trottoirs;  mais ce domicile n’arrête pas de changer, à un tel point que je ne me sens chez moi nulle part. Il s’agit là d’un ressenti personnel, une idée qui me trotte dans la tête chaque fois que l’on me demande si je suis d’ici ou d’ailleurs. Je n’en sais rien.

Pour jouer avec ce sentiment d’errance, j’ai décidé d’entrer dans la peau d’un hobo, d’où la guitare et le chat, en référence au film Inside Llewyn Davis. J’ai aussi cherché à tromper le spectateur, à la manière d’un trompe l’œil, en lui donnant l’impression que la photo fut prise à l’extérieur et non dans ma chambre, ce qui est pourtant le cas. Je suis donc allé récupérer des éléments de la rue : des palettes en bois et le chat. Je me suis habillé chaudement et j’ai placé un morceau de carton sur lequel il est écrit « j’ai faim ». Cette pancarte renforce le fait que le personnage vagabonde, il n’est pas dans une situation fixe et doit se nourrir de mendicité. Techniquement, j’ai installé une petite lampe, imitant ainsi un éclairage extérieur de nuit : les phares d’une voiture par exemple. La chambre étant donc peu éclairée, j’ai privilégié une grande ouverture du diaphragme (F2.8) et un temps d’exposition suffisant pour faire ressortir les ombres (1/1.3).  J’ai aussi choisi de prendre un angle en légère contre plongée afin de donner de la valeur au sujet. L’inverse aurait dévalorisé sa condition, condition que je ne souhaite ici pas dénigrer. Enfin, le décor et le cadre confirment l’ambiguïté de ce voyageur emmuré.

Tristan Leyri.