Archives par mot-clé : transformation

Chirurgie photographique

Chirurgie photographique (cc) Laetitia Stoffel (16/03/2014)
Chirurgie photographique. (cc) Laetitia Stoffel (16/03/2014)

Pour ce dixième billet, j’ai choisi de réaliser un collage numérique, car je suis plus créative et plus à l’aise avec un logiciel informatique, qu’avec une paire de ciseaux et de la colle. Je me suis inspirée des travaux « Age Maps » de Bobby Neel Adams qui consistent en la superposition de deux portraits d’une même personne. Ce photographe américain a centré une grande partie de son travail sur la transformation du corps humain causée par le temps et la vie. Dans les années 1980, il utilisait une technique de photomontage qu’il appelle « photo-surgery », qui consiste à modifier des portraits au travers du découpage et du collage. Le résultat est original et particulièrement bluffant dans la mesure où deux différentes périodes temporelles sont figées dans une même image, grâce à l’association de deux photographies d’une même personne, prises à deux époques différentes. C’est cette sorte de saut dans le temps immortalisé que je voulais recréer avec mon propre portrait.

Pour cela j’ai sélectionné deux photos de moi : une première très récente, et une seconde datant de mes six ans. J’ai ensuite utilisé le logiciel Photoshop pour superposer mes deux photos ; j’ai placé la seconde sur la première avant de la gommer pour ne laisser qu’une partie du visage apparente. J’ai utilisé divers outils pour incruster mon visage d’enfant dans mon visage d’aujourd’hui tout en essayant de rendre le portrait global uniforme. Le résultat donne un portrait dont le visage est constitué de deux faces temporellement différenciées. On retrouve mon visage d’enfant sur la partie gauche du portrait, et mon visage présent sur la droite. Ce portrait immortalise la transformation de mon visage au cours des 16 dernières années.

Laetitia STOFFEL

Mashup Picture Mix.

(cc) Julie T 02/03/2014
(cc) Julie T 02/03/2014

Mashup Picture Mix. C’est ainsi que j’ai décidé d’intituler mon dernier billet de photographie expérimentale de l’année. Pour le réaliser, j’ai utilisé de nouvelles photographies, deux d’entre elles sont relativement anciennes et la dernière est nouvelle. Les points communs des trois photographies sont la multiplicité des couleurs et le jeu sur les lumières. Avec le logiciel photofiltre, j’ai joué sur la saturation des couleurs et les contrastes afin de les accentuer. Après avoir testé plusieurs filtres artistiques, j’ai du en choisir un pour chaque photographie. Le trois photographies ont été soumises au “flou circulaire”. La saturation des couleurs a été augmentée ainsi que les contrastes, pour faire ressortir les couleurs. Après avoir réuni les trois photographies, j’ai effectué un dernier flou circulaire sur l’ensemble. 

La photographie expérimentale finale donne un résultat abstrait. Le mélange des couleurs et le flou circulaire plonge celui qui regarde dans un tourbillon coloré. On peut se demander quels objets sont à l’origine de la photographie. On ne reconnaît pas le lampadaire, les lumières qui se reflètent sur l’eau, et le feu de bois. La photographie pourrait être gaie grâce aux nombreuses couleurs mais le fond noir assombrit l’ambiance d’ensemble. Il y a un fort contraste entre les couleurs et le noir. Mais quel est le message délivré par cette image ? Deux lumières sont opposées : la lumière artificielle (le lampadaire et les lumières qui se reflètent sur l’eau) et la lumière naturelle (le feu). Le nombre de couleurs est bien plus important avec les lumières artificielles, alors que le feu n’en a que deux : le rouge et le orange. L’artificiel paraît donc plus compliqué que le naturel. 

Julie T.