Archives par mot-clé : Tram

Jouer dans les feuilles mortes

Un après midi pluvieux à Bordeaux avec mon acolyte afin de prendre LA photo. En réalité on traîne des pieds, on râle beaucoup, on blâme le manque d’inspiration, la mauvaise lumière… Coline me confie qu’elle préférait photographier les feuilles mortes, et c’est en regardant ce qu’elle me désigne que je remarque mes deux petits sujets en train de s’amuser parmi ces feuilles.  Je les ai photographié juste après, alors qu’ils allaient monter dans le tram.

J’ai donc décidé de retranscrire cette conversation dans mon billet son. Je trouvais intéressant de mêler prise de son et échantillons trouvés sur une banque en ligne. J’ai téléchargé plusieurs sons en ligne afin de recréer une ambiance de ville, avec les bruits du tram, des gens qui marchent et qui parlent. J’ai en suite enregistré mon dialogue avec l’aide de l’iphone de ma colocataire et la voix d’une amie dans le rôle de Coline. Pour le montage sonore, j’ai commencé à le faire sur le logiciel Cubase, pour au final échouer au moment de l’export. J’ai donc repris mes bonnes vielles habitudes et j’ai refait mon montage avec Adobe première comme je fais d’habitude.

J’aime particulièrement la sensation de mélancolie qui se dégage à la fin de mon billet son. J’ai décidé d’effacer tous les sons de la ville pour ne garder que le bruit du vent dans les feuilles. Cela confère un côté un peu poétique, comme en dehors du temps. Je trouve que cela retranscrit bien l’état d’esprit dans lequel devaient se trouver les enfants de ma photo lorsqu’il ont du arrêter de jouer pour aller prendre le tram.

Jeanne Vidal-Giraud

 

Arrêt Hôtel de ville

photo master
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (21/10/14)

Partie faire ma photo sans avoir vraiment réfléchi à l’événement que je souhaitais photographier, je sors du tram et vois ces trois enfants jouant au foot avec une canette au milieu de la foule des gens qui attendent. Je commence à les mitrailler, en pensant que cela fera un cliché sympa. Je n’ai même pas le temps de prendre trois photos que leur mère les appelle car il est l’heure de rentrer. Finis le foot, pas le temps de se dire au revoir, pas le temps de prendre une photo sympa, le tram n’attends pas.

J’aime le mouvement dans cette photo, les gens qui se croisent, qui se pressent à l’entrée du tram. La dynamique des personnages et la composition du cadre est également intéressante. Le petit garçon se retourne vers ses amis et il est séparé d’eux par un gros poteau blanc. Ce qui me plait aussi dans l’esthétique de cette image c’est le reflet sur les vitres du tram, je voulais et je trouvais intéressant d’avoir les gens à la fois de dos et de face. Cela renforce l’impression de fourmillement.

J’ai choisi cette photo car elle est le fruit d’un hasard, elle n’est pas construite contrairement à d’autres photos que j’ai pu prendre ce jour là. Je l’ai prise dans le feu de l’action car mes petit personnages s’échappaient de mon cadre. C’est grâce à eux que ce nouveau cadre prend tout son sens. Je trouve touchante la façon dont ils se regardent. Ils doivent se quitter parce que le tram est là, que maman a dit de se dépêcher et qu’ils n’ont pas vraiment le choix. Cela illustre un moment réel de la vie bordelaise, que tout le monde vit : Quand le tram arrive, la vie s’arrête. Quand le tram arrive, on monte dedans!

Jeanne Vidal-Giraud

Elle

Photo Billet 2 Julie Morales
(cc) Julie Morales (21/10/13)

Bordeaux et son tram, le soir, c’est tout une histoire… Un espace-temps éphémère, transitoire, où se croisent des personnes regagnant leur habitation ou s’acheminant vers un lieu de fête, peut-être. Qui est cet autre que je vais apercevoir, ce soir, celui que je m’apprête à photographier sans son accord ? Une envie de me poser à l’intérieur du tram, et me voilà face aux portes d’entrée avec cet appareil, disposée à dérober une expression, une situation, un sentiment… Sans vouloir me cacher, au contraire je m’affiche, j’assume mon geste, j’appuie sur le déclencheur, une première, une deuxième, puis une troisième fois et j’observe ces autres qui passent devant moi sans un regard, qui me fixent avec inquisition, qui me jugent ou pas, mais ne me disent rien…

Un mouvement en arc de cercle, en même temps qu’un zigzag formé par les personnes entrant dans le tram, s’oppose aux formes rectilignes de l’arrière plan. Ces dernières apparaissent alors comme une amorce de cadre dans le cadre dans lequel se trouve un troisième cadre, qui n’est autre qu’un carré. Et ce petit carré blanc étrange sur l’affiche du fond théâtralise la scène par son incongruité. Au premier plan un homme disparaît, au second une femme se cache, au troisième et au cinquième deux hommes flous se déplacent dans une direction opposée : tous semblent en mouvement. Une seule personne dans cette photographie paraît être “à l’arrêt”, est-ce son regard qui a saisi ma présence ou mon appareil qui s’est emparé de cette rencontre ? Cette jeune fille est nette, son regard nous fixe, elle prend alors toute son existence dans cette scène anonyme. En effet, tout bouge, tout est flou… sauf cette protagoniste.

Julie Morales