Archives par mot-clé : train

Le voyage en train

Pour mon premier billet photo j’étais allée me perdre à la gare, parce que j’adore les trains. Je voulais tenter d’y capter les sentiments qui m’animent quand je fais des voyages sur des rails. Je n’ai pas précisément réfléchi à la manière dont je voulais construire mon billet son, et encore moins à sa signification. Je savais ce que je voulais en le faisant: quelles musiques utiliser, quels textes à enregistrer, et quelle ambiance créer avec le tout. Je pique des vers à Verlaine, Noailles, Gautier, et Perec; j’emprunte des paroles à Fauve et Grand Corps Malade; des mélodies à Björk, Michel Legrand et à Autistic Machine. Tous ont en commun d’évoquer le train. Je commence donc à monter mes pistes, j’ai l’impression que tout est naturel et se fait tout seul. Le résultat final est assez proche de ce qu’était le premier montage. J’ai l’idée d’utiliser des bruitages de vieilles radios que je place en début et en fin de morceau sur mes pistes, comme des guillemets ou des parenthèses. Ainsi, je me rends compte que le tout est plus fluide avec ce procédé, les pistes s’enchaînent sans trop d’accrocs.

Vers la fin du montage, je réalise que mon bout à bout passe par différents états, chaque morceau évoque différentes choses, tout en étant homogène. En réécoutant plusieurs fois, j’ai l’impression d’avoir raconté une petite histoire, un voyage en train. Il y a un début et une fin, et entre les deux il se passe des choses. Quand on prend un train, on est pas tout à fait la même personne à l’arrivée qu’au départ. On a vieilli certes, mais je trouve que le train provoque une ambiance et un environnement qui peut être propice au questionnement intérieur. On réfléchit, on revit des situations, on prend des décisions dans sa tête, on passe par différents états, avec toujours en fond le ronronnement mécanique du train.

Clémentine Le Roy

Le pays silencieux

Une gare, c’est le bordel de la ferraille, de l’électronique, du bruit, des gens, des sons stridents. Toutes ces choses là s’y retrouvent pour former une cacophonie grinçante, aussi insupportable que… Il n’y a pas plus insupportable en réalité. Il faut l’aimer, la gare. Ce n’est pas facile. Il faut l’avoir pris des centaines de fois pour la haïr, cette gare. Il faut la découvrir le matin, tôt, lorsque personne ne l’ouvre parce que personne n’est réveillé. Il faut la retrouver le soir, tard, lorsque tout le monde se tait parce que tout le monde est fatigué de sa journée. C’est à cet instant, à ce moment figé où le passé n’existe plus et l’avenir pas encore, qu’il faut y venir, dans cette gare. La Voix s’y terre, permanente et fidèle. Elle vient accompagner par son chant le va et vient des monstres de fer, qui vont se faire leur petit rail quotidien… Dans cet habituel bazar sonore, on finit par tout oublier, par ne plus rien entendre. Tout devient si normal que plus personne ne parle, plus personne n’entend. Une gare a sa frontière, que l’on franchit toujours pour une raison. C’est un pays silencieux.

J’avais un enregistreur pour cet exercice. Je l’ai tenu en main tout au long de la captation. Contrairement à ce que je pensais, moi qui suis un habitué des trains depuis des années, il y avait très peu de bruit. Le gain était pourtant élevé. Il aurait pu l’être plus, mais c’était prendre le risque que l’on n’entende plus que le contact de ma main tremblante contre l’enregistreur. Je me suis promené avec ma valise.  Malgré moi, j’étais le seul acteur actif de ce paysage. J’ai très peu modifié la réalité de ce que je percevais. S’il fallait avouer une chose, je dirais simplement avoir rajouter le passage d’un train pour dynamiser mon paysage sonore.  Dans cette gare, aucun train ne passe. Ils ne font qu’arriver ou repartir.

Gabriel Feuvrier