Archives par mot-clé : symétrie

Et la lumière fut

(cc) Delphine Delumeau (07/12/2014)
(cc) Delphine Delumeau (07/12/2014)

Pour ce projet de photographie conceptuelle, je souhaitais jouer avec la lumière et les reflets tout comme le travail du photographe Alain Fleischer. Dans son travail photographique, il a beaucoup utilisé les miroirs pour jouer sur les reflets. Pour mon billet, je souhaitais utiliser des matériaux différents et naturels. J’avais pour objectif de lier l’eau et le feu, deux éléments naturels contraires. L’eau est source de vie et le feu est envoûtant, son approche suscite la fascination et pourtant il est insaisissable.

Pour réaliser cette photographie j’ai donc versé de l’eau sur ma table et disposé ma bougie au centre de celle-ci. J’ai pris la photographie lors de la nuit tombée et j’ai éteint toute les lumières de mon appartement, afin d’avoir seulement la lumière qui provenait de la bougie. J’ai utilisé une faible focale et une vitesse d’obturation rapide afin que l’objet soit net. Pour prendre cette photographie je me suis positionnée très proche de l’objet et de façon à ce que le reflet de la bougie soit aussi visible que la bougie elle-même.

 Ce qui me plaît dans cette photographie, c’est la symétrie parfaite de la bougie et de son reflet, ainsi que la ligne rouge qui apparait entre les deux. Nous pouvons observer une prédominance de la flamme et de la lumière qu’elle renvoie, alors que l’eau n’est pas perceptible. En effet l’eau donne parfois une impression de faiblesse, alors qu’au contraire elle est forte. De tous les éléments terrestres, elle domine toujours, même le feu ne lui résiste pas, pourtant symbole de purification.

Bulle de chagrin.

IMG_2079
(cc) Julie T. 20/10/2013

J’ai pris cette photographie alors que je me baladais dans la rue avec une amie. Ce n’était pas prévu, je ne savais pas que j’allais faire cette photographie. C’est alors que j’ai croisé cette dame en train de faire des bulles géantes de savon dans la rue devant l’hôtel The Regent à Bordeaux, près de la rue sainte Catherine. On peut voir au premier plan sur les côtés de la photographie des voitures, ce qui donne une symétrie à la photographie. Au deuxième plan on voit cette dame en train de faire des bulles géantes de savon avec ses outils. En arrière plan on voit les bâtiments de la rue Sainte Catherine ainsi que des promeneurs et des voyageurs. La photographie représente mal la réalité. Sur la photographie peu de personnes prêtent attention à la femme alors qu’en réalité il y avait tout un groupe de personnes autour d’elle en train de la photographier.

Je me suis positionnée à sa droite entre deux voitures, devant l’hôtel. Je n’ai pas eu l’occasion de discuter avec elle, sa tâche demandait de la concentration, je ne l’ai donc pas dérangée. Il faut savoir qu’il y avait un agent de sécurité posté devant l’hôtel. Peu de minutes après avoir fait cette photographie, je suis repassée avec mon amie devant elle et elle était en train d’injurier l’agent de sécurité « hijo de puta », suivi de « toi tu as le droit de travailler et pas moi » tout en remballant ses affaires. J’en ai déduis qu’elle était en train de se faire virer et que sa pratique n’était pas appréciée. Des gens s’arrêtaient constamment autour d’elle, cela limitait l’accès à l’hôtel pour les taxis et les clients. Voilà une photographie qui, sans connaître le contexte, paraît banale.

Julie T.