Archives par mot-clé : superposition

Le premier pas

(cc) Floriane Rivery, 27/01/2015
(cc) Floriane Rivery, 27/01/2015

Pour ce billet, je souhaitais mêler la modification virtuelle à celle physique de l’image. Il s’agissait donc de fusionner les trois photographies sur Photoshop, d’y appliquer plusieurs effets, avant de faire tirer l’image obtenue en plusieurs exemplaires pour tester plusieurs manipulations : brûler une partie de la surface du tirage, le tremper dans de l’eau de javel, gratter la surface… J’ai donc fusionné mes trois images, en choisissant de faire ressortir la fumée rose. J’ai également appliqué un effet de netteté et accentué les contours de ce calque. Je n’ai malheureusement pas trouvé le temps de faire les tirages argentiques.

Fusionner mes trois images s’est avéré assez simple puisqu’elles se prêtent assez facilement à l’exercice, de par leurs compositions. L’écran d’ordinateur à la gauche du cadre, l’enfant et sa mère à droite, le champignon d’encre rose au milieu. Et ma propre image de photographe dans le nuage rose. Je suis cependant déçue de ne pas avoir pu mener ce projet jusqu’au bout. Ces manipulations plutôt simples effectuées sur Photoshop ne constituent pas pour moi un concept suffisamment intéressant. Il me manque encore l’aspect manuel, ludique et créatif des expérimentations sur papier. C’est donc un travail inachevé que je mets en ligne ce soir, une première étape.

Floriane Rivery

Consomaction

(cc) Julie T. (23/01/2015)
(cc) Julie T. (23/01/2015)

 

Expérimental, moi faire de l’expérimental? Houlà! J’adore le voir, l’aider, échanger des idées avec mes amis qui font de l’expérimental! Mais en faire! En voilà une difficulté! Avec vos trois premiers billets … Mazette! C’est que je n’en suis pas très fière de ces trois billets … Je me retrouve donc devant Photoshop, le fameux, le célèbre, l’incompréhensible Photoshop! J’ai tout essayé et les effets préenregistrés me semblaient clichés et mauvais. J’ai donc essayé de respecter chaque photo en ne leur apportant aucune modification esthétique, juste en les superposant et en gardant d’elle ce que je voulais.

Le résultat me parlait, la photo était finie. Il peut ne pas y avoir de sens. Mais alors pourquoi? L’expérimental n’est-il pas censé interpelle? Et ce qui m’a choqué dans mes propres photos c’est la place de la consommation : l’homme aux kinders, les courses et Jurassic Park qui dénonce cette course au consumérisme. Pourtant je ne me sens pas une grande consommatrice, je me suis donc défendue en donnant ma vision de la consommation : noire.

Dark doo wap

(cc) Chloé Hernandez (01/03/2014)
(cc) Chloé Hernandez (01/03/2014)

Superposition, surexposition, incrustation, lumière tamisée, crue, je joue avec les trois photos qui me servent d’ingrédients pour créer cette photo expérimentale. Aucune intention de départ. Je superpose les photos les unes sur les autres. J’ajoute des effets, je mélange, je transforme et je m’arrête. Ce qui apparaît sous mes yeux me plaît, quelque chose commence à se former. Puis je recommence, j’ajoute, je supprime, je modifie certains effets pour trouver “autre chose”. Le plus dur dans ce genre d’exercice, c’est d’aller plus loin, d’oser recouvrir son travail d’une nouvelle couche, d’abandonner une substance pour voir une autre naître. Toucher au côté “sacrale” de son oeuvre en détruisant ce qu’on a créé pour construire de nouveau. Le hasard a sa part de réussite. Il permet aux différents éléments sur la photo de trouver leur harmonie et de créer un ensemble visuel cohérent.

En regardant l’image qui résulte des trois autres photos,  j’ai l’impression d’être confrontée à une photo en cours de développement. Elle dégage un aspect énigmatique, étrange, que l’on a envie de comprendre. Une photo qui peu à peu livre ses secrets, son histoire en se dévoilant.

Chloé Hernandez

J’ai retrouvé un calepin dans mon grenier

J'ai retrouvé un calepin dans mon grenier (cc) Coline Cesbron 01/03/14
J’ai retrouvé un calepin dans mon grenier (cc) Coline Cesbron 01/03/14

Voici une superposition de trois photos : l’une prise sur le miroir d’eau à Bordeaux, une autre effectuée avec la technique du light painting dans un appartement et enfin un autoportrait devant un miroir. Sur Photoshop, j’ai effectué quelques expérimentations. D’abord, j’ai placé les images de telle sorte que chacun des éléments ne se chevauchent pas trop. Puis, j’ai ajouté sur le tout une courbe de transfert de dégradé teinté de rose. J’ai ensuite ajouté à chaque image un filtre «tracé des contours», leur conférant cet effet «dessin».  Et enfin, j’ai joué un petit peu avec la luminosité, le contraste ou la saturation des photos avant d’insérer des effets de dégradés roses dans les coins de l’image.

Le résultat obtenu m’a rapidement fait penser à un croquis, ou plutôt un mélange de croquis, avec des traits de construction apparents. Il semblerait que dans un calepin resté fermé trop longtemps et mis aux oubliettes, trois croquis réalisés au crayon à papier et feutre rose se seraient entremêlés. Chacun aurait déteint les uns sur les autres et le feutre rose abimé les coins de l’image en bavant. Le croquis du bas avec la petite fille sur le miroir d’eau serait un souvenir d’enfance auquel la jeune femme devant le miroir est en train de songer. Les silhouettes roses, elles, semblent être des apparitions spectrales, apportant à l’image un aspect hanté.

Coline Cesbron

 

Éclosion

(cc) Lisa Delpeech (01/03/2014)
(cc) Lisa Delpech (01/03/2014)

En tout premier lieu, j’ai décidé de faire un montage de mes trois images: l’univers de la rue, Double Je et La muse. Ensuite, j’ai dû choisir dans quel ordre je souhaitais réaliser mon montage. En effet, l’ordre de superposition des photos donnait des résultats complètement différents. J’ai finalement opté pour Double Jeu en fond auquel j’ai ajouté un filtre de solarisation transformant les couleurs puis le filtre ondulation pour changer la texture de l’image. De plus j’ai fusionné l’image La Muse en différence, ce qui modifia encore les couleurs. Par-dessus, j’ai joint en fusion la photo l’univers de la rue en lumière tamisé. A ce moment là j’ai remarqué une forme que je trouvais intéressante. J’ai alors décidé de pousser la saturation des couleurs au maximum pour donner ce résultat.

Cette forme donnait l’impression au milieu de l’image d’une fleure multicolore. Après avoir agrandi cette partie, le montage donne plus l’impression d’un tableau sur lequel le peintre aurait fait des aplats de couleurs. Et en regardant plus précisément, on remarque une silhouette. Finalement cette image fait penser à une photo qui se serait dégradée avec le temps.

Lisa Delpech