Archives par mot-clé : Star Wars

Les limites du fanatisme

Gabriel Feuvrier [09/02/2014]
Gabriel Feuvrier [09/02/2014]

Comme j’aime beaucoup raconter ma vie à tout le monde hors d’un contexte qui s’y prête, quand d’autres soucis ou d’autres exigences surviennent, ou quand tout le monde est présent mais personne ne m’écoute, j’ai encore réalisé un billet photo sur un membre de ma famille. Je pourrais en faire cinquante. L’avant-dernière fois, c’est-à-dire lors du billet six, j’avais amoureusement évoqué ma petite sœur. Cette fois-ci, je m’intéresse à mon cousin. Il s’agit d’un vrai cousin, pas d’un pote avec une casquette, bien que ce cousin-là ait une casquette quand même en temps normal. Non, celui-ci est bien un vrai cousin, c’est-à-dire le fils de la sœur de mon père. Nous sommes des fans au sens de fanatiques de Star Wars. Quand je dis fanatique, j’entends des personnes capables de s’aligner les six épisodes en HD de la saga en un week-end et en buvant de la « despé » pour faire plus Mexicain (le blasphématoire épisode VII se tournerait au Nouveau-Mexique) et en mangeant des nachos si succulents qu’ils n’ont absolument rien à faire dans ce paragraphe. Peut-être le suivant s’il s’agissait d’expliquer les traces sur le miroir. A l’issu d’un tel marathon, on a généralement les yeux plus rouges que le sabre de Dark Vador. Mais on se dit naturellement : « oh ! Je vais faire mon billet sur Star Wars ! Non mieux, je vais faire mon billet sur la passion qu’on a pour Star Wars ! Non ! Encore mieux ! Je vais faire mon billet sur la mise en scène de l’expression de mon fanatisme pour Star Wars, et en plus, Mickaël (mon cousin s’appelle Mickaël) tu tiendras un sabrolaser (les fans ne disent pas sabre laser, ils disent sabrolaser, comme Obi-Wan Kenobi dans l’épisode IV). L’idée l’a enchanté. Je voulais qu’on se mette en scène et qu’on s’amuse.

J’ai donc fait quelques essais en me posant des questions plus sérieuses. La consigne nous permettait d’avoir une marge de manœuvre relativement importante. La problématique de la mise en scène était relativement simple. En effet, positionner quelqu’un et lui dire de tenir un manche à balai en guise de sabre, c’est déjà façonner le réel et donc mettre en scène. Le jeu de miroir était plus complexe. En pratique, mon appartement est rempli de miroirs. Dans ma chambre, une large glace couvre toute la largeur de mon mur. En théorie, en revanche, il fallait savoir comment l’utiliser de manière intelligente et pas artificielle. Malheureusement, une mise en garde résonnait dans ma tête pendant que je m’attelais à la tâche. « Le light-painting, c’est un peu facile. » C’était évident… Mais le light-painting dans un miroir, hein ? Ça n’a pas qu’un avantage rhétorique. En réalité, le miroir permet d’absorber une certaine quantité de lumière, de ne faire ressortir que les zones de lumières intéressantes et de dissimuler une partie des autres. Pour le sabre, j’ai mis un manche à balai dans les mains de mon cousin et j’ai tracé la ligne avec la torche de mon téléphone. Mon autre coloc éclairait son visage à l’aide d’une autre torche.

Le résultat ne m’a pas réellement convaincu mais l’exercice était intriguant. Je n’avais jamais fait de light-painting auparavant. La ligne du sabrolaser n’est donc pas très droite. Le bout provoque un flare qui gêne le regard. Néanmoins, les traces de nettoyage du miroir qui me dérangeaient au début se sont révélées utiles. Elles ont accentué le relief de la photo et mis en valeur mon cousin. Son air méchant est souligné par l’éclairage du sabre qui provient en réalité d’une autre source. Celle de la Force.

Gabriel Feuvrier