Archives par mot-clé : souvenir

Ocean’s kids

(cc) Varvara Stroganova (18/10/2014)

Je n’ai vu la mer pour la première fois que quand j’avais 9 ans. Jusqu’à cet âge-là ce n’était qu’un rêve, une image dans un livre, une peinture dans un musée, une scène d’un film. Pour beaucoup de Russes, la mer est synonyme de bonheur, un grand projet de vacances ou un voyage inespéré. Ainsi, habiter à côté de l’océan évoque chez moi des souvenirs lointains, prend une dimension magique. Quand j’ai la possibilité d’aller à l’océan, j’y vais sans hésiter, et cela ne me dérange pas de faire deux heures de bus.

J’ai pris une dizaine de photos et, quand je suis rentrée chez moi j’ai été très déçue parce que je me disais que je pouvais faire mieux. Les parents de ces petits garçons me regardaient d’une manière très étrange… Je n’ai pas osé leur expliquer ce que j’étais en train de faire.

Ces trois gamins veulent faire du vrai surf, comme des grands. Ils n’ont pas peur, ils ont appris à grandir à côté de l’océan. Pour eux cela n’a jamais été un rêve, ces vagues puissantes et ce ciel à l’horizon. C’est leur environnement naturel, un appel à l’aventure qui deviendra plus tard le souvenir de l’insouciance de leur enfance.

N’oubliez jamais

N'oubliez jamais (cc) Vincent Duquennoy (08/12/2013)
(cc) Vincent Duquennoy (08/12/2013)

A travers le titre inspiré d’une chanson de Joe Cocker, traitant de nos origines, cette photo a pour but de porter un regard sur l’année qui vient de s’écouler. Car cette dernière fut particulièrement émouvante : des proches que j’appréciais ont disparu dans un laps de temps très court. Il n’a pas été évident de faire leurs deuils, du fait que l’année étudiante fut également difficile à gérer. Si la scène reflète du pessimisme, elle se veut tournée vers l’avenir, d’où le regard que je porte vers l’extérieur de la pièce. Toutefois, il ne faut jamais oublier les gens auxquels on tient, et honorer leurs mémoires comme il se doit, à travers nos actes.

Ce cliché a été pris dans mon studio, avec le visage éclairé par la lumière du jour, afin de bien le distinguer, contrairement à l’écran. Le plan moyen, avec un contre-jour, ainsi que les lunettes noires symbolisant le deuil, sont là pour illustrer l’aspect sombre de cette période que je souhaite désormais laisser derrière moi. Au premier plan, on retrouve l’ordinateur avec un fond d’écran illustré de drapeaux. Ces derniers représentent les personnes citées précédemment, de manière pudique, à travers leurs origines, me rappelant d’ailleurs les miennes : l’aigle du  Frioul en Italie, le lion d’Aquitaine et le drapeau basque. Les couleurs vives permettent de mettre en évidence l’importance des disparus dans mon souvenir. Je suis moi-même en arrière-plan tenant la guitare, car la musique m’a aidé à surmonter ces épreuves durant cette période. La pratique d’un instrument et le chant m’ont permis d’extérioriser des émotions que les mots n’auraient suffi à exprimer.

Vincent DUQUENNOY

La maison aux marguerites

La mais aux marguerites (cc) Émilie Donès (24/11/2013)
La maison aux marguerites (cc) Émilie Donès (24/11/2013)

Il est difficile de déterminer un endroit qui nous inspire vraiment. Tout d’abord, il faut se poser la question de savoir ce que veut dire « inspirer », se figurer un sens totalement personnel du mot. Pour moi, il était clair que je devais dessiner un endroit auquel je suis habituée, afin de pouvoir rendre sur le papier une image chargée de sens, où les détails occupent une place importante. J’ai donc réfléchi à un endroit que j’aime, qui me rassure, m’apporte un sentiment d’apaisement. Bref, un endroit qui me représente. En réfléchissant de cette manière, un lieu en particulier met apparu comme une évidence : cette maison abandonnée. Perdue en pleine campagne, au milieu d’un champ de marguerites, cette maison éclairée par un soleil éblouissant représente les souvenirs de mon enfance, l’endroit où j’aimais me rendre à vélo avec mes cousines.

Afin de rendre le caractère lointain et effacé de mon souvenir, j’ai décidé de réaliser mon dessin au crayon à papier. De cette manière, j’ai essayé de représenter au mieux le souvenir que je garde de cette maison. J’ai tout d’abord tracé les traits les plus importants de l’image présente dans ma mémoire : la maison aux ouvertures sombres, de part l’inactivité du lieu, les deux arbres côte à côte et pourtant si différents, enfin, le point principal de mon souvenir, le champ de marguerites sur la colline. J’ai tenté d’accentuer les zones d’ombres en respectant l’orientation du soleil, telle que l’on pouvait observer au moment où l’on s’y rendait le plus souvent, le début de l’après midi. Moment de la journée où cette atmosphère chaleureuse contrastait avec le vide renvoyé par cette maison sans vie.

Émilie DONES

Le syndicat a pris des couleurs

(cc) Najib Mabchour (20/10/2013)
Le syndicat a pris des couleurs.(cc) (20/10/2013)

Dès les premières lueurs du jour, nous les croisons : le bleu, le rouge et le vert. Ces couleurs nous sont familières, mais leur visage ne l’est pas. Pourtant, ils déambulent aux quatre coins de la ville du lundi au vendredi. Leur mission nous transmettre les nouvelles informations. Parfois, nous leur accordons un regard, un bonjour ou même un début de conversation. Puis très souvent, nous sommes pris par la frénésie et le stress des transports en commun. À cette heure-là, notre seul objectif, c’est de ne pas arriver en retard. C’est dans ces moments là que nous ne leur accordons plus d’attention ; les regards s’évitent et les sourires disparaissent. Ce qui compte, c’est de leur extirper le journal des mains et de continuer notre rythme effréné. Est-ce peut-être que nous nous sommes levés du mauvais pied ? Ou peut-être que pour nous, ils font simplement partie du décor, telle une pièce de théâtre qui se jouerait chaque matin.

Distributeur de presse gratuite, tel est leur nom. Par cette photo, je désire leur rendre un certain hommage non pas qu’ils soient persécutés, mais parce qu’il y a deux ans, j’ai occupé ce poste. Si j’ai choisi cette photo, ce moment précis, je le connais bien. Une fois la distribution passée, la pression redescend. On en profite pour se retrouver. Peu importe notre couleur, nous partageons nos impressions, des moments d’humanité que nous n’avons pas pu trouver. On se réunit comme des syndicalistes pour discuter de nos conditions de travail, en se disant déjà que tout recommencera demain.

Manon, les « yeux couleur océan »

Manon, les "yeux couleur océan". (cc) Manon H. (06/10/2013)
Manon, les « yeux couleur océan ». (cc) Manon H. (06/10/2013)

Il y a fort longtemps ma mère me lisait un livre dont l’héroïne portait mon nom, Manon ! Cette femme imaginaire fut le premier homonyme que je connus et inconsciemment l’un de mes premiers modèles. C’est avec ce personnage que j’appris à aimer mon prénom et à lui attribuer du sens. Vingt ans plus tard, je me souviens avec mélancolie de ce petit livre beige, au papier si particulier… Mais l’histoire, les images restent vagues, presque insaisissables. Je me souviens de l’océan et des yeux bleus de Manon, je me souviens de ses cheveux flottant, d’un rafiot et d’un périple en mer mais le souvenir demeure décousu et flou comme un rêve dont on peine à se rappeler. C’est sur la base de ces éléments que j’ai entrepris de reconstituer cette histoire et ce souvenir d’enfance à travers un collage.

Le « bleu de la mer » est restitué par une multitude de morceaux d’eaux bleues collés chaotiquement en trame de fond, un papier calque disposé par dessus confère à ses fonds marins riches en nuances bleutées un flou volontairement mystérieux, en écho à mon souvenir brumeux. Les baleines grises symbolisent les sombres profondeurs marines et leur couleur, mon passé. La femme sans visage est bien sûr l’héroïne de mon histoire dont le visage m’échappe encore. Ses yeux bleus pourtant me hantent et sont délibérément plus gros. Sa chevelure quant à elle flotte au gré du vent ou des courants marins. Reste le rafiot disposé ici tel un navire échoué sur la tête de Manon, celle-là même qui tente de faire le tri dans ses souvenirs pour saisir l’image de ce périple marin – également évoqué par le « O » boussole – et dont le nom se reflète à la surface de l’eau.

Manon H.