Archives par mot-clé : Sommeil

Fondre dans les bras de Morphée

Je souhaitais raconter une petite histoire avec le son qu’on avait, très simple: quelqu’un rentre dans une chambre pour endormir un bébé. Je suis allée chercher des bruitages dans une banque de son, des bruits de pas, de porte qui s’ouvre et qui se ferme, des babillages de bébé. Une fois le son imposé intégrer, je voulais donner à entendre le basculement du bébé du sommeil vers le rêve, grâce à quelques notes de harpe qui m’évoque un univers magique. J’ai mis ensuite, très niaisement, une chanson tirée du Dumbo de Walt Disney, sorte de madeleine de l’enfance, un moment particulièrement émouvant du film où la mère est enfermée et câline son bébé à travers les barreaux de la prison où elle est enfermée.

Pour clore l’histoire, j’ai refermé la parenthèse du rêve toujours à l’aide de la harpe et en faisant sortir le personnage qui était rentré au début. Pour donner un petit peu plus de texture à l’ensemble, j’ai décidé d’intégrer au début un bruitage de nuit d’été, pour que le personnage qui entre ferme la fenêtre. Je trouvais que cela permettait de mieux imaginer l’ensemble, que ça donnait des indications de temps et de lieu.

L’éveil endormi

J’ai, dans un premier temps, travaillé sous Photoshop pour isoler des éléments des photographies. J’ai alors recréé de la matière pour que le fond ne soit pas une gène puis, sous After Effects j’ai animé, donné une trajectoire aux formes détourées avant d’exporter mon montage en film. Enfin, pour rajouter les effets sonores et de transitions, j’ai choisi de retoucher mon projet sous Final Cut Pro pour des raisons pratiques.

La photographie par définition est une action figée, dans ce film, ce n’est pas le cas. Les images dorment, elles respirent et se meuvent mais pourtant. L’action n’est pas portée à son terme : le petit garçon ne terminera pas son cri et la troisième photo ne quittera jamais son lit. Ainsi par ces trois photos animées, le « sommeil », le « rêve » et le « réveil » sont des mots qui viennent à l’esprit. Autant d’état qui laissent en suspend les corps, tels que présentés. Sur la première photo le son colle à la thématique mais se détache complètement de l’image pour lui donner une autre tournure à travers les divers effets appliqués. Sur la seconde, le son rythme le passage mais le montage dénature la vidéo, et enfin sur la troisième tout coïncide. Trois manières de faire, trois interprétations différentes, trois expériences à voir et à revoir.

Soline TESTARD

Dormir, sommeil, profond

Le sommeil est le repos du corps et de l’esprit. C’est le moment où l’on se retrouve seul ; seul dans sa tête, seul dans ses pensées ou dans ses rêves. Lorsque l’on dort, on ne contrôle plus notre corps consciemment et sa position. Certains dorment sur le côté, d’autres sur le dos où encore un bras derrière la tête. On entre alors dans l’intimité de la personne lorsqu’on la voit dormir. Pour ma part lorsque je m’endors c’est plutôt en position dite « position fœtus » ce qui pour certain signifie que la personne est sensible, timide avec un manque de confiance en soit…

Sur cette photo on ne voit qu’une personne qui dort en gros plan, un bout de couette et le mur. Ce plan rapproché a une profondeur de champ qui va du bras à la tête. La tête est plutôt loin de l’objectif et même un peu cachée comme si on ne voulait pas dévoiler l’intimité de la personne voire presque son identité malgré le cadrage de la photo. L’angle de vue plutôt à hauteur des yeux du dormeur donne l’impression qu’il est observé attentivement. Les couleurs sont plutôt chaudes dans les tons marrons. Cette chaleur est apportée par la couleur des différentes matières (pull, draps) mais également par la lumière. Cette douceur des couleurs amène une atmosphère sereine : environnement idéal pour s’abandonner aux doux pays des rêves.

Lauriane