Archives par mot-clé : soirée

4 étages pour une soirée

Dans un premier temps, le paysage sonore auquel j’avais pensé était celui de mon week-end avant dernier : un tournage chaotique mais intéressant à la Cornubia, le point central étant la table régie où les humeurs et les discussions se démêlent alors que la journée avance. Le principal soucis était que je n’avais pu rien enregistrer de ce week-end de 30h, tout recréer sur Reaper me semblait bien trop long et complexe pour mon niveau.

Je me suis donc demandée ce que je pouvais bien faire comme paysage sonore. L’idée d’écouter un week-end, de partir de ce que je vivais de mes week-ends donnait beaucoup de corps au son. Et ce week-end je sortais pour fêter le printemps, une dépandaison de crémaillère, un nouveau départ en quelque sorte. Alors j’ai pris mon iphone et mes amies sont devenues mes cobayes, elles ont joués le jeu.

Les sons enregistrés sont mono, d’où mon impossibilité de faire un travail sur la stéréo car tous les bruitages sont sur la même piste et si je la bascule à droite ou à gauche ce n’est pas un bruitage mais tous qui basculent. J’espère donc avoir rendu cet effet de stéréo par le placement de l’iphone, à la main, au centre de l’action, se déplaçant plus ou moins prés des sources sonores. Pour ce qui est de travailler la stéréo, je l’ai déjà fait sur un autre billet et regrette de n’avoir pu avoir un dispositif, par exemple deux iphones en opposition et synchronisés pour rendre cet effet pour important encore!

Le bruit des gens

C’est la première fois que je me suis retrouvée dans cette situation. La page blanche, littéralement, pas une seule idée ne me vient en tête. Le thème de ce billet son me laisse de marbre. « Bonne nuit les petits ». Je passe rarement de bonnes nuits. Je fais constamment des rêves étranges que j’oublie le matin aussitôt. Alors j’ai fouillé des archives de vidéos et sons que j’ai enregistrés la nuit. La plus belle façon de passer nos nuits depuis qu’on à dix-huit ans, c’est entre amis. Celles passées les larmes aux yeux à écouter en boucle le message d’un amoureux.  Celles à faire la fête ou à refaire le monde. À parler de sentiments. À parler de nos rêves, ceux pour le futur, et à finir par s’endormir sur un coin de canapé. Finalement ce billet son se présente comme un pêle-mêle de nos nuits, celles d’une génération qui vivant loin de ses racines, cherche sans cesse à se recréer un cocon.