Archives par mot-clé : société

Formatage Télévisuel

Formatage Télévisuel. (cc) Dorian D. (23/13/2014)
Formatage Télévisuel. (cc) Dorian D. (23/13/2014)

Les années 30 sont marquées par l’avènement de l’industrie, mais aussi par la télévision qui s’est développée en parallèle. Quel formidable outil formidable pour formater des récepteurs aptes à recevoir une logique de production, non plus artisanale, mais en séries. Aujourd’hui, une multitude de chaines usent de toujours plus de stratégies pour nous garder entre deux émissions. Chacun s’enferme ainsi dans sa petite boite, croyant être protégé par les clichés et préjugés véhiculés par la télévision. Peu à peu, nous ne percevons plus nos pairs par leur individualité, mais par l’image qu’ils représentent.

La photographie originale est complètement recouverte par les logos des chaines de télévision. Je les ai choisi à la fois pour la diversité de leurs thèmes ainsi que de leur origines, mais aussi pour leurs formes rectangulaires. Cet assemblage en mosaïque constitue à la fois les briques de notre univers et le formatage de la société. « S’enfermer dans une boite », allégorie du petit écran par le biais duquel notre perception du monde se voit bouleversée. L’humain est ainsi emprisonné dans sa boite, il est presque impossible de découvrir sa vraie personnalité.

Dorian D.

Un Portrait de Dorian Gray

 

Collage
Un Portrait de Dorian Gray. (cc) Dorian D. (05/10/2013)

Tout projet artistique répond à des règles. Lorsque l’on me commande un collage sur « Moi et mon prénom » je perçois d’abord l’évocation du lien entre ma personnalité et mon identité. Or, je ne crois pas en l’existence de ce lien et je ne saisirai pas l’opportunité de le créer. En fait, la seule histoire que m’inspire mon prénom est celle de Dorian Gray. Je suis convaincu que c’est en jouant avec les règles, en les adaptant et même en les dépassant que naît peut-être l’Art. Le choix de présenter ainsi ma personnalité au travers d’une démarche artistique me paraît alors cohérent.

On perd tous quelque chose à vouloir montrer ce que l’on n’est pas. Le monde et la vie contraignent l’homme à composer, à tenir un rôle ; peu à peu sa personnalité s’abîme, laissant place à un masque invisible. Mais l’espoir de s’extraire de ce système qui nous efface et nous emporte vers l’oubli reste profondément marqué : savoir que des ténèbres jaillira la lumière. Mon prénom évoque cette dualité entre le bien et le mal, l’art qui la transcende, ou le combat d’un homme luttant pour être ce qu’il n’est pas. Au point de perdre son âme. Le mécanisme horloger représente une société qui broie l’humain, pour le rendre invisible ; ainsi que son combat contre la spirale du temps. Le destin est symbolisé par des allumettes collées sur leur point de chute ; alors que la lune opposée au soleil inspire l’attente de jours meilleurs… Post Tenebra, Lucem spero (Après les Ténèbres vient la Lumière).

      Dorian D.