Archives par mot-clé : Skate

Petit champion

(cc) Camille Coquereau (17/01/2015)

Pour mon premier billet photo, j’ai capté l’instant, sans chercher préalablement à construire ma photo. Pour mon premier billet son, c’est l’inverse, j’avais mon idée en tête et je l’ai ensuite réalisée comme je pouvais. Après avoir amassé divers sons sur internet, j’ai enregistré ma voix pour le commentaire audio. J’aurai aimé aller enregistrer de véritables skateurs mais le manque de temps ne me l’a pas permis.  Internet est bien fourni, j’ai vite trouvé mon bonheur.

La partie où je m’enregistre a été la plus laborieuse, entre les problèmes de ton, de cafouillage, d’enregistrement qui ne fonctionne pas… Et puis, entendre sa voix et la travailler n’est pas facile. Pour le montage, je n’ai pas modifié ma voix. J’ai juste essayé de rendre une ambiance de compétition de sport ainsi que l’aspect journalistique.

Qu’est ce qui ressort de cette photo si ce n’est l’étrangeté d’un enfant habillé comme un skateur de haut niveau ? Avec ce direct depuis un championnat de sport, j’ai essayé de rendre son histoire inhabituelle.

Camille COQUEREAU

Comme des grands

IMG_5555 - Copie

Pessac, « Vibrations urbaines ».  Des jeunes courent, glissent, tombent sur leurs skates, vélos, trottinettes et autres engins à roulettes.  Les rires fusent, ainsi que la musique des concerts en  fond sonore. Sous le soleil étonnamment chaud d’octobre, amateurs et jeunes professionnels se succèdent sur les diverses rampes installées pour le festival. C’est une étrange atmosphère qui règne, loin des soucis de la ville. Ici, les jeunes sont maitres et savent ce qu’ils font contrairement aux parents, assis passivement à observer tout ce cirque. Tous sont là pour leur passion : la glisse et le freestyle, et s’exercent les uns à coté des autres. Pourquoi venir photographier ici ? Pour rendre compte de l’effervescence autour d’une même passion et l’omniprésence de la jeunesse, qui tient les rênes en ce lieu.

Alors que je suis tranquillement installée à regarder les jeunes skaters se battre l’accès à une des rampes, un petit garçon arrive comme une flèche et s’arrête dans mon champ de vision. Recouvert de protections bariolées, il glisse entre les autres sans peur, telle une fusée colorée. C’est sûrement l’un des plus jeunes et il est pourtant très sûr de lui. Son arrivée imprévisible modifie ma vision de la scène que j’observe, et la photo apparaît. A l’origine, c’est le groupe des jeunes en arrière plan qui m’intéressait. Je n’ai pas cherché cette photo, je n’ai pas espéré non plus. L’inattendu est intervenu.

Je trouve d’ailleurs qu’elle est paradoxale, cette photo. Seul au premier plan, du haut de sa rampe, ce petit garçon semble dominer les autres. Le plus jeune apparait comme le plus grand. Son élan est stoppé, son corps est en place pour s’élancer mais sa tête suit une autre direction. Qu’attend t-il ? Pourquoi regarde t-il en arrière ? Il créé un arrêt dans l’image, en opposition à la masse mouvante que forme le groupe de jeunes en arrière plan et apparaît loin du reste du festival. Comme un instant de pause dans la vitesse des diverses descentes.

 Camille Coquereau

L’univers de la rue

(cc) Lisa Delpech (19/10/2013)
(cc) Lisa Delpech (19/10/2013)

L’idée, que je me fais du photographe reporter, est qu’il ne photographie pas sans raison. En effet, après des essaies infructueux de promenade dans les rue de Bordeaux, je n’avais plus envie de déambuler sans motifs. Qu’est-ce que j’avais envie de montrer ? Me voilà partie pour les « Vibrations urbaines », où je pensais avoir matière à photographier. J’avais envie d’exposer une jeunesse bondissante et un univers qui est important pour moi ; le skate, les graffitis et le Hip hop. On pouvait sentir l’enthousiasme et l’hésitation des futurs participants pour la compétition. Chacun à son tour montrait ce qu’il savait faire. Il y eut un moment d’accalmie, où j’ai vu ces trois jeunes curieusement immobiles. Tous trois dans la même position, avec en face d’eux, ces mots « Street univers » : leur univers.

J’ai commencé par faire pleins de clichés, sans trop réfléchir à mon placement, à la lumière ou encore aux sujets que je prenais. Ce fut la partie la plus difficile du travail. Puis petit à petit, je me suis sentie plus à l’aise et j’ai fini par comprendre ce que je recherchais. Donner un sens à mes photos. C’est à ce moment là que j’ai pu prendre cette image. Ce n’est qu’en la regardant sur grand écran qu’elle me paru comme une évidence. Les couleurs sont sommaires rappelant le béton des rues, seul le jaune illumine la photo. La géométrie du cliché me plait. Elle me donne l’impression que les personnages sont sur scène, en train de se mettre en place.

Lisa Delpech