Archives par mot-clé : Sergio Larrain

Vagabonds

Sergio Larrain
Sergio Larrain

 

Un vagabond… Nous nous imaginons tous plus ou moins le même homme, ce sans-abris que nous croisons tous les jours et ignorons avec une facilité déconcertante. Et pourtant… Ne serait-ce pas nous, les vagabonds? Nous qui traversons sans cesse ces mêmes rues, cette ville, nous qui ne prenons jamais vraiment la peine de nous arrêter au milieu de ce brouhaha entraînant? Et si cet homme que nous apercevons quotidiennement figé sur un carton incarnait au contraire la sédentarité? Le monde en perpétuelle révolution ne semble pas avoir de prise sur lui, il tourne, s’agite et se retourne tandis que le mendiant s’ancre toujours plus dans le bitume (cf. publicité pour le samu social ci-dessous) et observe son environnement graviter autour de lui.

Homelessness awareness  campaign
Homelessness awareness campaign

C’est à l’aide d’un court montage sonore que j’ai souhaité raconter l’histoire d’un de ces sans-abris. Les premières secondes de la piste plante donc le décor : la rue et son froid hivernal puis sans attendre le protagoniste intervient et s’identifie à travers un enchaînement de sons évocateurs. Il marche tout d’abord et accompagne l’auditeur jusqu’à son fief, là même où il dépose son carton et passe ses journées à quémander quelques pièces. Son souffle, ses mains, son journal qu’il froisse et fourre sous sa veste évoquent les basses températures. Son gobelet et ses quelques pièces achèvent enfin d’identifier la figure humaine de cette bande son. C’est son environnement qui prend le pas ensuite et se meut de plus en plus vite autour de lui. Les sons reconnaissables des différents moyens de transport modernes s’enchaînent puis se répètent jusqu’à saturer l’espace sonore, ils incarnent une rengaine étouffante et s’opposent à la solitude et l’immobilisme du mendiant qui finit par rendre son dernier souffle au milieu de cette foule en ébullition.

Manon H.

La douceur de vivre

sergio_larrain_3 (1)

Les éléments de cette photo m’ont de suite fait penser à l’Europe des années soixante : la rue pavée, la Vespa, le vélo avec sa cagette posé contre le mur et les robes des femmes jusqu’aux genoux. Mon regard et ma curiosité ont ensuite été invités au premier plan par le journal traînant sur la chaussée. Que faisait-il ici ? Je cherchais alors une histoire autour de l’objet central de cette photo : le journal. Pour moi, il avait été délibérément abandonné sur la voie publique. Quel événement d’actualité avait pu déclencher cet acte ? Un article sur la guerre du Vietnam ou sur la baie des cochons à Cuba ? Non ! Je devais rester en Europe… La légalisation de la contraception orale ? Et pourquoi jeter ce journal pour une si bonne nouvelle ? Ah… Je sais : la polémique après la sortie du film de Fellini La Dolce Vita. Une scène dans une scène au sein de cette photo…

A partir de cette trouvaille, j’ai inventé et écrit une histoire en quatre étapes : Une jeune femme marchant dans la rue entrevoit sur ce journal les bribes d’un article déchiré sur La Dolce Vita. Elle s’en empare. Cette lecture la renvoie rêveuse à une scène mythique de ce film : Sylvia et Marcelo sous la fontaine de Trévi. Mais la réalité ressurgit impudente au son d’une Vespa. Elle poursuit alors son chemin chantonnant joyeusement le thème musical de la Douceur de vivre. Une fois l’histoire écrite, je suis allée en quête du son ! J’ai enregistré mes pas, le bruit du journal et ma voix (lecture du texte et chanson), j’ai téléchargé des ambiances de villes (voiture, Vespa, oiseaux) et oniriques (les clochettes) puis la scène du film. Enfin, grâce à mon scénario écrit, j’ai monté le tout comme un film aveugle (on parle bien de cinéma muet !).

Julie Morales

 

L’histoire de TETG

 

Que voit-on sur une photographie ? Ce qui est montré, évidemment. D’accord, mais qu’est-ce qu’on nous montre ? Personnellement, j’ai souvent eu à me battre lors d’expositions ou lors de conversations entre amis. D’une discussion intelligente et pleine de bons sentiments nous passons souvent à des tempêtes d’insultes et à des crises de nerfs. J’exagère légèrement, mais c’est pour illustrer le problème. Je crois que c’est une question d’interprétation. Personne n’a les mêmes références, chacun a son répertoire d’images, son vécu, sa représentation du monde. C’est pour cela que j’ai choisi de faire un cadavre exquis sonore. Je voulais monter un récit pour mettre tout le monde d’accord, pour une fois.

J’ai contacté quelques uns de mes amis, pour qu’ils viennent me raconter l’histoire de cette photographie. Les quatre personnes choisies viennent toutes de milieux assez différents. Il ne fallait pas qu’elles évoluent dans le même domaine et elles ne devaient pas se connaître. Grâce à une seule et même consigne, elles devaient  décrire l’image et inventer une histoire, sans que les autres ne l’entendent. J’orientais parfois la description sur un élément précis (le scooter, les gens du fond). Lors du montage, je me suis rendue compte que le temps imparti pour la réalisation était trop court, je me suis donc limitée à entrecroiser les voix pour faire une description de l’image presque univoque. Même si tout le monde s’accorde un minimum, c’est dans la pluralité des idées, des tiques de langage, des expressions et des imaginaires, qu’un discours, qu’un monde se dessine autour d’une œuvre.

Morgane Kerarvran