Archives par mot-clé : séquence

« Satisfaction garantie » – séquence 17 bis

« Elle avait lancé les invitations et, comme Tony l’avait prévu, elles furent agrées. Il ne lui restait plus à présent qu’à attendre l’ultime soirée. Elle vint en son temps. La maison était méconnaissable au point qu’elle s’y trouvait presque étrangère. Elle la parcourut une dernière fois – toutes les pièces avaient changé d’aspect. Elle-même portait des vêtements qui lui eussent paru invraisemblable autrefois… mais une fois qu’on a osé, ils vous apportent confiance et fierté. Devant le miroir elle essaya une expression d’amusement condescendant et le miroir lui renvoya magistralement sa moue hautaine. Qu’allait dire Larry ?… Curieuse chose, elle ne s’en inquiétait guère. Ce n’est pas lui qui allait apporter des jours d’activités passionnées. C’est au contraire Tony qui les emporterait avec lui. Phénomène étrange entre tous ! Elle tenta de retrouver l’état d’esprit qui était le sien, trois semaines auparavant, et n’y parvint aucunement. »

(cc) Chloé Hernandez (23/03/2014)
(cc) Chloé Hernandez (23/03/2014)

Le storyboard. Comment donner vie à une séquence, traduire le texte en image ? Je devais illustrer le passage ci-dessus et tenter de comprendre comment il nous serait montré au cinéma. Chercher la mise en scène, les plans les plus judicieux, afin de rester fidèle au récit original, mais surtout de rendre possible l’adaptation cinématographique.

J’ai opté pour un travelling latéral nous révélant les pièces de la maison transformée, plutôt que suivre la protagoniste au travers des différents espaces, car je ne pense pas que ce point de vue aurait été intéressant uniquement pour désigner la transformation des lieux. Il aurait au contraire, centré l’action sur le personnage de Claire marchant à travers la maison. Sur la seconde vignette, j’avais imaginé une nouvelle fois un travelling mais vertical cette fois-ci, suivant le corps de Claire – et donc sa propre métamorphose – des pieds jusqu’au menton. Elle est en train d’ajuster ses nouveaux vêtements devant le miroir. Un symbole fort. Elle contemple son reflet de femme digne et fière, capable de rivaliser avec ses voisines. Le travelling s’arrête juste avant de dévoiler le visage de Claire, nous passons au plan suivant. Le gros plan nous présente son reflet dans le miroir, une partie d’elle, de dos, en amorce. J’ai choisi cet angle de vue pour illustrer ce qui était dit dans le texte. Son expression devant le miroir, la contemplation de la « nouvelle » elle, celle qui va accueillir les mégères et qui se sent armée face à l’adversité, grâce à ses nouveaux vêtements.

J’ai imaginé le personnage de Claire, une fois « relooké » par Tony, comme une sorte de « Bree Van de Kampt » (personnage de la série Desperate Housewives), une beauté distinguée des quartiers chics. Je l’ai habillé d’un chemisier de satin bleu pour renforcer le côté « banlieusard » et renforcer la dignité du personnage à arborer des vêtements qu’elle n’osait porter autrefois et qui la rendent fière aujourd’hui.

 Chloé Hernandez