Archives par mot-clé : sdf

L’instant d’un non-regard

(cc) Gabriel Feuvrier (21/10/13)
(cc) Gabriel Feuvrier (21/10/13) 

L’homme aux cheveux blancs et à la chemise propre et repassée est un sans domicile fixe. D’ordinaire, il erre à travers Mont de Marsan avec son chien, son sac et son tee-shirt Iron Maiden. D’ordinaire, cet homme incarne un parfait cliché. Un de ceux qu’on a dans la tête et qui demeurent. Il fallait aller sur le parvis d’une Eglise pour le retrouver, au hasard d’un devoir et d’une promenade, méconnaissable dans son beau costume. Il attendait la fin de la messe dominicale, assis sur une bordure. Il lisait le journal. J’ai su qu’il devait être le personnage principal de ma série à l’instant où j’ai vu ce regard. Il a le même sur toutes les photos. On ne le voit pas très bien. J’aurais pu en prendre une meilleure, pour avoir un meilleur portrait. Mais ce n’est pas un portrait que je voulais. C’était un entre-deux, un moment qui se situe hors du temps, dans un présent figé où rien ne se croise, où il n’y a aucune continuité. Je voulais un instant neutre, où rien ne se croise, pas même un regard, un moment qui n’appartient qu’aux seuls personnages, un moment dans lequel ils pourraient être eux-mêmes, dans leur état le plus naturel. Un moment où l’espace d’un instant, il n’y aurait plus qu’eux à leurs yeux.

Plus tard, ce cliché m’a donné cette impression. Il y en avait une dizaine. Sur tous les autres, les fidèles s’arrêtaient et parlaient à cet homme, lui souriaient, lui tapaient sur l’épaule ou lui donnaient un peu d’argent. Sans le contexte, on ne peut visiblement pas comprendre. Mais sur cette photo, il y a cette vieille femme. Elle souriait sur toutes les autres. Sur celle-là, elle semble simplement passer devant sans le voir… Et elle tire la gueule. Peut-être qu’au fond, tout n’est qu’hypocrisie, peut-être ne veut-elle que passer devant cet homme, sans lui parler. Leur regard ne se croise pas. Au premier plan, en revanche, on distingue deux femmes âgées en pleine discussion. Elles encadrent nos deux personnages qui semblent éternellement figés dans un instant silencieux.

Gabriel Feuvrier