Archives par mot-clé : Rose

Rose nucléaire

(cc) Floriane Rivery (08/12/2014)
(cc) Floriane Rivery (08/12/2014)

Cela faisait quelques temps que j’avais envie de m’essayer à la photographie de gouttes d’encre tombant dans de l’eau. J’ai découvert cette pratique lors d’une de mes trop nombreuses heures de procrastination passées à cliquer de photographie en photographie. J’aime les volutes légères de l’encre et surtout leur texture : fumée épaisse, tissus en mouvement ou bactérie vue au microscope ? Je les trouve mystérieuses et leurs formes et couleurs uniques laissent la porte ouverte à toute interprétation. Malgré mes appréhensions sur la réalisation de cette photo (mais comment vais-je pouvoir faire cela ? Hors de question de juste photographier un verre posé là), je me lance. Et puis, je dois l’avouer, c’était l’occasion pour la gamine qui est en moi de faire une des choses que je préfère quand il s’agit d’arts plastiques : me salir les mains !

J’installe mon dispositif comme je le peux, c’est à dire avec les moyens du bord. Une lampe scotchée au mur, une écharpe noire en guise de fond, un saladier en verre rempli d’eau… Mon studio tout en récup’ aurait lui aussi mérité une photo. J’ai beaucoup de difficultés à faire la mise au point : je veux que la zone nette soit au milieu de l’eau, là où les gouttes tomberont. Je ferme un peu le diaphragme mais je n’arrive toujours pas à mes fins. Je manque de lumière, allonge un peu le temps d’exposition et augmente la sensibilité. Et, d’un coup, j’ai envie d’utiliser d’autres liquides. Je mélange du lait et de l’encre rose, et verse ma mixture dans l’eau. Comme à chaque essai, je photographie en rafale, pour ne rien louper du déploiement de la matière. Et encore une fois, je me rend compte que la mise au point n’est absolument pas celle que je souhaitais.

Et à force de la regarder, cette photo… Je réalise que cette erreur de mise au point rend nettes toutes les petites bulles qui se sont formées sur la paroi en verre, qu’au second plan, le nuage rose est un peu flou, et intriguant. J’augmente un peu les contrastes et intensifie les couleurs. Je vois apparaître de la fumée, un champignon atomique rose entouré de particules. Ou, plus joyeux, une barbapapa ? D’autres y verront un ciel étoilé, une galaxie, une coupe de champagne… Un peu comme si j’avais produit ma propre version du test de Rorschach. Alors, malgré mes erreurs et mes tâtonnements, malgré les reflets sur le verre et les déformations dues à la forme du récipient, je suis satisfaite : j’ai produit une photographie ludique. A la fois pour moi durant la réalisation, mais aussi pour le spectateur qui peut laisser le champ libre à son imagination. En plus, j’ai de l’encre plein les mains !

Floriane Rivery

Billet Rose

(cc) Delphine Delumeau (19/10/2014)
(cc) Delphine Delumeau (19/10/2014)

Tout commence par une simple balade à Bordeaux un dimanche matin. Je n’avais pas vraiment d’idées précises de ce que je voulais photographier. Arrivée sur les quais de la Garonne je découvre des milliers de jooggeurs, principalement des femmes, qui avaient envahis les quais. Tous étaient vêtus d’un même tee shirt rose, certains des participants étaient même déguisés avec des chapeaux à paillettes roses, des boas à plumes roses, des collants roses fluo, des perruques roses… Il s’agissait du challenge du Ruban rose, dans le cadre d’Octobre rose. Plusieurs courses étaient organisées afin de sensibiliser et de récolter des fonds pour la lutte contre le cancer du sein.

J’essaye de me faire discrète et me place sur le côté pour prendre quelques photos et surtout pour ne pas me faire piétiner. C’est cette photographie qui a porté mon intention ; j’ai trouvé intéressant l’interaction entre moi, la photographe et la femme qui porte le numéro 5163, le modèle. Nos regards se sont croisés, elle m’a fait un signe de la main et un sourire en plein souffle. L’expression du visage et le geste de cette femme fait ressentir la convivialité et illustre bien cet événement de solidarité. Il y a une certaine uniformité dans cette photographie, puisque les joggeurs sont tous vêtus du même tee-shirt et ils regardent toutes dans des directions différentes mais courent pour une même cause et forment donc une unité.

Cette photographie et ce qu’elle représente me parle particulièrement car la lutte contre le cancer est une cause qui me porte beaucoup à coeur. Il y a quelques années un membre de ma famille a été touché par cette maladie dévastatrice. La photographie met en image ce bel acte de solidarité et toutes ces personnes qui se mobilisent pour une cause à laquelle je suis sensible.

Delphine Delumeau

La jeune Rose

(cc) Chloé Hernandez (20/10/2013)

Cela fait plusieurs minutes que je suis ici à scruter les passants. Je photographie, à l’aide de mon téléphone portable, toute personne à proximité.  Grâce à lui je peux agir en toute discrétion.  Je multiplie les photos et attends que “quelque chose” arrive. J’essaye de capter, de traduire une histoire, celle de ces promeneurs du dimanche, qui se rendent je ne sais où. Je suis les mouvements de la masse. Soudain, elle apparaît, révélée par les déplacements des passagers. Elle est là, vêtue de rose, au milieu de la foule qui se précipite à l’intérieur du tramway. Elle semble figée, hors du temps, alors que tout est mouvement autour d’elle. La couleur vive de ses vêtements la sépare du reste du monde. Malgré l’attroupement, elle est isolée. Tandis que tout est monotone, elle apporte chaleur et lumière autour d’elle. C’est la première personne qui remarque ma présence. Elle me fixe, s’interrogeant sur ce que je fais. Peut-être est-elle intriguée par mon attitude statique, qui reflète sa position. Ou tout simplement ai-je attiré son attention, parce que moi aussi, je suis vêtue de rose.

Rester immobile était pour moi le meilleur moyen d’observer et capter ce qui se déroulait devant moi. Je me devais d’être là et de saisir le bon moment. Les portes du tramway se sont ouvertes, les passagers ont commencé à descendre et en quelques secondes je me suis retrouvée submergée par la foule. Je suis restée à ma place en observant le cadre qui évoluait devant moi. La “jeune Rose” se dévoilait au fur et mesure que la foule se déplaçait. On aurait cru qu’elle m’attendait, statique, comme si elle s’était positionnée par rapport aux autres éléments présents sur  la photo. Le hasard a rajouté de la subtilité à la scène : la jeune Rose est l’unique visage que l’on distingue et elle est l’unique regard perceptible dans le cadre. Son regard vif, la couleur de ses vêtements, sont les contrastes qui donnent une force à cette photographie.

Chloé Hernandez