Archives par mot-clé : robot

« Satisfaction garantie » – séquence 3b : Des doutes quant à Tony…

Claire jeta un regard en dessous à Tony et baissa la voix :

– Et si jamais je le mettais en colère ?

– Inutile de parler à voix basse, dit le Dr Calvin avec calme. Il lui est impossible de se mettre en colère contre vous? [C’est] ce que nous appelons la Première Loi des la Robotique […] « Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger. » Tout les robots sont construits ainsi. [Nous avons besoin de] vous et de Tony pour effectuer une première expérience pour notre gouverne, tandis que votre mari se rendra à Washington afin de prendre les arrangements nécessaires pour procéder aux tests légaux.

– Cette opération serait donc illégale ?!

Larry s’éclaircit la gorge :

– Pour l’instant, oui. […] Il ne quittera pas la maison et vous ne devrez le laisser voir de personne. C’est tout… Je resterais bien avec [toi] Claire, mais je connais trop bien les robots. Il nous faut opérer avec la collaboration d’une personne complètement inexpérimentée afin d’obtenir des informations sur les cas les plus difficiles. C’est indispensable.

– Dans ce cas… murmura Claire. (Puis une pensée la frappa soudain:) Mais quelle est sa spécialité ?

– Les travaux domestiques, répondit brièvement le Dr Calvin.

Elle se leva pour prendre congé et ce fut Larry qui la reconduisit jusqu’à la porte d’entrée. Claire demeura tristement en arrière. Elle aperçut son visage dans la glace surmontant la cheminée et détourna hâtivement les yeux. Elle était très lasse de sa petite figure de souris fatiguée, et de sa chevelure floue et sans éclat. Puis elle surprit les yeux de Tony posés sur elle et fut sur le point de sourire, lorsqu’elle se souvint…

Il n’était qu’une machine.

SB1
(cc) Dorian D. (16/02/2014)
SB2
(cc) Dorian D. (16/02/2014)

Un storyboard ? David Hurst, producteur émérite soutien pourtant que cela n’est pas d’une grande utilité en dehors de l’écriture de dessins animés. Qu’importe, le paradoxe n’est-il pas fondateur du sens ? Mon extrait illustre le moment où le Dr Calvin présente le robot humanoïde à Claire Belmont. Les « débats avec la Production » ne permettent pas encore de définir avec précision les caractéristiques physiques de l’humanoïde ; de plus, les facteurs indiciels au sein de la nouvelle sont rares. C’est pourquoi j’ai pris le parti de ne pas croquer son visage. Enfin, plutôt que de réfléchir à une perspective purement artistique de cette adaptation, j’ai souhaité octroyer un caractère professionnel à cette première commande, en intégrant des annotations techniques, une représentation plus précise du décor et un détail de la position des mains de l’humanoïde. Les deux plans représentés se veulent avant tout représentatifs des deux axes de caméra les plus distincts, permettant ainsi une vision globale de l’agencement du futur plateau de tournage.

J’ai fais le choix de dessiner uniquement l’indispensable dans le cadre et de ne pas m’attarder sur des détails absents du scénario. L’utilisation du crayon à papier possède plusieurs atouts. D’abord, l’erreur est permise, la correction l’est donc tout autant, rendant ainsi possible les adaptations en fonction des modifications du scénario. De plus, une gamme de douze crayons plus ou moins gras m’ont permis non seulement une grande variétés de tons gris, mais également une grande rapidité dans l’exécution du dessin monochromatique.

Dorian D.

« Satisfaction garantie » – séquence 16

Une seule fois, elle tenta de lui apporter son assistance et sa bonne volonté. Il s’affairait dans la chambre voisine, et elle accrochait un tableau au point marqué par le coup d’œil d’une infaillibilité mathématique de Tony. Sur le mur, le trait minuscule; à ses pieds, le tableau; en elle le remords de son oisiveté. Mais elle était nerveuse… Ou bien l’escabeau était-il branlant? Elle le sentit se dérober sous elle et poussa un cri de frayeur. L’escabeau s’écroula sans l’entrainer dans sa chute, car Tony, avec une célérité inimaginable pour un être de chair et de sang, la reçut dans ses bras. Ses yeux calmes et sombres n’exprimaient rien et sa voix chaleureuse ne prononça que des mots :

– Vous n’avez pas de mal, madame Belmont?

3   « Satisfaction garantie » – séquence 16. (cc) Tristan Leyri (16/02/14)

Sur toute la séquence qu’il m’a été amené à story-boarder, j’ai choisi de représenter un court instant, une action précise : celle où notre robot rattrape Claire Belmont dans sa chute, alors qu’elle tentait d’accrocher un tableau au mur. Cela permet d’enchaîner trois plans consécutifs telle que les prises de vue de la caméra seraient montées à l’écran. Ainsi, si cette scène était à réaliser, nous aurions déjà une première idée des placements de caméra nécessaires, ainsi que des décors, des acteurs et de l’ambiance générale.

J’ai d’abord réalisé les vignettes au crayon à papier sur trois feuilles séparées. J’ai ensuite démarqué les traits au stylo noir et rapidement colorisé le tout à l’aquarelle. Le résultat à été retravaillé sur Photoshop Lightroom, afin de rendre un aspect final plus stylisé, à la fois délavé et étrange, presque futuriste.

Tristan Leyri.

« Satisfaction garantie » – séquence 9

Pourtant, elle s’écria soudain dans une explosion de chagrin :
– M. Belmont ne pense pas que je possède de cerveau, si vous voulez tout savoir… et sans doute n’en ai-je pas !
Elle ne pouvait se laisser aller à pleurer devant lui. Il lui semblait qu’elle devait sauvegarder l’honneur de la race humaine en présence de la création qui était sortie de ses mains.
– C’est tout récent, ajouta-t-elle. Tout allait bien lorsqu’il n’était encore qu’un étudiant, lorsqu’il débutait. Mais je suis incapable de jouer le rôle de la femme d’un homme important; et il va devenir important. Il voudrait que je me fasse hôtesse et que je l’introduise dans la vie mondaine… comme… comme Gladys Claffern.
Elle avait le nez rouge et elle détourna la tête.
Mais Tony ne la regardait pas. Ses yeux erraient à travers la pièce :

– Je peux vous aider à diriger la maison.
– Mais elle ne vaut pas un clou ! s’écria-t-elle farouchement. Il lui faudrait un je ne sais quoi que je suis incapable de lui donner. Je sais seulement la rendre confortable; mais jamais je ne pourrai lui donner cet aspect que l’on voit aux intérieurs représentés dans les magazines de luxe.
– Est-ce le genre que vous aimeriez ?
– À quoi servirait-il de désirer l’impossible ?
Les yeux de Tony s’étaient posés sur elle :
– Je pourrais vous aider.
– Connaissez-vous quelque chose à la décoration intérieure ?
– Cela entre-t-il dans les attributions d’une bonne ménagère ?
– Certainement.
– Dans ce cas, je peux l’apprendre. Pourriez-vous me procurer des livres sur le sujet ?
C’est à cet instant que quelque chose commença.

(cc) Tiphaine Robion (08/02/2014)
(cc) Tiphaine Robion (08/02/2014)

Cette séquence comporte beaucoup de dialogues et relativement peu d’action. Ainsi, pour ne ne pas lasser le spectateur et perdre son attention, j’ai choisi des valeurs de plan et des mouvements de caméra variés : tout d’abord, la scène commence par un plan de demi-ensemble, puis la caméra dé-zoome petit à petit pour arriver à un plan d’ensemble, afin de faire découvrir au spectateur le peu de décoration installée par Claire dans sa maison, et ainsi appuyer le dialogue sur la décoration d’intérieure. Ce n’est qu’à la fin de la scène que l’on découvre vraiment Tony, de face, qui converse avec Claire, en plan moyen (à droite de la première vignette).

Pour réaliser ce story-board, j’ai découpé la feuille en trois parties de 16 centimètres sur 9 centimètres, afin de représenter un écran 16/9e et donc, rendre plus facile l’adaptation du story-board en film. Il était difficile de représenter une scène entière en trois vignettes seulement, c’est pourquoi j’ai choisi trois plans représentatifs et indiqué les mouvements de caméra et les dialogues en annotation (colonne de droite). Après de nombreux essais, n’étant pas à l’aise avec la technique du dessin, j’ai préféré représenter les personnages de manière simple, afin de ne pas encombrer le story-board avec des traits incompréhensibles.

Tiphaine Robion