Archives par mot-clé : représentation

A quoi tu penses ?

“A quoi tu penses ?”(cc) Émilie Donès (16/03/2014)
A quoi tu penses ?(cc) Émilie Donès (16/03/2014)

Notre apparence est, malgré ce que l’on en dit, influencée par le regard des autres. Lorsque l’on se retrouve chaque matin devant notre glace, on pense. De quelle façon allons nous façonner notre image et donc notre personnalité ? Notre inconscient prend alors le dessus. On retrace minutieusement l’image que l’on a dans nos pensées, celle qui correspond d’une certaine façon aux modèles de la société que l’on voudrait renvoyer aux autres. Que celle-ci nous corresponde ou non, nous testons. Et un jour ou l’autre, nous trouvons l’image qui nous correspond, celle qui nous représente et qui nous permet de nous sentir nous-même.

Par ce collage, j’ai voulu transmettre toute l’incertitude qui peut être ressentie par chacun. La vie en communauté impose certaines règles qui sont parfois perçues comme des barrières par certains. Afin de m’inspirer, je décide de parcourir sur internet les différents portraits réalisés grâce à la technique du collage. Lors de mes recherches, je tombe sur un collage qui selon moi me ressemble. Alors me vient l’idée de jouer de cette image sur le logiciel Photoshop. Une fois celle-ci importée, je réalise un portrait qui correspond à celui trouver sur le net. J’effectue un jeu de regards afin de créer un lien entre les deux personnages, comme si l’un venait s’inspirer de l’autre. Ici est alors établi un parallèle entre mon image et celle qui me ressemble et que je voudrais à tout prix reproduire. Je découpe alors le portrait original afin de la positionner comme surgissant de mes pensées. J’ajoute ensuite certains éléments permettant de traduire la reproduction d’une image: les lèvres et l’accessoire sur la tête.

Emilie DONES

Arbor-Essence

 

Arbor-Essence. (cc) Tristan Leyri (25/01/14)
Arbor-Essence. (cc) Tristan Leyri (25/01/14)

 

Au cours de ces derniers mois, j’ai découvert deux artistes m’ayant inspiré. Wim Wenders et Noémie Goudal cherchent à dénoncer subtilement l’emprise de l’industrialisme sur le monde naturel. Ils immiscent alors les traces du grignotage humain sur des décors neutres, juste assez pour appâter l’œil du spectateur.  La photographie permet à l’auteur de représenter tout lieu tel qu’il le souhaite. Par exemple apposer à un bois, et par là dénoncer, le reflet de l’avenir qui lui sera peut-être réservé.

Je me suis borné à réaliser la première idée qui m’est venu en tête : recouvrir des arbres de papier aluminium afin de les dénaturer. Le miroir permet de glisser cette déformation sur le fond d’une forêt vierge. Ils sont peu visibles, mais des déchets de poubelles renversées (j’ai nettoyé !) viennent aussi joncher le sol. Le mauvais temps m’a forcé à réduire la vitesse de prise de vue et à utiliser un trépied. Parmi toutes les photos ayant le miroir centré et en gros plan, j’ai choisi celle où il restait discret,  laissant dominer un sentiment d’espoir.

Le hasard a fait que le miroir récupéré et l’arbre choisit avaient à peu près la même largeur. En revoyant l’image, je découvre que celui-ci pourrait presque être transparent ou révéler un sentier secret encore jamais foulé par une paire de godasses. Peut-être que le hasard, ou bien la nature, ont aussi voulu s’exprimer un peu.

 Tristan Leyri.

L’histoire de TETG

 

Que voit-on sur une photographie ? Ce qui est montré, évidemment. D’accord, mais qu’est-ce qu’on nous montre ? Personnellement, j’ai souvent eu à me battre lors d’expositions ou lors de conversations entre amis. D’une discussion intelligente et pleine de bons sentiments nous passons souvent à des tempêtes d’insultes et à des crises de nerfs. J’exagère légèrement, mais c’est pour illustrer le problème. Je crois que c’est une question d’interprétation. Personne n’a les mêmes références, chacun a son répertoire d’images, son vécu, sa représentation du monde. C’est pour cela que j’ai choisi de faire un cadavre exquis sonore. Je voulais monter un récit pour mettre tout le monde d’accord, pour une fois.

J’ai contacté quelques uns de mes amis, pour qu’ils viennent me raconter l’histoire de cette photographie. Les quatre personnes choisies viennent toutes de milieux assez différents. Il ne fallait pas qu’elles évoluent dans le même domaine et elles ne devaient pas se connaître. Grâce à une seule et même consigne, elles devaient  décrire l’image et inventer une histoire, sans que les autres ne l’entendent. J’orientais parfois la description sur un élément précis (le scooter, les gens du fond). Lors du montage, je me suis rendue compte que le temps imparti pour la réalisation était trop court, je me suis donc limitée à entrecroiser les voix pour faire une description de l’image presque univoque. Même si tout le monde s’accorde un minimum, c’est dans la pluralité des idées, des tiques de langage, des expressions et des imaginaires, qu’un discours, qu’un monde se dessine autour d’une œuvre.

Morgane Kerarvran