Archives par mot-clé : repères

En quête de repères

cc Clémentine Le Roy (20/10/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (20/10/2014)

Se glisser dans la peau d’un reporter photo le temps de trouver une image. L’image. Direction la gare Saint Jean. Je n’ai voulu aller que là-bas: j’adore les gares, les trains. Ce sont des lieux de passage, jamais des destinations en soi. La gare est un lieu romanesque, chargé émotionnellement pour quiconque a la curiosité de regarder autour de lui: des gens s’y séparent, s’y retrouvent, prennent un nouveau départ, des vies basculent quand d’autres suivent tranquillement leurs cours. Le commun et l’extraordinaire qui se côtoient quotidiennement dans un même lieu. La marque indélébile laissée par les Parapluies de Cherbourg est bien là…

Je me promène à l’affût d’un Guy et d’une Geneviève. La gare est bien calme ce lundi soir. Je m’habitue peu à peu à l’appareil que je porte autour du cou, un bridge qui n’offre, à mon grand désarroi, que très peu de profondeur de champ et de texture à l’image. Sur le quai d’en face, un convoi transportant des voitures démarre. Devant, quatre jeunes agents. Je fais quatre clichés. Le tout manque cruellement de sens. Le train pour Paris Montparnasse est annoncé dans une vingtaine de minutes. Sur le quai, des gens se pressent déjà. Je sens que je vais trouver quelque chose de consistant. Je cherche précisément des couples susceptibles de m’offrir l’adieu déchirant que je fantasme silencieusement derrière mon appareil. J’attends tranquillement adossée à un poteau quand une femme et deux enfants s’arrêtent devant moi: lourdement chargés, l’air fatigué, ils ne savent pas de quel côté du quai ils doivent aller. Je les vois qui regardent avec insistance dans ma direction. Je m’écarte pour les laisser passer et je me place derrière eux.

Ce que je vois me plaît, je tiens ma photo. La lumière jaune de la gare, le panneau de travers, le gros poteau moche à droite: c’est très loin de ce que je voulais trouver, mais il se dégage de cette image quelque chose qui me parle et donne une autre résonance à ma vision des choses. Cette mère et ses deux fils perdus m’ont touché. Côte à côte, ils font front en regardant dans des directions opposées. Ils sont en quête de repères pour pouvoir partir. Ce soir là à la gare, je n’ai pas trouvé de couples de cinéma, mais j’ai trouvé une belle famille.

Clémentine Le Roy