Archives par mot-clé : Rencontre

La photo de plus

La photo de plus (cc) Florence Delavaud (16/10/2013)

Lorsque j’ai regardé ma série de photos, j’ai tout de suite su que je conserverais celle-ci. Ma démarche était simple : obtenir un portrait d’une ou plusieurs personnes sans qu’elles regardent l’objectif, avec un mouvement qui dynamise le plan. Le tramway offre un panel de situations intéressantes, cependant, y réaliser un portrait sans être repérée représentait un sacré défi.  Défi raté, puisqu’après avoir essuyé quelques regards suspects, j’ai finalement opté pour l’extérieur du tram. Les premières photos sont catastrophiques : floues et mal cadrées à cause des démarrages brusques et de la traditionnelle cohue de la fin de journée.

Alors que j’allais renoncer, j’ai vu ces trois femmes qui se pressaient chacune dans une direction différente, et j’ai pris ce que le photographe Eliott Erwitt appelle « la photo de plus », celle pour laquelle il faut « insister », et que l’on réalise après maints essais. Au premier plan, la vitre du tramway, parsemée de pluie, est une fenêtre sur l’extérieur. Au second plan se tient cette personne qui s’apprête à rentrer, qui sort son téléphone, replie son parapluie… Elle amène de la couleur et beaucoup de mouvement. Elle forme avec les deux autres un triangle dynamique, et chacune suit sa lancée sans se regarder. C’est ce que je lis sur cette photo et qui me plaît, finalement c’est la simplicité de cette scène de tous les jours qui sera ma « photo de plus ».

Florence Delavaud

La jeune Rose

(cc) Chloé Hernandez (20/10/2013)

Cela fait plusieurs minutes que je suis ici à scruter les passants. Je photographie, à l’aide de mon téléphone portable, toute personne à proximité.  Grâce à lui je peux agir en toute discrétion.  Je multiplie les photos et attends que « quelque chose » arrive. J’essaye de capter, de traduire une histoire, celle de ces promeneurs du dimanche, qui se rendent je ne sais où. Je suis les mouvements de la masse. Soudain, elle apparaît, révélée par les déplacements des passagers. Elle est là, vêtue de rose, au milieu de la foule qui se précipite à l’intérieur du tramway. Elle semble figée, hors du temps, alors que tout est mouvement autour d’elle. La couleur vive de ses vêtements la sépare du reste du monde. Malgré l’attroupement, elle est isolée. Tandis que tout est monotone, elle apporte chaleur et lumière autour d’elle. C’est la première personne qui remarque ma présence. Elle me fixe, s’interrogeant sur ce que je fais. Peut-être est-elle intriguée par mon attitude statique, qui reflète sa position. Ou tout simplement ai-je attiré son attention, parce que moi aussi, je suis vêtue de rose.

Rester immobile était pour moi le meilleur moyen d’observer et capter ce qui se déroulait devant moi. Je me devais d’être là et de saisir le bon moment. Les portes du tramway se sont ouvertes, les passagers ont commencé à descendre et en quelques secondes je me suis retrouvée submergée par la foule. Je suis restée à ma place en observant le cadre qui évoluait devant moi. La « jeune Rose » se dévoilait au fur et mesure que la foule se déplaçait. On aurait cru qu’elle m’attendait, statique, comme si elle s’était positionnée par rapport aux autres éléments présents sur  la photo. Le hasard a rajouté de la subtilité à la scène : la jeune Rose est l’unique visage que l’on distingue et elle est l’unique regard perceptible dans le cadre. Son regard vif, la couleur de ses vêtements, sont les contrastes qui donnent une force à cette photographie.

Chloé Hernandez