Archives par mot-clé : Regard

La jeune Rose

(cc) Chloé Hernandez (20/10/2013)

Cela fait plusieurs minutes que je suis ici à scruter les passants. Je photographie, à l’aide de mon téléphone portable, toute personne à proximité.  Grâce à lui je peux agir en toute discrétion.  Je multiplie les photos et attends que “quelque chose” arrive. J’essaye de capter, de traduire une histoire, celle de ces promeneurs du dimanche, qui se rendent je ne sais où. Je suis les mouvements de la masse. Soudain, elle apparaît, révélée par les déplacements des passagers. Elle est là, vêtue de rose, au milieu de la foule qui se précipite à l’intérieur du tramway. Elle semble figée, hors du temps, alors que tout est mouvement autour d’elle. La couleur vive de ses vêtements la sépare du reste du monde. Malgré l’attroupement, elle est isolée. Tandis que tout est monotone, elle apporte chaleur et lumière autour d’elle. C’est la première personne qui remarque ma présence. Elle me fixe, s’interrogeant sur ce que je fais. Peut-être est-elle intriguée par mon attitude statique, qui reflète sa position. Ou tout simplement ai-je attiré son attention, parce que moi aussi, je suis vêtue de rose.

Rester immobile était pour moi le meilleur moyen d’observer et capter ce qui se déroulait devant moi. Je me devais d’être là et de saisir le bon moment. Les portes du tramway se sont ouvertes, les passagers ont commencé à descendre et en quelques secondes je me suis retrouvée submergée par la foule. Je suis restée à ma place en observant le cadre qui évoluait devant moi. La “jeune Rose” se dévoilait au fur et mesure que la foule se déplaçait. On aurait cru qu’elle m’attendait, statique, comme si elle s’était positionnée par rapport aux autres éléments présents sur  la photo. Le hasard a rajouté de la subtilité à la scène : la jeune Rose est l’unique visage que l’on distingue et elle est l’unique regard perceptible dans le cadre. Son regard vif, la couleur de ses vêtements, sont les contrastes qui donnent une force à cette photographie.

Chloé Hernandez

Chut

La Chute (cc) Morgane Keravran (20/10/2013)

Prendre une photo ayant  comme thème « le regard » semble être une tâche facile. On pourrait croire qu’il n’y a qu’à prendre son appareil photo et arpenter les rues afin de saisir l’image de nos rêves. Mais quand on s’avance un peu, on s’aperçoit que ce qui paraissait n’être qu’une simple histoire de déclencheur est en fait une vraie épreuve. Optimiste, je sors de chez moi et me dirige vers l’inconnu. Soudain, un homme passe devant moi et je veux le prendre en photo, juste pour essayer. Le temps que je sorte l’appareil de mon sac, que je l’allume, que je fasse quelques réglages et l’objet de ma convoitise a déjà disparu. Tant pis, je continue ma quête à la recherche du moment clef. Après une vingtaine de photos prises à la dérobée et floutées par mes hésitations, je me rends compte qu’il m’est très difficile d’obtenir ce que je cherche. J’ai l’impression d’être une sorte d’espion, indiscret et voyeur, mais je n’arrive pas  à faire autrement, je suis incapable d’aller vers les gens et de créer un lien avec eux.

J’ai tout de même réussi à prendre une photo. Je me reposais dans l’herbe lorsque mon attention fut retenue par un cri. Un enfant apprenait à faire du vélo avec son père. J’ai choisi de ne pas me servir de mon appareil tout de suite. J’ai voulu m’intégrer à leur aventure, à ma manière. Même si je ne leur ai pas adressé la parole, j’ai pris le temps d’observer la scène et de m’attacher à ces personnages. Sur cette photo tous les regards, dont le mien, se dirigent vers le garçon. Je fais partie de l’histoire, en hors champs. L’apprenti vacille et tout le monde retient son souffle, conscient de la chute à venir.  L’action est inachevée et en suspens.

Morgane Kerarvran