Archives par mot-clé : Regard

Trois attitudes

3 attitudes
(cc) (20/10/2013)

Boulevard Georges V – Bordeaux ou plutôt la rue qui relie chez moi au tramway. Tous les jours, je marche sur ce trottoir du même côté de la rue. Tous les jours je regarde les mêmes enseignes : la pharmacie, le tabac/presse, le magasin de matériel médical, l’entreprise “le sac publicitaire”, la crèche, le cabinet médical et l’auto-école. Cette rue qui me parait interminable lorsque je suis en retard ou lorsqu’il pleut. Cette rue qui passe plus rapidement quand je suis au téléphone ou avec des copines. Mais cette rue que je passe la plupart du temps dans mes pensées : “Il faut que j’aille faire les courses”, “J’espère que je ne vais pas avoir froid”, “Faut pas que je rate le prochain tram”, “J’ai oublié mon parapluie”, “C’est quoi comme entreprise “le sac publicitaire” ?”

C’est dans cette rue, boulevard Georges V que j’ai pris cette photo. De jeunes filles marchent sur ce trottoir de trois manières différentes. La première est au téléphone. Le groupe des trois filles situé juste derrière elle marche en discutant. Et la dernière fille en arrière plan sur la droite, marche dans l’autre sens, seule. Ces trois attitudes sont celles dans lesquelles j’ai pu me trouver au même endroit sur ce même trottoir : téléphone à la main, entre copines ou seule dans mes pensées. C’est ce qui rend pour moi cette photo intéressante. En opposition aux filles qui se promènent, se trouve sur le côté gauche de la photo une voiture. Elle représente la voiture que je n’ai pas, et qui transformerait à coup sûr ma vision de cette rue.

Lauriane

Rencontre du dernier type

Rencontre du dernier type (cc) Gaylord Gauvrit (19/10/2013)
Rencontre du dernier type (cc) Gaylord Gauvrit (19/10/2013)

Samedi soir, retour de soirée. Je pense à mon billet. Je pense à cette photo que je n’arrive pas à prendre. Pourtant, je l’ai cherché ce regard. J’ai fouillé les ruelles. J’ai une plusieurs idées. Mais je n’ai pas osé m’imposer. Par peur de gêner ou par précaution, je ne me suis mis en travers de personne. J’ai observé, mais n’ai rien capturé. Je n’ai rien à présenter… Samedi soir, 30 minutes plus tard. Je parle à voix haute de mon billet. Au pire, je posterai un aplat noir et expliquerais que je n’ai pas osé. Ça passera et je me rattraperai sur le prochain carnet… Bon, c’est un peu gros quand même. Je vais bien réussir à la prendre cette photo. Je vais bien rencontrer quelqu’un d’intéressant au dernier moment. J’arrête de fixer mes pieds et regarde autour de moi. Oh tiens, un sauveur masqué.

Cette rencontre inespérée, faite au coin d’une ruelle, n’aurait pu mieux tomber. Le regard est en effet saisissant. Tous les éléments sont là. Je suis parfaitement dans le sujet. L’expression du visage n’est pas difficile à capturer et cet homme se prête même au jeu pour me faciliter la tâche. Je l’invite à se rapprocher d’un lampadaire pour obtenir une lumière naturelle. Il me propose naturellement plusieurs poses. Après une série de cinq photos, je le laisse repartir dans l’ombre. Je n’ai sûrement pas La photo, mais j’ai celle-ci. Les réglages ne sont pas optimums, au vu du grain sur l’image, mais une légère retouche sur Photoshop permettra de la lisser. Un cache-misère de dernière minute.

Le chat et l’homme

DSC02246
Le chat et l’homme (cc) Émilie Donès (20/10/2013)

Au milieu de la rue la plus commerçante de la ville, mon regard se pose sur un homme, assis, faisant la manche. Les passants vaquant à leurs achats ne lui prête pas attention. Les seules marques d’attention à son égard viennent du fait qu’il est accompagné d’un chaton qu’il tient en laisse. Là se crée toute la dimension dramatique de la scène. Au moment d’arrêter mon choix sur un cliché, je me rends compte que dans celui-ci, et malgré mes précautions, lui m’a vu et me regarde aussi. La rencontre s’est établie. Le choix de ma photographie aussi.

Ne voulant pas de confusion quant à mes intentions et afin de préserver toute mise en scène, je décide de photographier l’homme discrètement. Je me positionne donc à distance afin de prendre la scène en plan large. De cette manière, j’ai pu relever dans ce cliché 4 plans. Au premier plan, les passants sont indifférents. Au deuxième plan, l’homme est affalé par terre avec son chat. Au troisième plan, des passants sont accroupis dans son dos, non pas préoccupés par sa situation mais pour caresser son chat. Derrière eux se tiennent deux femmes dont les regards semblent également posés sur l’animal. Et enfin au quatrième plan trône une enseigne : Galeries Lafayette, qui accentue le contraste avec la mendicité de l’homme. Alors que je shootais en noir et blanc, j’ai choisi de photographier ici en couleur afin rendre au mieux le caractère contemporain de cette image.

Emilie Donès

Elle

Photo Billet 2 Julie Morales
(cc) Julie Morales (21/10/13)

Bordeaux et son tram, le soir, c’est tout une histoire… Un espace-temps éphémère, transitoire, où se croisent des personnes regagnant leur habitation ou s’acheminant vers un lieu de fête, peut-être. Qui est cet autre que je vais apercevoir, ce soir, celui que je m’apprête à photographier sans son accord ? Une envie de me poser à l’intérieur du tram, et me voilà face aux portes d’entrée avec cet appareil, disposée à dérober une expression, une situation, un sentiment… Sans vouloir me cacher, au contraire je m’affiche, j’assume mon geste, j’appuie sur le déclencheur, une première, une deuxième, puis une troisième fois et j’observe ces autres qui passent devant moi sans un regard, qui me fixent avec inquisition, qui me jugent ou pas, mais ne me disent rien…

Un mouvement en arc de cercle, en même temps qu’un zigzag formé par les personnes entrant dans le tram, s’oppose aux formes rectilignes de l’arrière plan. Ces dernières apparaissent alors comme une amorce de cadre dans le cadre dans lequel se trouve un troisième cadre, qui n’est autre qu’un carré. Et ce petit carré blanc étrange sur l’affiche du fond théâtralise la scène par son incongruité. Au premier plan un homme disparaît, au second une femme se cache, au troisième et au cinquième deux hommes flous se déplacent dans une direction opposée : tous semblent en mouvement. Une seule personne dans cette photographie paraît être “à l’arrêt”, est-ce son regard qui a saisi ma présence ou mon appareil qui s’est emparé de cette rencontre ? Cette jeune fille est nette, son regard nous fixe, elle prend alors toute son existence dans cette scène anonyme. En effet, tout bouge, tout est flou… sauf cette protagoniste.

Julie Morales

 

 

La photo de plus

La photo de plus (cc) Florence Delavaud (16/10/2013)

Lorsque j’ai regardé ma série de photos, j’ai tout de suite su que je conserverais celle-ci. Ma démarche était simple : obtenir un portrait d’une ou plusieurs personnes sans qu’elles regardent l’objectif, avec un mouvement qui dynamise le plan. Le tramway offre un panel de situations intéressantes, cependant, y réaliser un portrait sans être repérée représentait un sacré défi.  Défi raté, puisqu’après avoir essuyé quelques regards suspects, j’ai finalement opté pour l’extérieur du tram. Les premières photos sont catastrophiques : floues et mal cadrées à cause des démarrages brusques et de la traditionnelle cohue de la fin de journée.

Alors que j’allais renoncer, j’ai vu ces trois femmes qui se pressaient chacune dans une direction différente, et j’ai pris ce que le photographe Eliott Erwitt appelle « la photo de plus », celle pour laquelle il faut « insister », et que l’on réalise après maints essais. Au premier plan, la vitre du tramway, parsemée de pluie, est une fenêtre sur l’extérieur. Au second plan se tient cette personne qui s’apprête à rentrer, qui sort son téléphone, replie son parapluie… Elle amène de la couleur et beaucoup de mouvement. Elle forme avec les deux autres un triangle dynamique, et chacune suit sa lancée sans se regarder. C’est ce que je lis sur cette photo et qui me plaît, finalement c’est la simplicité de cette scène de tous les jours qui sera ma « photo de plus ».

Florence Delavaud