Archives par mot-clé : réflexion

Réflexion étudiante

Quand l’Université, lieu de réflexion par excellence,
réfléchit les silhouettes anonymes d’étudiants de passage…

(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny
(cc) Manon Harsigny

Chaque photo est le prétexte à une mise en abîme mettant en scène les silhouettes furtives des habitants éphémères de l’Université. À travers des jeux de reflets et de perspectives, la faculté est mise en scène comme un lieu propice à la réflexion.

Série photographique réalisée par Manon Harsigny à l’Université Bordeaux-Montaigne.

L’art et l’instant

(cc) Tiphaine Robion (02/02/2014)
(cc) Tiphaine Robion (02/02/2014)

Réfléchir à comment créer plutôt que pourquoi créer est une façon de penser qui ne m’est pas familière. La solution est peut-être tout simplement de ne pas trop réfléchir : j’ai imprimé les trois photographies des billets précédents, puis commencé à les déchirer, les coller entre elles, les décoller; les badigeonner de soja qui traînait par là, à l’aide d’un pinceau que j’avais à proximité, les coller de nouveau. Le résultat ne me satisfaisait pas, alors j’ai pris une pause. En revenant quelques minutes plus tard, la composition avait pris une teinte qui me plaisait, et ce que je n’avais pas apprécié la première fois était sans doute la spontanéité du travail à laquelle je ne suis pas habituée.

Effectuer le chemin de réflexion inverse, en pensant à la forme et non au fond, n’est pas chose aisée : l’interprétation a posteriori n’en est que plus difficile. Je crois que ce qui me plaît dans cet assemblage de photographies, c’est justement l’absence de signification au premier abord, et de liens entre ces images : on remarque tout de suite la distinction entre les trois photos, les découpages ne sont pas nets et on aperçoit les reliefs. Pourtant, quelque chose relie les trois couches : les couleurs, l’ambiance,  la superposition hasardeuse qui fonctionne bien ? Je ne sais pas s’il y a vraiment une réponse. Pour l’instant, j’essaie d’apprécier l’esthétique en arrêtant de me demander, “mais pourquoi ?”.

Tiphaine Robion