Archives par mot-clé : reflet

Et la lumière fut

(cc) Delphine Delumeau (07/12/2014)
(cc) Delphine Delumeau (07/12/2014)

Pour ce projet de photographie conceptuelle, je souhaitais jouer avec la lumière et les reflets tout comme le travail du photographe Alain Fleischer. Dans son travail photographique, il a beaucoup utilisé les miroirs pour jouer sur les reflets. Pour mon billet, je souhaitais utiliser des matériaux différents et naturels. J’avais pour objectif de lier l’eau et le feu, deux éléments naturels contraires. L’eau est source de vie et le feu est envoûtant, son approche suscite la fascination et pourtant il est insaisissable.

Pour réaliser cette photographie j’ai donc versé de l’eau sur ma table et disposé ma bougie au centre de celle-ci. J’ai pris la photographie lors de la nuit tombée et j’ai éteint toute les lumières de mon appartement, afin d’avoir seulement la lumière qui provenait de la bougie. J’ai utilisé une faible focale et une vitesse d’obturation rapide afin que l’objet soit net. Pour prendre cette photographie je me suis positionnée très proche de l’objet et de façon à ce que le reflet de la bougie soit aussi visible que la bougie elle-même.

 Ce qui me plaît dans cette photographie, c’est la symétrie parfaite de la bougie et de son reflet, ainsi que la ligne rouge qui apparait entre les deux. Nous pouvons observer une prédominance de la flamme et de la lumière qu’elle renvoie, alors que l’eau n’est pas perceptible. En effet l’eau donne parfois une impression de faiblesse, alors qu’au contraire elle est forte. De tous les éléments terrestres, elle domine toujours, même le feu ne lui résiste pas, pourtant symbole de purification.

Mots & Miroirs

(cc) Clémentine Le Roy (08/12/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (08/12/2014)

Miroir. C’est tout ce que m’a évoqué les quelques bribes de consignes et ce qui m’est resté des travaux des photographes mentionnés. Pas inspirée et pas franchement enthousiasmée par ce type de photographies, je suis convaincue de réussir à bricoler une petite chose sans trop avoir à y réfléchir. Je n’ai pensé qu’aux miroirs. J’aime bien tout ce que cet objet peut représenter, et la façon dont il est utilisé, particulièrement au cinéma. Et c’est aussi l’occasion de me replonger dans un numéro particulièrement réussi de Blow Up : un miroir peut permettre à un personnage de se replonger dans le passé, évoquer la peur, la dualité, le trouble identitaire, ou simplement Fabienne Tabard. Mais le dénominateur commun de toutes ces évocations est la présence d’un personnage dans le reflet ; hors il n’est pas question de mettre qui que ce soit dans le cadre. J’examine alors les possibilités qui s’offrent à moi devant ce constat.

17h, la lumière tombe peu à peu dans des rayons orangés. J’essaye des choses avec mes trois petits miroirs de poche : je les mets dans un sens, dans un autre, je les déplace, les superpose de façon à ce qu’on ne voit le moins possible l’appareil photo et encore moins ma main qui appuiera sur le bouton. Le but étant à un moment ou à un autre de trouver quelque chose d’intéressant : la photo pour moi c’est le mouvement, l’inattendu, le hasard, alors prévoir et construire son effet – et pire, le conceptualiser ! -, je trouve ça triste. Mais la chance finit par me sourire, en déplaçant innocemment mon petit miroir rond, je m’aperçois que l’arbre devant ma fenêtre se réfléchit dedans et ressort dans une belle lumière. La photo faite, je la recadre et l’affaire est faite.

C’est curieux, en consultant mon dictionnaire toujours à portée de main, je me rends compte que le champ lexical du miroir est assez intéressant, et presque toujours à double sens dans notre contexte : ainsi le reflet est une « image réfléchie », et le miroir est une « surface qui réfléchit la lumière et les images ». Presque attendrie par cette découverte, je me dis que la langue française est quand même drôle : ces définitions relèvent presque de la personnification. Ainsi un reflet ne serait pas juste une image réfléchie, mais une image qui réfléchit, c’est à dire à la fois un mot désignant au sens propre une action mécanique, ou devrais-je dire optique, et au sens figuré-psychanalytique une action d’intellectualisation : il est attribué à un objet le pouvoir de réfléchir. Je voulais conclure en laissant le mot de la fin à un illustre personnage, et il m’apparut une citation pleine d’intelligence de Schopenhaueur : « les femmes sont comme des miroirs, elles réfléchissent mais ne pensent pas ». C’était ironique bien sûr, il est bien connu que la « stupidité croît avec l’intelligence »[i] et ce philosophe prussien, comme bon nombre de ses collègues, ne fait donc pas exception à la règle. Je préfère laisser le mot de la fin – et pour de bon cette fois – à Jean Louis Auguste Commerson, maître méconnu d’aphorismes humoristiques et auteur d’une délicieuse maxime que nous saurons apprécier ici : « quand je mange des glaces, cela me fait réfléchir ».

            Clémentine Le Roy


[i] Grégory Compère, Essais

Petite faim

Billet 3
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (08/12/14)

C’est quand même génial le hasard. On est dimanche, il fait froid dehors, je me remet difficilement d’une fête d’anniversaire un peu trop arrosée. Je dois bosser, je dois prendre ma photo, faire mon analyse, réviser mes cours. Mais d’abord, le plus important c’est de manger quelque chose. Quelque chose de gras ou de sucré, peut importe tant que ça finit dans mon estomac malmené par les mélanges de la veille. Je me fait réchauffer une part de gâteau. C’est long. Je fais le guet devant mon four et je remarque mon reflet dans la vitre : intéressant!

J’ai donc aussitôt décidé d’attraper mon appareil pour prendre ce fameux cliché. Après plusieurs essais avec différents réglages, j’opte pour une petite profondeur de champs et je fais le point sur la grille du four. Je trouve que cela donne une texture intéressante à la photo. Il y a plusieurs espace dans cette image : mon appartement, l’intérieur du four et le monde extérieur derrière mes fenêtres. On a l’impression que je suis enfermée derrière ce grillage alors que je dispose de tout l’espace que l’on voit derrière moi. J’ai également essayé de travailler la couleur de ma photo. Je souhaitais mettre l’accent sur la lumière du four qui donne un côté chaleureux en opposition avec le reste de la pièce qui est très froid, et mon visage, complètement sombre.

 On peut décortiquer cette photo, y repérer différents niveaux, s’amuser à reconstituer le lieu, imaginer le moment où elle a été prise.  Je pourrais être un personnage de film d’horreur Japonais avec de long cheveux, la peau grisâtre et les orbites vides.  Au final, ce n’est pas très important de savoir qu’il s’agit de moi assise devant mon four, attendant ma part de gâteau, c’est important pour moi mais pas pour les autres. Cette photo peut raconter des milliers de choses, cela dépend de ce que les gens choisissent d’y voir.

Jeanne Vidal-Giraud.

L’oeil de la caméra

(cc) Camille Nivat (14/11/2014)
(cc) Camille Nivat (14/11/2014)

Capter l’intime? Qu’est-ce je peux photographier? Et surtout, qu’est-ce que j’accepte de montrer? Ces questions n’ont pas cessé de me trotter dans la tête. Il m’est impossible de remonter sur Paris… Je peux toujours prendre des clichés de ma chambre à Bordeaux, que j’occupe depuis plus de deux mois. Je laisse mes pensées divaguer, espérant que l’Idée puisse s’imposer à moi. Même si, je dois le reconnaitre, je suis complètement perdue. Je n’ai pas la moindre idée de comment aborder ce sujet. J’ai peur de terminer avec une photo prise  à contrecœur, qui ne me convient pas. Jeudi soir, dans ma chambre, je regarde autour de moi. L’inspiration ne vient vraiment pas. Bien que mes affaires aient envahit l’espace, je ne sais vraiment pas comment cette pièce peut rendre compte de ma vie, de qui je suis. Et puis, je décide, sans grande convictions, de photographier ma chambre, dans sa globalité, puis de manière morcelée. Je me focalise sur un objet, puis sur un autre, puis sur les deux en même temps. Mais les clichés qui résultent de cette expérience ne me conviennent absolument pas. Il faut le bien dire, elles sont nulles. Rien n’en ressort; elles n’expriment rien.

Dans mon errance photographique, je me prends à photographier tout et n’importe quoi – des détails sans grand intérêt. J’en arrive même à prendre des clichés de la serrure de la porte de ma chambre. Mais avant, je décide de passer en mode manuel. Je règle approximativement la vitesse de l’obturateur, puis je change rapidement l’ouverture du diaphragme. Je n’ai pas pensé à noter ces informations, ce qui me rend incapable de donner des chiffres précis. J’appuie donc sur le déclencheur, en essayant d’imaginer ce que la photographie pourrait rendre. Je cherche à rendre net les éléments qui se trouvent de l’autre côté de la porte – sans succès. Sans même regarder le résultat de la photographie, je change les données de l’appareil et je reprends des clichés du même objet. Une dizaine de minutes plus tard, je me retrouve avec une série de photo de serrure. Et contre toute attente, cette série m’inspire. Ce qui se trouve derrière la serrure reste totalement invisible. En revanche, mon reflet se dessine dans le contour de la serrure; pas de façon nette, mais c’est ce qui rend la photo intéressante.

C’est l’imprévu, l’erreur qui surgit de cette photo. En effet, ce n’est pas du tout le cliché que je cherchais à prendre. Je voulais voir ce qu’il se passer de l’autre côté de la porte, mais c’est mon visage qui m’est revenue en pleine face – si je puis dire. Je me retrouve face à moi-même. Et, je ne sais pas pourquoi, cela a créé une forme de malaise chez moi. J’ai toujours fui les appareils photos, sauf quand c’était moi qui le maniait. Je me suis alors demandé pourquoi. Le dédoublement, la photographie, pourquoi nombre de gens redoute d’être pris en photo ? Est-ce par peur du résultat ? Par peur de se retrouver face à soi-même, de voir imprimer sur la pellicule le moindre de ses défauts ? Par peur du jugement ? Ou alors est-ce par simple égoïsme, de voir inscrit son corps sur un objet extérieur – comme s’il ne nous appartenait plus ? D’autres vont pouvoir regarder attentivement chaque parcelle de vous-même, chaque détail. Presque s’approprier votre corps… Ou bien la photographie révèle quelque chose qui va bien plus loin que l’enveloppe charnelle? L’œil de l’objectif parvient à capter une réalité qui va au-delà de la façade, du masque que l’on se crée en société. Il serait donc capable d’atteindre une part de nous, que nous ne souhaitons pas montrer aux autres, à nous même, dont nous n’avons peut-être même pas conscience.

Camille Nivat

C’est écrit dans mes yeux

 

(cc) Elodie Chalumeau (25/01/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (25/01/2014)

 

Une image qu’est-ce que c’est ? Un assemblage de couleurs, la représentation d’une réalité, une photo… C’est avant tout ce que l’on perçoit quotidiennement à travers nos yeux. Le photographe fixe ce qui y brille. Le point de départ de l’image et toute sa magie se trouvent donc en un seul endroit précieux : dans la prunelle de nos yeux. Le but de ma photographie est d’immortaliser l’image d’une image dans un œil.

Pour cela il me faut utiliser la photographie macro qui permet d’obtenir en gros plan net le reflet que je souhaite capter. La lumière est extrêmement importante car elle doit être suffisante pour refléter les alentours, sans être éblouissante sinon on ne voit que l’œil lui-même. J’ai choisi un décor extérieur qui offrait le meilleur rendu. Après plusieurs tests j’ai demandé à un complice de prendre la photo de mon propre œil qui offrait un meilleur reflet, de par sa couleur et le contraste qu’il offrait avec le ciel. Et pour parvenir à un résultat satisfaisant j’ai eu à m’allonger au sol.

Ainsi, c’est finalement ma vision du photographe et de l’environnement qui est retranscrite. La mise au point sur le reflet à la surface de l’œil permet d’orienter le regard vers cette image qui raconte l’histoire de la photographie. Une part de mystère subsiste quand à l’identité du photographe, cependant le fait qu’il prenne la photo en plongée lui donne une certaine supériorité qui se ressent dans la photo : est-ce un géant, un homme de pouvoir, un danger ?

Elodie Chalumeau