Archives par mot-clé : radio

A poor lonesome cowboy

Le premier billet photo que j’ai réalisé n’était pas, à mes yeux, le meilleur. C’est pourquoi, j’étais quelque peu déçue de devoir créer du son en réponse à ce travail. Cette image représente un groupe de jeunes, qui rythmés par la musique country d’un chanteur de rue, s’est mis à danser. Il faisait nuit ; la place de l’Opéra était presque vide. Quels sons puis-je bien agencer à cette photographie ? Comment puis-je aborder ce son ? Comment puis-je intégrer ma propre voix ? J’aurai bien poussé la chansonnette… Mais encore faut-il savoir chanter ! Puis, l’Idée m’est venue. Et si je me transformais en un animateur radio ? Je serais un envoyé spécial, chargé de commenter un grand concours amateur de danse se déroulant à Bordeaux. En parallèle, j’amènerai des sons issus de mon véritable périple nocturne. En effet, avant de me retrouver sur le parvis de l’Opéra, je m’étais promenée, l’âme vagabonde, dans les rues du centre-ville. J’étais même allée jusqu’à la fête foraine qui s’était installée place des Quinquonces. La grande roue est d’ailleurs visible sur ma photographie. Pour ce billet son, j’ai d’abord fait l’inventaire des sons qu’il me fallait : des ambiances nocturnes de rue, des ambiances de fête foraine, des bruits de pas, des cloches de tramway. Mais aussi de vaisselle, de clefs dans la serrure. Je suis parvenue à capter une grande partie des sons en prise réelle, mais j’ai été contraint pour les autres de prendre des pistes audio sur internet. J’avais, également, besoin de bruits de grésillement radio. Je comptais agencer à ces sons très réalistes, une atmosphère très ambigüe, hors du temps – qui amène l’interrogation. C’est ainsi que j’ai intégré à ce billet des interférences de radios datant de la seconde guerre mondial ou bien encore des bruit d’ouverture de coffre fort. J’ai monté tous ces sons comme si deux histoires se battaient pour prendre toute la place sur la bande sonore : la première véritable et l’autre issu de mon imagination. C’est ainsi que le chanteur de rue country, qui était seul en réalité, s’est trouvé accompagné de musicien dans la bande sonore. Il m’a été difficile, ne m’y connaissant pas très bien en montage son, de travailler les transitions. J’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois pour éviter les coupures un peu trop nette. Mais, au final, je suis tout de même parvenue à donner une certaine fluidité à ma création. Listen !

Camille Nivat

Rayons X

OK - Copie
(cc) Clémentine Le Roy (18/11/2014)

 

« Réaliser une photo, en intérieur, à partir de votre environnement proche, personnel, intime : amis, famille, objets, lieu de vie… en vous interrogeant sur ce que cet “environnement personnel” peut raconter à tous ». Ce que je redoutai arriva, plus rapidement que prévu : les mots « personnel », « intime », « proche » dans une même consigne. Les vidéos visionnées en cours sur le travail de certains photographes autour de cette question ne me sont d’aucun secours. Je suis même mal à l’aise devant certains clichés, trop intimes. L’impudeur de certaines scènes me renvoie à ma propre pudeur et me heurte. C’est ce que je suis : maladivement pudique, minutieusement précautionneuse sur les informations que je livre. Et faire l’aveu de ce trait de caractère, c’est déjà douloureux, c’est déjà trop.  Comment, dès lors, montrer ce que l’on ne veut pas montrer et qu’on protège farouchement ? Je réfléchis à l’exercice : je n’éprouve pas de désir à photographier quoi que ce soit. Je dois le faire. La nuance est essentielle et s’en ressent sur le travail final de n’importe quel artiste. Le désir est un élément crucial dans le processus de création : je n’ai encore rien pris, mais je sais que le résultat sera dérisoire. Mais j’essaye de trouver des solutions, des failles, des parades. En relisant la consigne, j’élimine certains termes pour n’en retenir qu’un : le mot « intime ». Je me demande alors jusqu’où on peut aller dans l’intime. En regardant dans le dictionnaire, je trouve cette définition : « qui est à l’intérieur et au plus profond ». À l’intérieur. Puisque je ne veux rien montrer de mon environnement, de ce qui m’est extérieur, alors je montrerai mon intérieur. Mon intérieur qui ne soumettra aucune interrogation, aucun questionnement, qui est à la fois le même pour tous et résolument unique : l’intérieur de mon corps.

Je collectionne les radios et les scanners : la tête, le dos, le poignet, le genou. J’ai presque de quoi reconstituer mon squelette. J’ai la cheville droite en ma possession. Je fais des tentatives à la lumière naturelle, sur ma fenêtre, puis sur une lampe. Je ne sais pas comment prendre la photo, comment constituer mon cadre. Je finis par trouver une solution en scotchant la radio sur le bord de ma bibliothèque et en l’éclairant par derrière avec une petite lampe. On ne voit qu’elle, elle occupe toute la place. Sur l’ordinateur je la recadre pour qu’elle soit droite, et je la mets en noir et blanc, mais la différence avec la photo originale se voit très peu. Les contrastes sont juste un petit peu plus accentués.

Dans la consigne, j’ai choisi les termes qui m’arrangeaient, j’ai platement éliminé ceux qui me dérangeaient. L’objectif principal était de « limiter la casse », en dévoiler le moins possible. Cette photographie fonctionne difficilement sans son texte, je le sais, voire ne fonctionne pas du tout. Ma cheville en vrac ne dit rien de mon environnement personnel, ne suscitera aucun émoi, aucune interrogation particulière, c’est ce que je cherchais. La vérité, c’est que je n’ai pas envie que mon environnement intéresse quelqu’un. Une fois cet article publié, les gens qui l’auront lu sauront que j’ai eu un problème à la cheville droite le 27 juillet 2004, et que cette radio a été faite au « CH de Dz ». Libre à eux de se raconter une histoire avec ça !

Clémentine Le Roy

Radio Tangente

J’écoute les bavardages de ces petits lutins tout en vacant à diverses tâches domestiques. Comme devant le flux continu des programmes d’une station de radio, certains des propos tenus par ces marmots tombent dans mon oreille et suspendent mes gestes, le temps d’une perle. Dans ces esquisses, ces amorces et ces spéculations bafouillées, la volonté de grandir et bel et bien là, toute de contradictions vêtue. J’éclate soudain de rire au son du mot “chou fleur”, et la légèreté hilarante du propos commence à dessiner la trame du futur montage dans mon esprit. Au fond, c’est cela l’enfance : le maniement des contre-sens, des illogismes et des fantasmagories, tout en demeurant farouchement persuadé de leur véracité. De là est né l’idée de Radio Tangente, la radio de l’absurde : une douce moquerie à l’égard du raisonnement enfantin et d’une mise en mots souvent sans queue ni tête… aux oreilles des adultes.

Je me suis attelée au dérushage de l’ensemble des enregistrements de ces “cafés-philo” pour en extraire les répliques les plus drôles, les plus absurdes. Ensuite, afin de concrétiser le concept radiophonique, je plantais le personnage de la présentatrice et choisis une musique appropriée. Lorsqu’enfin arriva le temps du montage, il fallut agencer les extraits entassés pêle-mêle afin de restituer un semblant logique, l’idée d’une discussion construite, tout en composant avec ces répliques décousues et, à première écoute, vides de sens.

Moyano Lucile

Chronique des Ephémères

Photo Sergio

A la réflexion, force est de constater qu’il faut souvent imposer le rôle du son sur un tournage, pour qu’il ne se laisse pas complétement dévorer par l’image. En théorie, on admet qu’il doit y avoir 50/50 entre l’image et le son. Mathématiquement, ce calcul est correct dans la mesure où sur un temps donné, on observe autant qu’on entend. Un exercice purement sonore, pour un novice en la matière, permet de sortir du cadre visuel imposé par la caméra. Lorsque l’on prend un micro, on se rend vite compte que notre manière de penser un projet est déterminé par une forte culture de l’image (que la plupart des gens ont implicitement admis et intégré dans leur vie.) et que, sans éducation au son, on se projette une certaine « image du son ». Pour la Chronique des Éphémères, l’idée était de rester dans une narration relativement classique, tout en intégrant cette narration dans un feuilleton-radio volontairement parodique.

L’intérêt d’un tel procédé est de compenser le manque de moyens techniques. En effet, je n’avais à ma disposition qu’un microphone intégré à un casque, certes de très bonne facture, ce qui empêchait tout autre enregistrement sonore que la voix. Néanmoins, cela ne m’empêche pas d’aller piocher certains sons sur internet ou dans des vieux rushs de tournages précédents afin de tenter de composer une ambiance des plus réalistes possibles. En même temps, j’ai tenté de rendre cette ambiance parodique en me remémorant cette belle période de candeur où j’écoutais France Culture, allongé dans la cour du Lycée, une guitare à la main,  les Dreads aux vents et une fille sur mes genoux qui m’écoutait chantonner le générique Du Grain à moudre de ma voix suave et irrégulière. Sauf que ce fut un gros échec…

Gabriel Feuvrier