Archives par mot-clé : quotidien

Jouer cartes sur table

Jouer cartes sur table
(cc) Adélaïde Michel (17/11/2014)

Je me souviens d’avoir très tôt été touchée par le travail de l’artiste contemporain Daniel Spoerri, qui dans ses readymades, collectait, assemblait, collait des objets dans des compositions que l’on qualifiait de « natures morte réelles ». Fixant ainsi le temps, il amenait le spectateur à entreprendre une réflexion sur ces banals objets du quotidien. Loin de moi l’envie d’amener une quelconque réflexion anthropologique, j’ai avant tout composé ma photographie dans un but esthétique : ma grande table basse industrielle serait la base idéale de cette composition, palette témoin de mon quotidien.

L’assemblage s’est fait naturellement. Ces objets faisant parti de mon environnement, représentant des goûts, des intérêts ou des souvenirs, chacun a trouvé sa place dans ce tableau qui se dessinait devant moi. Le choix de prendre la photo en plongée me paraissait évident afin d’insister sur l’idée de composition de cette image et de permettre à chaque élément de ce désordre ordonné de se détacher des autres.

En soumettant cette photographie à l’aval de deux de mes amies, j’ai apprécié que chacune d’entre elles y remarque des détails différents. Je me suis alors rendue compte du potentiel que représentait l’interprétation de cette image. Je l’ai fait suivre à d’autres personnes me connaissant à différents degrés, en leur posant la question suivante « Cette photo me représente, qu’est-ce que tu y comprends? ». Au fond, il n’y a pas une multitude de façons d’interpréter cette photo. Il y a ceux qui connaissent l’histoire de ces objets, et les autres. Ceux qui ne la connaissent pas peuvent tout voir d’une façon plaisante, idéale, me reconnaître un caractère joueur ou enfantin, tandis que les autres voient les choses d’une perspective tout à fait différente, comprennent la multitude de sens cachés et les références à certaines personnes et certains moments de ma vie. Finalement cette double lecture, c’est une manière originale de voir comment l’autre peut nous percevoir, selon ce qu’il sait de nous, à travers des raccourcis faciles, des idées préconçues, et ce qu’on lui laisse entrevoir de notre environnement personnel.

Adélaïde Michel

La couleur des sentiments

 Bien11

Ne sachant quoi photographier, j’ai décidé de noter sur un morceau de papier, tout ce à quoi pouvait renvoyer le mot intimité. J’ai écris des mots, des phrases, des définitions, cherché des synonymes… Avec ces notes, j’ai rédigé quelque chose de plus personnel, qui traduisait MON intimité. Mais tout ceci n’était que des mots, des pensées. J’ai choisis de partir d’un lieu qui pour moi cachait certains secrets : ma chambre et plus particulièrement, mon lit. En prenant différentes photos de celui-ci je me suis rendue compte qu’elles dégageaient vraiment quelque chose de personnel : mon humeur, mon caractère, mes souvenirs… C’est un lieu chaleureux et quotidien où commence et finit chacune de mes journées.

Quelques jours ont passé et je trouvais qu’il manquait quelque chose dans mes photos. Je n’arrivais pas à me décider. C’est dimanche soir, en allant me brosser les dents et en me rendant compte qu’il y avait deux brosses à dents dans mon verre que j’ai compris. Les photos de ma chambre étaient vides et dégageaient une sorte de solitude, de nostalgie en contradiction avec ma vie actuelle. J’ai profité d’une soirée avec mon acolyte amoureux pour prendre mon appareil et je suis retournée m’asseoir à l’endroit exact où j’étais avant. Ainsi j’ai pu capter ce que je voyais à cet instant en vue subjective. Dans cet endroit restreint où le profondeur de champ n’existe presque pas. Je voulais que l’on perçoive l’esprit de « boite à secret », de cocon. Je ne suis pas présente physiquement dans la photo mais j’ai pourtant ma place, ma tasse. En faisant mes réglages j’ai choisis d’accentuer les couleurs de ma chambre jusqu’à les rendre saturées pour représenter une de mes plus grandes caractéristiques : mon côté excessive.

Plus je la regarde et plus je trouve qu’elle me représente vraiment bien : Il y a des fleurs. C’est un élément très important pour moi et ceux qui me connaissent. On y voit également un carnet où tout noter pour ne rien oublier et en amorce à droite du cadre, une partie d’une des personnes les plus importante pour moi. A droite du cadre, en observant ma photo, je me suis aperçue qu’il y avait des médicaments. Eux aussi rythment ma vie comme tous ces éléments présents dans la photo et comme cet instant. Plus je regarde la photo, plus je trouve qu’elle me représente bien, moi et mon quotidien.

Coline Portet

Un matin de chat

Jeudi soir : Le matin, le matin… Me voilà coincée avec un thème qui ne m’inspire pas du tout. Je ne suis pas du matin donc forcément, ça ne m’aide pas. Je décide alors de choisir quelqu’un pour qui le matin serait toute une aventure. Oui mais qui ? Je laisse les idées se former en espérant que la nuit me porte conseil.

Vendredi matin : Je me lève, j’ouvre la porte et je tombe sur… mon chat. « Minou, tu sais bien que si tu restes devant la porte je te marche toujours dessus le matin !». Il me foudroie du regard. Je me demande à quoi il peut bien penser à cet instant précis. Mais… ai-je dis matin ? Ça y est ! J’ai trouvé !

Attention, préparez-vous pour un voyage dans la tête de mon chat, un matin…

comme tant d’autres.

Samedi matin : Comment savoir à quoi pense ce petit être mystérieux ? Beaucoup d’observation et un peu d’imagination plus tard j’ai une assez bonne idée sur la question. Pour donner le plus de réalisme possible à ce petit reportage audio, j’enregistre sur le terrain tous les sons et voix dont j’aurai besoin.

Samedi après-midi : Je commence à mixer les paroles pour en faire naitre un texte qui ait du sens.

Dimanche matin : C’est la panique, impossible d’ajouter mes sons au montage. Je repars en quête avec un autre enregistreur.

Dimanche soir : L’assemblage des bruits crée l’ambiance simpliste des matins quotidiens, les paroles viennent s’y ajouter pour nous éclairer. Pas de musique, ça ne ferait pas vrai.

1 minute et 25 secondes pour un matin vu sous un angle différent.

Un matin c’est simple comme bonjour

Le soleil se lève chaque jour à son rythme en prenant son temps, en émergeant peu à peu de la pénombre. Un matin c’est aussi simple que ça, des petits mouvements difficiles qui s’accélèrent progressivement. Tout commence par une musique pour prolonger le rêve, puis un besoin naturel. Rien de mieux qu’un peu d’eau pour réveiller une plante, et qu’elle puisse s’habiller de ses plus belles couleurs. Bien sur on ne peut échapper à la cuisine, mon ventre est là pour me rappeler ce passage obligé. Mais les mauvaises habitudes persistent aussi au petit jour, une cigarette et le temps a filé. Il est temps d’accélérer le pas, rassembler ses affaires, et se diriger vers le monde. Le bruit du verrou nous alerte de  la vague qui va tout à coup nous submerger, à peine la porte ouverte et on plonge dans le brouhaha de la vie. Le claquement de celle-ci nous indique qu’il est impossible de faire marche arrière, la musique douce et le cocon chaleureux paressent déjà lointain.

La musique en fond n’est autre que celle de mon réveil, c’est une douceur dans le matin. Comme tout le monde mon premier réflexe aller aux toilettes, j’ai donc trouvé indispensable d’enregistrer ce moment au même titre que celui de la douche. On peut entendre différentes intensités de pas, elles traduisent mon réveil corporel. L’extrait radiophonique nous rappelle le contexte matinal ; le jus de fruit qui coule, la biscotte qui craque et le bruit de la machine à café celui du petit déjeuner. Le son d’un sucre touillé et la cigarette qui s’allume indiquent  le dernier temps calme. Les mouvements qui suivent sont plus rapides et plus intenses ; pour marquer la fin du matin j’ai choisi un claquement de porte et un changement d’ambiance sonore avec le son stressant d’une rue passante.

DI CIOCCIO Alexia

Un matin étudié

Le matin est devenu une routine se résumant en trois mots pour les étudiants : se lever, se préparer et partir en cours. Malgré cette redondance, chaque personne a sa manière bien à elle de vivre sa matinée. J’ai décidé de présenter la mienne sous forme narrative afin de vous présenter ce passage sous deux versions différentes.

Une petite musique commence par imposer un ton joyeux sur lequel une voix nous présente le profil d’une étudiante studieuse et sérieuse. Au début, on pourrait presque y croire, s’attachant à ce que dit la voix narrative hormis ses légères hésitations qui commencent à la trahir elle-même. Mais très vite de petites réflexions contrastent avec ce que l’on entend. J’ai décidé de rajouter des bruitages pour accréditer ou contredire les propos du narrateur. Ainsi, deux histoires sont racontées : celle d’une étudiante un peu déphasée et celle de quelqu’un de responsable et énergique, jusqu’au moment de la chute qui délivre le fin mot de l’histoire. Et qu’est-ce qu’on entend au final ? Pour l’enregistrement j’ai utilisé un micro Zoom H1 tant pour le fond sonore que pour la voix off. Les musiques et autres sons instrumentaux sont trouvés sur des sites internet. Tout est soigneusement analysé pour un matin étudié !

Soline TESTARD