Archives par mot-clé : quais

Dimanche après midi

Pour ce billet, je me suis inspirée de l’exercice d’écoute que j’ai fait il y a quinze jours. J’avais profité d’un moment de détente au soleil, un dimanche après midi. C’est un moment qui aurait dû être calme, or le bruit était omniprésent, il devenait presque difficile de distinguer les sons : les amplis de la fête foraine, les cris du public, la circulation, les passants, les voix des nombreuses personnes venues profiter du temps printanier sur les quais ce jour là…

Encore une fois, je n’ai effectué aucune prise de son, j’ai utilisé les sons des banques en ligne. Il a donc été difficile de trouver exactement ce que je voulais. J’ai tenté de recréer cette ambiance à partir des matériaux que je pouvais trouver.

La poupée et la peluche

La poupée et la peluche. (cc) Coline Cesbron (20/10/13)
La poupée et la peluche. (cc) Coline Cesbron (20/10/13)

Il fait beau et encore plutôt bon pour la saison. Certains longent les quais en rollers, d’autres admirent la Garonne assis sur des bancs. Il est environ 16h, c’est un samedi et les enfants sont de sortie. Sur le miroir d’eau, une petite fille pleine d’énergie fait trempette depuis un certain temps, sous le regard averti de son papa qui prend soin de garder en sécurité l’ours en peluche de sa fille. Non loin de là, une jeune femme en robe noire et talons, en pleine séance photo, prend la pose devant l’objectif d’un jeune homme au chapeau. Elle est coquette, on dirait une poupée. Soudain, les deux scènes se rencontrent.

Au premier plan, le jeune homme au chapeau semble pointer son objectif sur la petite fille. Puis on aperçoit la jeune femme en robe et talons au second plan. C’est elle que le photographe ambitionne. La petite fille, n’ayant rien remarqué du tout, courrait vers son papa afin de récupérer sa peluche et coupe innocemment le champ visuel au photographe. Ce qui m’intéressait ici c’était de voir la petite fille au centre, le photographe et la jeune femme de part et d’autre du cadre afin de maintenir l’illusion. Il est possible de reconnaître le papa juste de dos de part son allure et la peluche dans sa main, voir sa tête dans le cadre m’importait donc peu. Le choix du noir et blanc permettait selon moi d’estomper certains détails inutiles de l’image, le lieu étant riche, lumineux et coloré. Ce choix donnait également à la photo un côté authentique et traditionnel qui me plaisait.

Coline Cesbron