Archives par mot-clé : poésie

Une pensée révolue

Une pensée révolue. (cc) Jonathan Rochier
Une pensée révolue. (cc) Jonathan Rochier (16/03/2014)

Grandiose et terrifiante.
J’étais face à elle, ne pouvant plus bouger, respirant de grandes bouffées d’air pour calmer mon cœur qui cognait mes entrailles.
Il m’assourdissait, se mêlant aux violons, créant une arythmie propre aux plus horribles désordres.
Alors que je hissais un mot au-dessus de ce vacarme,
le ciel s’affaissa et se déchira dans son divin craquement.
La seconde me parût appropriée.
L’explosion.
La douce et tétanisante.

Puis tout se mélangea.
Comme si.
Comme si le soleil avait disparu,
découpant en lamelles régulières le plus parfait des décors.
Et puis, le rouge et le noir se croisèrent.
Le noir des mauvais jours.
Et ce rouge qui fait mal aux yeux.
J’entendis le claquement des ciseaux.
Sibilances acérées.
Déchiré.
Fragmenté.
Mes doigts se posèrent sur mon visage,
et je grattai, grattai jusqu’à trouver
ce qui avait pu, caché sous ma peau,
susciter une telle apocalypse.

Mais rien.
Seulement l’eau qui coule et qui sèche.
Bien trop lentement.
Probablement.

Jonathan ROCHIER

« Julie », une œuvre posthume de Paul Mallaire

« Julie », une œuvre posthume de Paul Mallaire. (cc) Julie Morales (06/10/2013)
« Julie », une œuvre posthume de Paul Mallaire. (cc) Julie Morales (06/10/2013) 

Cette après-midi, en ce triste jour de novembre, nous avons retrouvé le célèbre artiste plasticien, poète et cinéaste Paul Mallaire pendu à son domicile. Son chagrin, quelques jours après la mort accidentelle de Julie : sa muse, sa femme, sa confidente, a outrepassé son amour pour l’art et la vie. Comme pour ne pas laisser de traces, juste avant de se suicider, il a mis le feu à son domicile. Cependant, nous avons réussi à extraire des flammes sa dernière œuvre posthume qui en dit long sur son obsession l’ayant porté aux cieux :

« Julie » était cet enfant délicate peinte par Renoir dont le tableau apparaît en bas au centre de son oeuvre : ingénue, douce, de celle qui nous regarde et que l’on ne voit pas, presque insignifiante, noyée dans son environnement. Les vers de Musset, de Baudelaire, de Mallarmé l’exaltaient : l’existence prenait alors tout son sens. Ils lui collaient à la peau, au corps comme on peut le constater sur la peinture en haut à gauche de Corinne Brenner. Adolescente, elle aimait arborer cette toile : son rapport au corps, à la volupté et à la provocation la fascinait. En outre, Edith Piaf ne la quittait pas : une icône maudite pour cette jeune femme qui parcourait également, amoureuse et blessée, les romans de Rousseau ou ceux de Strindberg, sur la partie droite de ce collage. Pour adoucir ses tourments, déchirée entre passion et raison, elle visionnait en boucle le film Hindou éponyme qui la faisait rêver à un amour vrai, symbolisé par l’expression de cette femme posant la main sur son visage, celui-ci qu’elle ne cessait d’écrire dans ses poésies, celui-là qu’elle a connu dans les bras de Paul Mallaire, celui enfin qui restera éternel.

Julie MORALES