Archives par mot-clé : Poèmes

Toute une histoire

Manon Sultana 18/11/14 (cc)
Manon Sultana 18/11/14 (cc)

Le thème du deuxième billet:  » ce que mon « environnement personnel » peut raconter à tous. Une journée dans mon studio seule avec mon environnement. Je regarde dans mes cartons de déménagement et je vois tout mes souvenirs. Il y a des livres, des films, des photographies prisent avec un appareil jetable Kodak, des carnets de poèmes, des dessins, des affiches, etc. Je n’ai pas vraiment voulu sortir tout ça des cartons, comme si je gardais ma vie dans le noir. Et pourtant toutes ces choses en disent tant sur moi. Mais elles peuvent aussi en dire tant sur ce que l’on peut garder de nous dans des boites au fond de nos placards.

Par rapport au premier billet je ne savais pas vraiment ce que je voulais. Je pensais prendre toutes mes chemises ou mon lit, des choses qui me ressemblent tant. Mais rien ne me semblait être adapté au sujet. Et c’est là où j’ai fait le tour de mon studio. Ce ne fut pas long pour trouver ces boites sous mon bureau. Dans les objets qui me tiennent il y avait une lettre que je devais ouvrir à une certaine date, une « morte » mexicaine: « la muerte », une feuille vierge de correspondance, des billets de train pour Faire Grenoble/Bordeaux, un carnet de mes poèmes, une photo de Catherine Deneuve dans le film Les parapluies de Cherbourg avec le DVD du film à côté et toutes les photos prisent avant mon départ de Grenoble sur une même feuille. Puis j’ai vu ma table de chevet au « loin ». Pour moi une table de chevet c’est là où se trouve tous les objets qu’on utilise avant de dormir. Où l’on trouve tout ce qui nous rassure, nos habitudes, des photos, des films qu’on vient tout juste de terminer. Je trouvais intéressant de combiner cette table de chevet et mes « objets » les plus personnels. Comme si tout ces objets vivent toujours avec moi et hantent mes rêves.

J’ai mis en place de manière sentimentale ces objets que je garderai toujours dans ces cartons de traverses. Je ne suis pas une professionnelle de la photographie mais j’aime en faire. J’ai utilisé l’appareil photo de Floriane, qui est un Nikon. Avec l’objectif qu’elle avait mis sur l’appareil j’ai pris ma photo en plongée. Il n’y avait pas ma lumière centrale du studio, mais celle de la « cuisine ». Je n’ai pas voulu rajouter le flash car les couleurs me paressent plus naturelles ici. Je ne savais pas vraiment si j’allais prendre la photo au niveau de la table de chevet ou en hauteur. Les photos prisent au niveau n’étaient pas bonnes car on voyait le fond du studio et je ne trouvais pas ça esthétique. Par contre, avec le parquet en dessous la photo me paraissait plus chaleureuses et en adéquation avec cette idée de souvenirs. En tous les cas ces objets personnels auxquels je tiens, vous en avez aussi dans vos placards. Allez donc y faire un tour.

Manon Sultana