Archives par mot-clé : piscine

La douceur de l’oisiveté

Capture d’écran 2015-03-15 à 19.24.14Le sujet libre de ce billet son m’a immédiatement évoqué le bonheur et la nostalgie habituelle des souvenirs de vacances. Et puisque les vraies vacances, comme je les conçois, ne sont que détente, soleil et problèmes absolument sans intérêt, j’ai décidé de les retranscrire dans cette écriture sonore.

J’ai donc reproduit le paysage et l’ambiance sonore des mes vacances et surtout les conversations jamais très profondes qui agrémentent les journées piscine. J’ai téléchargé des sons typiques des vacances sur les sites soundfishing et soundbank et enregistré ma voix que j’ai modifié afin de simuler une conversation entre deux personnes.

J’ai également joué sur les sons Mono et Stéréo pour donner plus de densité au résultat et essayé de gérer les volumes sonores des différents pistes pour ne pas choquer l’oreille. Cependant, la réverbération de la pièce dans laquelle j’ai enregistré ma voix est présente dans le final et correspond difficilement à une réverbération extérieure.

Louise Tressens

Le chat eau

Gabriel Feuvrier (26.01.2014)
Le chat eau. (cc) Gabriel Feuvrier (26/01/2014)

Au départ, je n’avais aucune intention. Je n’aurais pas su répondre à la question du pourquoi ? Pourquoi j’ai fait ça ? Il fallait faire un collage. Dans mon premier billet, j’évoquais mon inconfort par rapport à cet art. La colle, le papier, le travail plastique, ce n’est pas du tout ma spécialité. Mon niveau est inférieur à celui d’un seul élève d’une classe éveil. Néanmoins, il fallait choisir quelque chose. J’ai choisi cette photo. C’est moi. C’est l’été dans le Sud-Ouest de la France. Nous jouons au ballon avant d’aller faire les ferias de la Madeleine. Ou peut-être est-ce le lendemain. Je ne sais plus. En choisissant cette photo, j’ai eu une pulsion : « Je vais mettre un chat ! C’est drôle les chats ! Ça fait rire tout le monde les chats ! Et puis, c’est moche un chat ». Il n’y a rien eu de plus. Rien de moins. Si ce n’est l’envie de faire un meme.

J’ai choisi la technique du collage numérique car je la maitrise bien plus que le collage manuel, grâce à mon colocataire qui m’a enseigné toutes les techniques graphiques virtuelles. J’ai donc choisi une image de chat sur internet. Il fallait que ce chat soit déjà mouillé de manière à ce qu’on ait l’impression qu’il sorte de l’eau, et que je le jette au loin, comme un ballon soumis à ma volonté et surtout à la gravité. Et puis surtout, ce chat était très moche. Comme tous les chats. J’ai découpé la partie intéressante du chat. La partie moche, donc. Puis je l’ai collé sur ma photo. J’ai ensuite pris soin de gommer les contours de manière à ce que le collage se voie et à donner de la vitesse au chat. L’intérêt était qu’on ne devine pas que ce chat vienne d’autre part que ma main.

Gabriel FEUVRIER