Archives par mot-clé : photoshop

Reflet Sphérique

Reflet Sphérique

Afin de combiner les trois photos de mes billets, j’ai tout d’abord commencé à expérimenter avec Photoshop. Mon objectif de départ était de produire une image mettant en avant l’intégralité de mes photos. Il s’est avéré que mes divers essais sur le logiciel ne m’ont pas du tout satisfaits. J’ai même eu l’impression de faire des illustrations pour le compte de tabloïds. La difficulté d’utilisation de Photoshop m’a freiné dans mon travail et j’ai donc décidé d’utiliser un autre moyen pour arriver à mon objectif.  J’ai alors commencé à photographier les photos à l’aide de mon portable.

Il est vrai qu’à chaque fois que je vois la lampe semi-circulaire qui est sur mon bureau, je me rappelle l’autoportrait au miroir sphérique d’Escher. Alors, je voulais expérimenter à mon tour l’effet de reflet qu’il peut  y avoir sur ma lampe. Comme mes photos n’étaient pas imprimées, j’ai ouvert mes 3 photos ainsi que la photo de mon essai sur Photoshop sur le bureau de mon ordinateur. J’ai également ajouté ma bouteille bleue foncée en plastique en face de la camera, mais cela n’a donné aucun résultat, l’image étant flou. Finalement, j’ai choisi la photo la plus belle de toutes mes tentatives, c’est-à-dire celle étant la mieux cadré et la plus originale.

Varvara Stroganova

Advienne que pourra

(cc) Sultana Manon 27/01/2015
(cc) Sultana Manon 27/01/2015

 

Je ne connaissais pas vraiment ce qu’était le cinéma expérimental avant le visionnage du documentaire de Pip Chodorov. J’ai regardé mes trois photographies à la suite pour voir ce que je pouvais en faire. J’ai ouvert Photoshop pour poser mes trois photos les unes sur les autres. Puis j’ai testé plusieurs effets, filtres, couleurs etc. Je souhaitais que la photographie des deux amoureux à la gare soit en fond afin de pouvoir les mettre en avant. Puis j’ai grossi et positionné la photographie où je suis en « lévitation » afin qu’elle prenne tout le cadre. J’ai utilisé un filtre de pixellisation afin de grossir les pixels. Puis j’ai posé ma dernière photographie et je l’ai encore grossi afin que les lunettes apparaissent au milieu du cadre. J’ai rajouté un effet sur cette dernière de manière aléatoire et j’ai décidé de m’arrêter là.

Une fois ce dernier effet rajouté j’ai trouvé la combinaison assez signifiante. Un des verres de lunettes se retrouve sur les deux amoureux qui s’embrassent. L’autre se retrouve sur le train qui arrive sur le quai de la gare. Ma position de lévitation se confond avec la gare et rentre dans les formes en négatif. Il y a donc plusieurs cadres dans le cadre. Tout en bas à gauche on peut distinguer les billets de train qui se confondent avec les personnes qui attendent de monter dans le train. En bas à droite on peut voir le début du mot correspondance qui s’incruste dans le mur. Je me suis arrêté là car je trouve que la combinaison de tous les éléments signifient ensemble. Les cadres dans le cadre, les mots, les formes incrustés, les couleurs toutes assez ternes et la petite lueur de lumière rajouté au dessus des amoureux donnent une âme commune a toutes les photographies prisent depuis le début de l’année. Cette photographie, en quelque sorte finale, m’évoque tous les sentiments que j’ai pu mettre dans chacune des photographies. Un sentiment de départ, de voyage, de changement, d’au-revoir, de poésie, de tristesse, de souvenirs, de rires, etc. Tout ce que je voulais photographier se retrouve dans cette mosaïque de mouvements des sentiments.

Manon Sultana

Le premier pas

(cc) Floriane Rivery, 27/01/2015
(cc) Floriane Rivery, 27/01/2015

Pour ce billet, je souhaitais mêler la modification virtuelle à celle physique de l’image. Il s’agissait donc de fusionner les trois photographies sur Photoshop, d’y appliquer plusieurs effets, avant de faire tirer l’image obtenue en plusieurs exemplaires pour tester plusieurs manipulations : brûler une partie de la surface du tirage, le tremper dans de l’eau de javel, gratter la surface… J’ai donc fusionné mes trois images, en choisissant de faire ressortir la fumée rose. J’ai également appliqué un effet de netteté et accentué les contours de ce calque. Je n’ai malheureusement pas trouvé le temps de faire les tirages argentiques.

Fusionner mes trois images s’est avéré assez simple puisqu’elles se prêtent assez facilement à l’exercice, de par leurs compositions. L’écran d’ordinateur à la gauche du cadre, l’enfant et sa mère à droite, le champignon d’encre rose au milieu. Et ma propre image de photographe dans le nuage rose. Je suis cependant déçue de ne pas avoir pu mener ce projet jusqu’au bout. Ces manipulations plutôt simples effectuées sur Photoshop ne constituent pas pour moi un concept suffisamment intéressant. Il me manque encore l’aspect manuel, ludique et créatif des expérimentations sur papier. C’est donc un travail inachevé que je mets en ligne ce soir, une première étape.

Floriane Rivery

Léon en goguette

(Cc) Louise Tressens 08/04/1991

(Cc) Louise Tressens 08/04/1991

Pour cet exercice complexe qui consiste à relier nos trois photos en une seule, je m’en suis voulue de ne pas avoir deviné le traquenard avant de les photographier. Force est de constater qu’elles n’ont aucun rapport. Pour les mélanger, j’ai donc choisi d’intégrer un élément de chaque photo sur une troisième, ayant une composition plus accueillante. La photo de la file d’attente du restaurant l’Entrecôte m’a donc servi de photo de fond à laquelle j’ai ajouté Léon (mon nounours poussiéreux), son jumeau maléfique et la tête de cerf en carton (qui domine sur mon salon). Je voulais produire un résultat humoristique et réfléchi, plutôt qu’une simple expérience de tâtonnement sur Photoshop.

D’un point de vue technique, j’ai utilisé les seules fonctions de Photoshop dont je sais à peu près me servir: le détourage.
Avec l’outil plume, j’ai sélectionné le contour de mon ours en peluche en ajoutant des points d’ancrage pour plus de précision. J’ai répété l’opération pour la tête de cerf a qui j’ai du ratiboiser les bois pour plus de cohérence dans le collage. J’ai ensuite mis la photo en noir et blanc pour la rendre plus esthétique puis collé les deux ours sur les côtés verticaux, de manière à ce que leur corps coupés correspondent à la limite du cadre.

Louise Tressens

No explain

(cc) Camille Nivat (24/01/2015)
(cc) Camille Nivat (24/01/2015)

Photographie expérimentale ? Pour faire simple, il faut que j’expérimente… J’ai commencé par vouloir effectuer un travail manuel. J’ai donc imprimé mes trois photographies en format A4. Sans trop savoir où j’allai, je me suis mis à les découper en petits morceaux, puis à les mélanger les uns avec les autres. Je comptais  faire une mosaïque. Mais le résultat ne m’a absolument pas plu. J’étais même déçue de ce que je faisais pendant que je tentais de le réaliser. Il fallait donc que je trouve une autre approche. Je me suis intéressée à Photoshop. Seul problème… Je ne sais pas du tout utiliser ce logiciel. C’est sans doute pour ça que je m’étais, d’abord, tournée vers le bricolage. J’ai dû regarder sur internet comment faire fusionner deux images. Puis, avec mes quelques notions apprises en atelier de photographie, je me suis débrouillée pour ajouter des filtres. Plus simplement, j’ai cliqué un peu partout. Quand un effet ne me plaisait pas je l’annulais. J’ai dû rectifier les contrastes, la luminosité et ajouter quelques – beaucoup – de filtres pour atteindre ce résultat. L’un d’entre eux devait se nommer « contour d’encre ».

Pourquoi me suis-je arrêter à cette image? Tout simplement, parce que la fusion me plaît ainsi. J’avais vraiment envie de m’éloigner des trois photos pour créer quelque chose de totalement nouveau – une nouvelle image. Cependant, un petit problème s’est présenté lorsque j’ai voulu enregistrer ma photographie dans un format adapté. Le rendu n’était pas identique à l’image montrée dans la fenêtre Photoshop. J’ai donc décidé de photographier l’image sur mon écran d’ordinateur afin que les nuances soient celles que j’avais choisies préalablement. A l’instar des nuages dont on essaye de deviner la forme, cette image change d’allure en fonction du regardant. J’y vois, à la fois une vieille dame habillée d’un énorme manteau de fourrure, et la porte d’entrée d’une voie lactée fictive.

Camille Nivat