Archives par mot-clé : Photographie Contemporaine

Autour d’un café

(cc) Florence Delavaud (11/01/2014)
(cc) Florence Delavaud (11/01/2014)

 

S’il est un moment qui me rappelle l’intimité, c’est celui que l’on passe entre amis ou en famille rassemblés autour d’un café. C’est l’instant propice au partage et aux confidences, pendant lequel on peut se dévoiler.

Pour représenter ce moment, j’ai choisi de photographier l’intérieur d’un café,  et photographier le contenu de la table, les mains, et la fumée s’échappant des tasses. L’image de ces volutes, de la chaleur, rappelle à mon sens le confort, l’idée que l’on est dans un cocon. J’ai installé mon appareil de manière à ce que le point de vue soit au niveau de la table, voulant davantage saisir le mouvement des mains que les visages, et j’ai ensuite réalisé plusieurs essais. Les premiers n’étaient pas très concluants car mon angle de champs était réduit, et la lumière n’était pas suffisante. C’est finalement avec ce rayon de soleil que j’ai obtenu la luminosité que je souhaitais : diffuse, douce, elle traduit une ambiance chaleureuse.

Je trouve cette photo équilibrée, en accord avec mon intention initiale, puisqu’elle représente exactement mon idée de l’intimité. Elle est la seule que j’ai conservée et je que j’ai trouvée réussie.  J’aurais pourtant aimé réaliser un montage de plusieurs photos et de créer une variation sur le même thème, à la manière de Sophie Calle. Ce n’est que partie remise, et j’attends avec impatience le prochain café.

Florence Delavaud

Identité Multiple

Identité Multiple. (cc) Laetitia Stoffel (7/12/2013)
(cc) Laetitia Stoffel (7/12/2013)

Notre identité personnelle est riche de multiples aspects qui nous façonnent et varient en fonction de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Pour ce cinquième billet axé sur la photographie contemporaine, je voulais refléter les différents traits de caractère qui composent mon identité. Ceux qui me connaissent intimement n’auront aucune difficulté à m’identifier du premier regard dans cet autoportrait. Sans être lunatique, je peux aussi bien être colérique, heureuse, hystérique, que malheureuse. Cet autoportrait présente tous les états dans lesquels je peux me mettre, c’est pourquoi en regardant attentivement la photographie on peut voir que je ris, je cris, me tire les cheveux et jette un regard noir à l’objectif.

Pour réaliser cette photo, j’ai utilisé un Réflex équipé d’un 17-85mm, en réglant la focale sur 50mm pour ne pas déformer mon visage. Pour avoir le temps de poser, j’ai fixé la vitesse de mon appareil à 13 secondes et j’ai réglé les ISO à 400, pour que ma photo ne soit pas surexposée avec un temps d’exposition aussi long. J’ai mis la balance des blancs en lumière tungstène pour donner une couleur bleutée fantomatique et je me suis placée devant un mur blanc pour faire ressortir chacune de mes poses. Vivant seule, j’ai utilisé le retardateur de mon appareil pour avoir le temps de me positionner, ainsi qu’un trépied pour pouvoir cadrer comme je le souhaitais, et pour que le flou de la photo provienne uniquement de mes gestes. Au cours de la prise de vue, j’ai essayé de garder la tête fixe pour qu’elle soit la plus nette possible, et j’ai tenu chacune de mes poses environ 4 secondes pour qu’elles soient identifiables sur la photo.

Laetitia STOFFEL