Archives par mot-clé : Photographie conceptuelle

La solitude n’existe pas

La solitude n’existe pas. (cc) Laetitia Stoffel (26/01/2014)

Je ne suis pas une grande fan de la foule, à laquelle je préfère la tranquillité de la solitude, car  j’estime que tous les lieux restent habités par une présence ou un esprit qui vagabonde, même lorsqu’ils sont déserts. C’est pourquoi, lorsque je me trouve dans un lieu désert, je ne me sens jamais vraiment seule, mais plutôt sereine.
J’ai toujours été attirée par le light painting, et depuis quelques temps je m’essaye à cette pratique. J’ai donc tout de suite pensé à cela pour ce septième billet axé sur la photographie conceptuelle. Je voulais faire ressortir cette idée que les lieux ne sont jamais vraiment déserts. Le light painting correspondait parfaitement à cela dans la mesure où je savais que la lumière incrustée dans l’image donnerait un aspect fantomatique à la photo.

Pour prendre cette photo, j’ai attendu qu’il fasse nuit pour sortir de chez moi armée de mon Réflex et de mon trépied. J’avais également demandé à une amie de me consacrer un peu de son temps pour appuyer sur le déclencheur, car n’ayant pas de télécommande, je ne pouvais pas déclencher la photo et avoir le temps de me placer derrière le banc pour dessiner avec ma lampe de poche. J’ai fixé la vitesse sur 13 secondes pour me laisser le temps de dessiner le bonhomme, et les ISO sur 100 pour ne pas surexposer ma photo avec un temps d’exposition aussi long. J’ai également réglé la balance des blancs sur « lumière tungstène » pour que la lumière de la lampe soit bleutée et contraste avec le jaune de l’éclairage public.

« En te voyant jouer avec ta lampe, je n’aurais jamais cru que ça rendrait ça sur la photo » m’a dit mon amie qui se chargeait de déclencher la prise de vue. À l’inverse, j’avais clairement l’image du bonhomme en tête, car n’étant pas très à l’aise en dessin, j’avais prévu de faire des traits simplistes se suffisant à eux-mêmes. De plus, je ne disposais que de 13 secondes pour le faire avant de sortir du cadre afin que ma silhouette ne s’incruste pas dans l’image. Mais une fois rentrée chez moi, en regardant ma photo, j’ai réalisé qu’elle pouvait s’interpréter différemment de ce à quoi j’avais pensé. En effet, le bonhomme a une posture très décontractée et sa couleur bleutée couplée aux traits arrondis de ma lampe, font penser à des néons et donnent un aspect électrique au bonhomme. Et comme me l’a suggéré une amie, on pourrait penser qu’il s’agit d’un bonhomme d’EDF qui se repose après avoir fini sa journée d’éclairage public.

Laetitia STOFFEL