Archives par mot-clé : Photographie conceptuelle

Rose nucléaire

(cc) Floriane Rivery (08/12/2014)
(cc) Floriane Rivery (08/12/2014)

Cela faisait quelques temps que j’avais envie de m’essayer à la photographie de gouttes d’encre tombant dans de l’eau. J’ai découvert cette pratique lors d’une de mes trop nombreuses heures de procrastination passées à cliquer de photographie en photographie. J’aime les volutes légères de l’encre et surtout leur texture : fumée épaisse, tissus en mouvement ou bactérie vue au microscope ? Je les trouve mystérieuses et leurs formes et couleurs uniques laissent la porte ouverte à toute interprétation. Malgré mes appréhensions sur la réalisation de cette photo (mais comment vais-je pouvoir faire cela ? Hors de question de juste photographier un verre posé là), je me lance. Et puis, je dois l’avouer, c’était l’occasion pour la gamine qui est en moi de faire une des choses que je préfère quand il s’agit d’arts plastiques : me salir les mains !

J’installe mon dispositif comme je le peux, c’est à dire avec les moyens du bord. Une lampe scotchée au mur, une écharpe noire en guise de fond, un saladier en verre rempli d’eau… Mon studio tout en récup’ aurait lui aussi mérité une photo. J’ai beaucoup de difficultés à faire la mise au point : je veux que la zone nette soit au milieu de l’eau, là où les gouttes tomberont. Je ferme un peu le diaphragme mais je n’arrive toujours pas à mes fins. Je manque de lumière, allonge un peu le temps d’exposition et augmente la sensibilité. Et, d’un coup, j’ai envie d’utiliser d’autres liquides. Je mélange du lait et de l’encre rose, et verse ma mixture dans l’eau. Comme à chaque essai, je photographie en rafale, pour ne rien louper du déploiement de la matière. Et encore une fois, je me rend compte que la mise au point n’est absolument pas celle que je souhaitais.

Et à force de la regarder, cette photo… Je réalise que cette erreur de mise au point rend nettes toutes les petites bulles qui se sont formées sur la paroi en verre, qu’au second plan, le nuage rose est un peu flou, et intriguant. J’augmente un peu les contrastes et intensifie les couleurs. Je vois apparaître de la fumée, un champignon atomique rose entouré de particules. Ou, plus joyeux, une barbapapa ? D’autres y verront un ciel étoilé, une galaxie, une coupe de champagne… Un peu comme si j’avais produit ma propre version du test de Rorschach. Alors, malgré mes erreurs et mes tâtonnements, malgré les reflets sur le verre et les déformations dues à la forme du récipient, je suis satisfaite : j’ai produit une photographie ludique. A la fois pour moi durant la réalisation, mais aussi pour le spectateur qui peut laisser le champ libre à son imagination. En plus, j’ai de l’encre plein les mains !

Floriane Rivery

Le Pruneau

(cc) Elsa Maji (9/12/14)
(cc) Elsa Maji (9/12/14) 

L’idée de réaliser une photographie conceptuelle m’angoisse. Je ne connais pas les raisons, alors je cherche. D’après Arte, la photographie conceptuelle serait dépourvue de toute connotation esthétique et artistique. Le but serait de « montrer la réalité telle qu’elle est, et non telle que nous la voyons à travers nos interprétations ». Je suis donc angoissée par l’idée de réaliser une photographie neutre. Le neutre ne m’inspire pas.  Après avoir compris mon blocage, je peux le surmonter. Quitte à réaliser une photographie neutre, je souhaiterai faire passer un message sur un aliment que j’affectionne : le pruneau. Par la photographie du pruneau, j’espère éveiller la conscience des habitants du Sud-Ouest sur ce fruit sec passé aux oubliettes. La zone de production du pruneau couvre six départements du Sud-Ouest : Lot-et-Garonne, Dordogne, Gironde, Tarn-et-Garonne, Gers et Lot. Le pruneau mériterait autant d’importance que la vigne. D’après une étude diététique, le pruneau, aliment dont la teneur en fibre est incontestable, aurait des vertus laxatifs. Il permettrait la régulation du transit et du métabolisme.

 Photographier un pruneau, ce n’est pas toujours évident. Déjà, il faut choisir un beau pruneau. Ensuite, il faut le positionner correctement sur la table; de sorte à ce que l’on aperçoive ses formes distinctement. Le pruneau doit être photographié sur fond blanc, je le positionne sur une table blanche, rapproche une lumière pour l’éclairer. Je prend successivement trois photographies avec trois poses différentes : le pruneau de face, le pruneau de profil, le pruneau à la verticale. Comme je n’ai pas de macro objectif, j’utilise un moyen format. Pour que le pruneau soit net, je dois garder une certaine distance.

 Le résultat obtenu : un pruneau sur fond blanc. Jusqu’ici rien d’étonnant. N’ayant pas procédé à la balance des blancs, le fond blanc apparait jaune tungstène. Le pruneau, quant à lui, a des reflets luisants, il s’agit probablement du reflet de la lumière qui a permis de l’éclairer. Pour annuler ces effets, j’ouvre le logiciel lightroom, je modifie les paramètres de couleur en noir et blanc. La photographie noir et blanc parait plus naturelle.

Elsa Maji

La narcisse et l’inconnue

(cc) Florence Delavaud (09/02/2014)
(cc) Florence Delavaud (09/02/2014)

Image ordinaire, le portrait n’a cessé d’être réinventé depuis l’histoire de la photographie. Portraits de famille, de face, de dos, pour la postérité ou pour laisser un souvenir intime à quelqu’un de cher, la représentation n’a rien d’original. L’autoportrait suscita chez Baudelaire un certain dégoût, précurseur de ceux qui critique notre société de l’image et du réseau social tout puissant : ” société immonde qui se rua, comme un seul Narcisse, pour contempler sa triviale image sur le métal”. Pourtant, pour réaliser un exercice de trompe l’œil, je trouve le portrait fascinant, car il amène un jeu de cache-cache, pose l’éternelle question de l’identité.

Juchée dans la salle de bain, je me tords dans tous les sens, un appareil dans une main, un miroir argenté dans l’autre. Jeu de reflets, je voudrais prendre en photo les miroirs imbriqués les uns dans les autres, en mise en abîme. L’exercice tourne court, c’est trop évident. L’appareil est trop visible, on comprend immédiatement quelle image est l’originale et d’où viennent les reflets. Je fais des essais en fixant un collant sur l’objectif, ce qui amène un effet granuleux à l’image. Mais la luminosité n’est pas suffisante, je renonce et me contorsionne à nouveau.

Finalement, en triant, je choisis une photo énigmatique. La duplication de l’image donne une impression de mouvement, d’autant que l’expression d’une face du miroir à l’autre semble différente. Ce portrait, voilé par le trompe l’œil du miroir, et du collant sur l’objectif, en est t’il toujours un ?  Je découvre non pas un narcisse mais une inconnue.

Florence Delavaud

Asymétrique

Alison Goizet cc (27/01/2014)
Alison Goizet cc (27/01/2014)

Un œil plus bas que l’autre, une narine plus gonflée que l’autre, une lèvre plus pulpeuse, des cheveux courts, des cheveux longs… Il s’agit de mon visage mais il pourrait s’agir de n’importe lequel. Nous avons tous des petits défauts qui nous obsèdent tant, qu’on tente de les masquer. Est-ce que si je penche légèrement la tête, cela se verra moins ? Ils passent pourtant inaperçu chez la plupart des gens. Sauf que de nos jours la beauté se calcule, comme on calculerait une figure géométrique. L’écart entre les yeux et la bouche doit être supérieur à un tiers de celui entre le haut du front et le menton… J’ai voulu à travers cette photo conceptualiser et revendiquer son asymétrie.

Pour ce faire, j’ai décidé de tracer trois lignes de fuite horizontales, une verticale et un bandeau horizontal en bas sur mon visage, ainsi que sur un support derrière moi. Je les ai faite se rejoindre comme si mon visage était incrusté dedans. Ainsi elles forment un trompe l’œil et donnent un effet de continuité. Je voulais faire un parallèle avec ces quadrillages que l’on met sur Photoshop lorsqu’on veut obtenir une symétrie parfaite. La photo est prise en gros plan afin de concentrer le regard sur le visage. De plus, une de mes lèvres est volontairement déviée afin de dénoncer cette asymétrie que je revendique.

Cette photo me fait également penser aux tracés que les chirurgiens esthétiques font sur leurs patients avant de les opérer. Ils peuvent ainsi mettre en évidence chaque défauts qu’il y a à changer. Le visage est réduit à un support où s’exprime la superficialité humaine. Les traits formaient sur mon visage, ainsi que la continuité que ces derniers forment sur le fond, derrière moi, rappellent également les lignes de vie que les aztèques se peignaient sur eux. Le maquillage prend alors une place symbolique et culturelle.

Goizet Alison

« En ligne : http://www.lemonde.fr/style/article/2012/05/14/la-beaute-une-simple-question-de-mathematiques_1700661_1575563.html (dernière consultation : 27/01/2014) »

 

Un instant magique

6
(cc) Dorian D. (01/II/2014)

 

L’image est un reflet et Melies, précurseur incompris des effets spéciaux, lui a donné un caractère magique. Si les étymologies des termes image et magie sont radicalement différentes et donc que ces anagrammes ne sont que le fruit du hasard, il n’en est pas moins vrai que ces deux mots sont intimement liés. Avec le temps et les progrès apportés par l’avènement du numérique on parle aujourd’hui de la magie de l’image tant il est devenu courant de tromper le spectateur avec des images truquées, celui-ci étant absorbé, dévoré, par le miroir de lui-même. Grâce à un procédé en somme des plus simples, la voie de l’imaginaire est rendue accessible à chacun, qui y voit alors un montage ou image originale Science occulte qui permet d’obtenir des effets merveilleux à l’aide de moyens surnaturels, la magie fait appel au mystère, et rien n’est plus mystérieux qu’une image qui fige le temps.

La première difficulté fut de figer le mouvement de la goutte. J’ai donc opté pour une vitesse de 1/200eme de seconde et une ouverture à 5.3 pour 400 ISO. Afin de palier à l’absence de flash pour éviter les reflets dans l’eau, j’ai utilisé trois spots de studio, le rapport 1:1 en focale 90 mm nécessitant une grande quantité de lumière. Puis je m’en suis remis au mode rafale de mon appareil photo, pouvant ainsi saisir jusqu’à 8 image par seconde. Enfin, la réussite de la réfraction tient à l’ajustement de la distance entre le sujet et le fond, c’est bien là la gestion la plus difficile, dans laquelle excelle notamment le photographe Mark Reugels.

Une semaine plus tard… Je jette un regard sur ma photo et je m’aperçois avec le recul, que dans le développement de l’idée conceptualisée dans l’image, je n’ai pas pris en compte la fragilité de la colonne d’eau qui se forme sous une goutte qui tombe. Peut-on y voir une allégorie de la mince frontière qui sépare le résultat final du procédé qui l’a conduit? Ou peut-être est-ce la représentation du hasard qui, à une infime fraction de seconde près, aurait pu produire une toute autre image ? Il y a une interprétation pour chaque regard, et une pour chaque personne. Finalement, une goutte d’eau sur sa colonne, ça ne tient à rien…

Dorian D.