Archives par mot-clé : photographie

L’oeil de la caméra

(cc) Camille Nivat (14/11/2014)
(cc) Camille Nivat (14/11/2014)

Capter l’intime? Qu’est-ce je peux photographier? Et surtout, qu’est-ce que j’accepte de montrer? Ces questions n’ont pas cessé de me trotter dans la tête. Il m’est impossible de remonter sur Paris… Je peux toujours prendre des clichés de ma chambre à Bordeaux, que j’occupe depuis plus de deux mois. Je laisse mes pensées divaguer, espérant que l’Idée puisse s’imposer à moi. Même si, je dois le reconnaitre, je suis complètement perdue. Je n’ai pas la moindre idée de comment aborder ce sujet. J’ai peur de terminer avec une photo prise  à contrecœur, qui ne me convient pas. Jeudi soir, dans ma chambre, je regarde autour de moi. L’inspiration ne vient vraiment pas. Bien que mes affaires aient envahit l’espace, je ne sais vraiment pas comment cette pièce peut rendre compte de ma vie, de qui je suis. Et puis, je décide, sans grande convictions, de photographier ma chambre, dans sa globalité, puis de manière morcelée. Je me focalise sur un objet, puis sur un autre, puis sur les deux en même temps. Mais les clichés qui résultent de cette expérience ne me conviennent absolument pas. Il faut le bien dire, elles sont nulles. Rien n’en ressort; elles n’expriment rien.

Dans mon errance photographique, je me prends à photographier tout et n’importe quoi – des détails sans grand intérêt. J’en arrive même à prendre des clichés de la serrure de la porte de ma chambre. Mais avant, je décide de passer en mode manuel. Je règle approximativement la vitesse de l’obturateur, puis je change rapidement l’ouverture du diaphragme. Je n’ai pas pensé à noter ces informations, ce qui me rend incapable de donner des chiffres précis. J’appuie donc sur le déclencheur, en essayant d’imaginer ce que la photographie pourrait rendre. Je cherche à rendre net les éléments qui se trouvent de l’autre côté de la porte – sans succès. Sans même regarder le résultat de la photographie, je change les données de l’appareil et je reprends des clichés du même objet. Une dizaine de minutes plus tard, je me retrouve avec une série de photo de serrure. Et contre toute attente, cette série m’inspire. Ce qui se trouve derrière la serrure reste totalement invisible. En revanche, mon reflet se dessine dans le contour de la serrure; pas de façon nette, mais c’est ce qui rend la photo intéressante.

C’est l’imprévu, l’erreur qui surgit de cette photo. En effet, ce n’est pas du tout le cliché que je cherchais à prendre. Je voulais voir ce qu’il se passer de l’autre côté de la porte, mais c’est mon visage qui m’est revenue en pleine face – si je puis dire. Je me retrouve face à moi-même. Et, je ne sais pas pourquoi, cela a créé une forme de malaise chez moi. J’ai toujours fui les appareils photos, sauf quand c’était moi qui le maniait. Je me suis alors demandé pourquoi. Le dédoublement, la photographie, pourquoi nombre de gens redoute d’être pris en photo ? Est-ce par peur du résultat ? Par peur de se retrouver face à soi-même, de voir imprimer sur la pellicule le moindre de ses défauts ? Par peur du jugement ? Ou alors est-ce par simple égoïsme, de voir inscrit son corps sur un objet extérieur – comme s’il ne nous appartenait plus ? D’autres vont pouvoir regarder attentivement chaque parcelle de vous-même, chaque détail. Presque s’approprier votre corps… Ou bien la photographie révèle quelque chose qui va bien plus loin que l’enveloppe charnelle? L’œil de l’objectif parvient à capter une réalité qui va au-delà de la façade, du masque que l’on se crée en société. Il serait donc capable d’atteindre une part de nous, que nous ne souhaitons pas montrer aux autres, à nous même, dont nous n’avons peut-être même pas conscience.

Camille Nivat

En quête de repères

cc Clémentine Le Roy (20/10/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (20/10/2014)

Se glisser dans la peau d’un reporter photo le temps de trouver une image. L’image. Direction la gare Saint Jean. Je n’ai voulu aller que là-bas: j’adore les gares, les trains. Ce sont des lieux de passage, jamais des destinations en soi. La gare est un lieu romanesque, chargé émotionnellement pour quiconque a la curiosité de regarder autour de lui: des gens s’y séparent, s’y retrouvent, prennent un nouveau départ, des vies basculent quand d’autres suivent tranquillement leurs cours. Le commun et l’extraordinaire qui se côtoient quotidiennement dans un même lieu. La marque indélébile laissée par les Parapluies de Cherbourg est bien là…

Je me promène à l’affût d’un Guy et d’une Geneviève. La gare est bien calme ce lundi soir. Je m’habitue peu à peu à l’appareil que je porte autour du cou, un bridge qui n’offre, à mon grand désarroi, que très peu de profondeur de champ et de texture à l’image. Sur le quai d’en face, un convoi transportant des voitures démarre. Devant, quatre jeunes agents. Je fais quatre clichés. Le tout manque cruellement de sens. Le train pour Paris Montparnasse est annoncé dans une vingtaine de minutes. Sur le quai, des gens se pressent déjà. Je sens que je vais trouver quelque chose de consistant. Je cherche précisément des couples susceptibles de m’offrir l’adieu déchirant que je fantasme silencieusement derrière mon appareil. J’attends tranquillement adossée à un poteau quand une femme et deux enfants s’arrêtent devant moi: lourdement chargés, l’air fatigué, ils ne savent pas de quel côté du quai ils doivent aller. Je les vois qui regardent avec insistance dans ma direction. Je m’écarte pour les laisser passer et je me place derrière eux.

Ce que je vois me plaît, je tiens ma photo. La lumière jaune de la gare, le panneau de travers, le gros poteau moche à droite: c’est très loin de ce que je voulais trouver, mais il se dégage de cette image quelque chose qui me parle et donne une autre résonance à ma vision des choses. Cette mère et ses deux fils perdus m’ont touché. Côte à côte, ils font front en regardant dans des directions opposées. Ils sont en quête de repères pour pouvoir partir. Ce soir là à la gare, je n’ai pas trouvé de couples de cinéma, mais j’ai trouvé une belle famille.

Clémentine Le Roy