Archives par mot-clé : Photo expérimentale

SOUP

 

Dans un premier temps j’ai imprimé mes photos en plusieurs exemplaires, puis je me suis amusé à découper mon premier billet photographique en lamelles. Au début je voulais créer un effet de différentes dimensions, en découpant de la même manière mes autres photos et faire en sorte que si on est à droite on voit une photo et que si on est à gauche on en voit une autre. Pour cela, il aurait fallu que le travail final soit une performance avec du relief et pas une photographique. J’ai alors décidé de couper les lettres de mon anamorphose et recréer un mots, en l’occurrence « soup » puis j’ai laissé la photo de mon frère en entier pour que le spectateur de ma photo ne voit plus d’image concrète.

J’ai souhaité reprendre l’ambiance du bar pour faire en sorte qu’on pense être la nuit. J’ai donc pris un support rouge afin de rappeler les lumières du comptoir. Après ça j’ai pris une première photo puis je suis passée devant mon bureau où était posée ma photo, mes papiers se sont envolés. En réalité cet effet m’a plut mais pas en photo. C’est pour ça que j’ai posté sur notre site internet mon avant dernière photo et non ma dernière.

Xila

 

 

Agencement Kaleidoscopique

(cc) Florence Delavaud (02/03/2014)
(cc) Florence Delavaud (02/03/2014)

Dans son ouvrage “Critique de la faculté de juger”, Emmanuel Kant dira : “le beau est ce qui plaît universellement, sans concept”. Cette définition se heurte à celle de la photographie conceptuelle, dont l’objectif, à mon avis, est davantage basé sur la démarche que la reproduction d’une esthétique prédéfinie. La démarche ne signifie pas que tout élément est mis en scène, le hasard et l’incertitude ont une place importante dans le résultat final, les aléas climatiques, la lumière… Ce qu’appelle Godard “la mise en scène est danger”. Un danger, ou une opportunité. L’incertitude, voilà le mot qui pourrait définir mon travail de montage photo. Peu habituée à retoucher mes images, je commence par imaginer une manière d’intégrer mes trois photos, de les imbriquer les unes dans les autres. Et c’est étonnamment difficile. Je me remémore un jouet que je possédais petite, le kaléidoscope. L’œil collé a la lentille, le tube de miroir reflétait à l’infini lumières et couleurs. Les images se mêlaient, de manière géométrique.

Sur logiciel, je taillade les photos, je prélève des mains, je les juxtapose, je modifie les couleurs. Je crée un double à l’un de mes personnages, et j’inverse sa silhouette, j’en modifie la teinte. Je retourne l’image, elle me semble géométrique. Mais je ne parviens pas à intégrer ma dernière photo, après maintes tentatives je jette l’éponge. Ce montage rassemble les deux photos précédentes, le personnage est devenu fantomatique, les formes et couleurs se juxtaposent. Enfin, je rajoute un effet de reflet dans l’eau pour accentuer la symétrie tout en brouillant l’image. Voici un site qui permet de modifier les photos en ligne avec de nombreux effets, notamment le kaléidoscope : http://www.tuxpi.com/photo-effects/kaleidoscope

Florence Delavaud

Amour et nature

Pour réaliser cette photo expérimentale, j’ai utilisé mes trois précédentes photos. Sur le logiciel Photoshop, j’ai appliqué plusieurs traitements pour atteindre ce résultat. En désaturant chacune d’entre elle, je les mettais toutes au même niveau d’intensité, sans qu’une photo attire l’œil plus qu’une autre par ses couleurs. En augmentant les contrastes des photos et en activant des options sur le logiciel de retouche, j’ai obtenu seulement des formes de mes photos. Tout est devenu abstrait. Mais cette photo sans couleur, constituée seulement de forme, m’a paru triste ce qui m’a incité à mettre de la couleur. Après plusieurs tests, je me suis arrêtée sur ce rose avec ce cercle de tonalités différentes de verts. Ce rond, rappelant le cercle d’une des photos est placé juste à côté pour garder cet effet de courbe. J’ai décidé de m’arrêter là dans le traitement photographique car je souhaité qu’aucune des photos soient reconnaissables et que quelque chose ressorte par la couleur.

Ayant décidé de m’arrêter là dans le traitement, j’y ai vu une interprétation. Deux mondes étaient présents sous mes yeux, représentés par les 2 couleurs : le rose et le vert. Dans la couleur rose, je vois la tendresse ou l’amour. Déjà par la couleur souvent associée à ce thème mais également par les formes visibles. En effet, en haut de la photo on peut observer un cœur ou encore deux personnes qui s’embrassent. Dans le vert, couleur souvent associée à la nature, je peux trouver la présence d’un animal, la loutre. On ne peut voir que la tête presque face à nous comme si elle se trouvait dans des marécages. Le cercle central entoure la tête de la loutre et le baiser amoureux comme pour réunir les deux univers. Ce cercle me fait penser à un gong hindouiste où la culture est basée sur l’amour et et le respect de la nature.

Lauriane