Archives par mot-clé : photo conceptuelle

Dancer in the dark

IMG_5813
(cc) Camille Coquereau (08/12/2014)

Une toupie virevolte sur une mer d’aluminium. Elle tourne inlassablement et se reflète dans cet univers sens dessus dessous. Je voulais créer l’illusion de l’envers et l’endroit qui se chevauchent, des reflets qui attirent les différentes couleurs et les répercutent, du mouvement dans un univers figé, du cadre dans le cadre… Je me perds moi-même à chercher ce que je souhaite montrer, mais c’est pour mieux perdre les spectateurs de l’image. Héritée d’un kinder surprise du calendrier de l’Avent, une toupie en carton a été sélectionnée pour être le personnage principal de cette photographie et tente de remplir son rôle.

Le décor est très vite mis en place. L’aluminium est étalé, le miroir le surplombe et ma lampe de bureau vient baigner ce plateau de sa lumière dorée. La toupie, en costume orangé, se fond aisément dans l’espace grâce à sa teinte. La gymnastique consiste ensuite à faire tourner la toupie et à réussir à la capter en plein élan, avec mon appareil photo compact. Je change plusieurs fois de vitesse d’ouverture, essayant de voir le rendu, pour finalement revenir au choix « auto », allant très bien. Après plusieurs tentatives, pas toutes réussies, j’aperçois ce cliché et avec lui une sorte de split screen, révélant deux angles de prise de vue de la scène se déroulant sous mes yeux.

A l’image d’une danseuse, la toupie tourne adroitement, sans accroc, avec un rythme constant. Mais où est-elle réellement ? Au premier plan, on ne distingue que son corps qui semble reposer au sol, légèrement flou. Au dessus, à l’arrière plan, la toupie  se déploie, créant un cercle parfait autour d’elle, comme une aura qui l’entoure.  Une deuxième vision semble possible, révélant une autre facette de l’objet présenté, telle une double vision fantomatique et irréelle. A chacun de chercher  alors qu’elle est la véritable scène qui se joue sous nos yeux.

Camille Coquereau

Agencement Kaleidoscopique

(cc) Florence Delavaud (02/03/2014)
(cc) Florence Delavaud (02/03/2014)

Dans son ouvrage “Critique de la faculté de juger”, Emmanuel Kant dira : “le beau est ce qui plaît universellement, sans concept”. Cette définition se heurte à celle de la photographie conceptuelle, dont l’objectif, à mon avis, est davantage basé sur la démarche que la reproduction d’une esthétique prédéfinie. La démarche ne signifie pas que tout élément est mis en scène, le hasard et l’incertitude ont une place importante dans le résultat final, les aléas climatiques, la lumière… Ce qu’appelle Godard “la mise en scène est danger”. Un danger, ou une opportunité. L’incertitude, voilà le mot qui pourrait définir mon travail de montage photo. Peu habituée à retoucher mes images, je commence par imaginer une manière d’intégrer mes trois photos, de les imbriquer les unes dans les autres. Et c’est étonnamment difficile. Je me remémore un jouet que je possédais petite, le kaléidoscope. L’œil collé a la lentille, le tube de miroir reflétait à l’infini lumières et couleurs. Les images se mêlaient, de manière géométrique.

Sur logiciel, je taillade les photos, je prélève des mains, je les juxtapose, je modifie les couleurs. Je crée un double à l’un de mes personnages, et j’inverse sa silhouette, j’en modifie la teinte. Je retourne l’image, elle me semble géométrique. Mais je ne parviens pas à intégrer ma dernière photo, après maintes tentatives je jette l’éponge. Ce montage rassemble les deux photos précédentes, le personnage est devenu fantomatique, les formes et couleurs se juxtaposent. Enfin, je rajoute un effet de reflet dans l’eau pour accentuer la symétrie tout en brouillant l’image. Voici un site qui permet de modifier les photos en ligne avec de nombreux effets, notamment le kaléidoscope : http://www.tuxpi.com/photo-effects/kaleidoscope

Florence Delavaud

Nos mondes sont multiples

Jonathan Rochier (cc) Nos mondes sont multiples
Jonathan Rochier (cc) Nos mondes sont multiples

D’où germent les idées ? Quelles sont les liaisons mentales qui nous permettent de créer ? Cette photo tente de répondre à ces questions. Elle est la projection de ma réflexion, la matérialisation d’une idée naturellement irrationnelle. Le songe, univers abstrait où les fleurs sont des arbres et le temps, des horloges molles. Tout y est désordonné, disposition propice à la plus grande des créativités. Puis soudain, peut-être par pure coïncidence, une connexion s’établit. L’idée naît, la pensée la construit, le langage la matérialise sous une forme cohérent. Pourtant, de ce fatras d’objets incongrus, rien ne laissait prévoir l’harmonie.

J’ai tenté d’accumuler sur différents plans des objets hétéroclites afin de créer des espaces qui s’imbriquent les uns dans les autres. Pour cela, je disposais chaque élément dans la scène de façon à déconstruire les règles de la composition classique afin que le regard ne s’arrête jamais, qu’il lise cette image de manière cyclique. En alternant les formes circulaires et rectilignes, je voulais évoquer la complexité de la pensée et sa multiplicité.

Il y a mon reflet dans le miroir, c’est la seule image réfléchie par l’intermédiaire d’un dispositif, car ce monde est ma propre projection. Une projection complexe, quasi-psychanalytique. Elle comprend un élément de mon enfance ; le clown ainsi qu’une figurine aux proportions canoniques, représentant l’idéal créatif que je souhaite transgresser. Ce fond noir est une nébuleuse et le tissu blanc, un espace concret auquel je me raccroche pour ne pas sombrer. Cette photo explore le fond de ma réflexion, elle est donc authentique, psychanalytique et surréelle. Bien que ce ne soit pas voulue, un caractère chirurgicale lui est associé. Elle est brute, sans uniformisation, elle est ma conception du monde à travers mon esprit, alors naturellement, des démons surgissent de part et d’autres ainsi qu’une esthétique qui intrigue. Son intérêt ne réside pas dans sa structure mais bien dans son processus créatif, sa genèse.