Archives par mot-clé : photo

Jouer dans les feuilles mortes

Un après midi pluvieux à Bordeaux avec mon acolyte afin de prendre LA photo. En réalité on traîne des pieds, on râle beaucoup, on blâme le manque d’inspiration, la mauvaise lumière… Coline me confie qu’elle préférait photographier les feuilles mortes, et c’est en regardant ce qu’elle me désigne que je remarque mes deux petits sujets en train de s’amuser parmi ces feuilles.  Je les ai photographié juste après, alors qu’ils allaient monter dans le tram.

J’ai donc décidé de retranscrire cette conversation dans mon billet son. Je trouvais intéressant de mêler prise de son et échantillons trouvés sur une banque en ligne. J’ai téléchargé plusieurs sons en ligne afin de recréer une ambiance de ville, avec les bruits du tram, des gens qui marchent et qui parlent. J’ai en suite enregistré mon dialogue avec l’aide de l’iphone de ma colocataire et la voix d’une amie dans le rôle de Coline. Pour le montage sonore, j’ai commencé à le faire sur le logiciel Cubase, pour au final échouer au moment de l’export. J’ai donc repris mes bonnes vielles habitudes et j’ai refait mon montage avec Adobe première comme je fais d’habitude.

J’aime particulièrement la sensation de mélancolie qui se dégage à la fin de mon billet son. J’ai décidé d’effacer tous les sons de la ville pour ne garder que le bruit du vent dans les feuilles. Cela confère un côté un peu poétique, comme en dehors du temps. Je trouve que cela retranscrit bien l’état d’esprit dans lequel devaient se trouver les enfants de ma photo lorsqu’il ont du arrêter de jouer pour aller prendre le tram.

Jeanne Vidal-Giraud

 

Fish Tank

IMG_5720
(cc) Camille Coquereau 16/11/2014

Un téléphone, quelques vêtements, un ordinateur, de la paperasse. Dans cet espace sans âme, appartement meublé tout droit sorti d’un catalogue Ikea, j’apporte ma touche personnelle. Si ce ne sont des objets, ce sont d’abord des gens, qui me contactent depuis Nantes, Lille, Avignon via les réseaux sociaux. Un foulard traine, souvenir d’un voyage fait récemment sur un coup de tête, quelques chaussures aussi, symbole de mes achats compulsifs. Les feuilles de cours se mêlent aux photos et autres éléments du passé qui trainent ici. Et moi dans tout ça ? Je suis spectatrice du monde que je me suis créé, tentant de me trouver une place dans cet univers figé.

Pour cette photo, j’ai utilisé mon appareil photo compact Canon, regrettant de ne pas avoir le superbe appareil Réflex de mon père sous la main. Mais bon, on fait avec ce qu’on a. Trépieds fixé, il faut trouver l’angle de prise de vue. Quand on est à la fois modèle et photographe cela prend du temps. Beaucoup de temps. Les chambres étudiantes regorgent alors de merveilles semblant pourtant insignifiante : une lampe de chevet devient alors un éclairage, une chaise, un autre trépied. Ne préférant pas totalement dérégler mon appareil photo que je maitrise peu, je ne touche pas à la vitesse de prise de vue ou autre. Seul le mode de couleur est sélectionné, ainsi que le retardateur. Très pratique d’ailleurs.

Séance photo terminée, je choisi un cliché. Je n’aime pas spécialement cette photo plus qu’une autre, seulement elle me parle de par sa couleur mais aussi car elle représente ce qui est cet « espace personnel » que je côtoie le plus en ce moment. Dans ce lieu étroit, clôs, je suis le seul élément mobile. J’ai alors l’impression d’être enfermée tel un poisson dans son bocal.  Je passe devant l’objectif, comme si je n’y étais pas invitée, tentant de donner vie à cet espace figé.

Camille Coquereau