Archives par mot-clé : perspective

OUPS ?

Ce week-end, je suis rentrée à Nantes chez mes parents. Mon père avait le souhait depuis un certain temps de faire une anamorphose dans l’entrée de la maison. Cette idée, nous venait de l’artiste Felice Varini, que l’on avait vu dans une galerie sur l’île de Nantes. On a donc placé le mot « oups ?» de manière à ce que quand quelqu’un passe la porte, la première chose qu’il aperçoive soit le mot « oups ». Lorsque la personne fait un pas de plus, elle ne peut plus distinguer le mot dans son intégralité.

Je disposais seulement de 4 lettres et d’un point d’interrogation, j’ai donc essayé de former un mot avec celles-ci, l’onomatopée « oups » en est ressorti. Dans un premier temps, j’ai apposé ces lettres autocollantes sur un couvercle translucide de punaises. Ensuite, j’ai utilisé un vieux projecteur à diapo’ des année 50 et j’ai glissé le couvercle de la boîte de punaises à la place de la de diapo. J’ai utilisé une échelle de peintre pour trouver la hauteur exacte, hauteur 1m 78, hauteur de la vision. J’ai fait une projection sur le mur, au premier plan : une porte entre-ouverte, au second : le mur. Puis j’ai indiqué au sol, avec un feutre l’emplacement exact où la porte doit être ouverte. J’ai pris un crayon de bois pour faire le contour des lettres. Après, j’ai peint l’intérieur des lettres avec de la peinture noire (2 couches). Après séchage j’ai gommé les traits du crayon de bois. Et voilà.

Cependant un problème subsiste. La porte doit toujours être entrouverte pour que l’anamorphose fonctionne. Si on ferme la porte ça donne le mot « ouis ». Et cela ne fonctionne plus du tout. De plus lorsque le porte est ouverte. On voit le mot qu’à un point de vue précis. Mais c’est ce qui rend intrigant cette « œuvre ». De plus ce que je trouve incroyable dans cette photographie, c’est l’impression que le mot « oups » a été rajouté à l’informatique.

 

 Xila

Une pensée révolue

Une pensée révolue. (cc) Jonathan Rochier
Une pensée révolue. (cc) Jonathan Rochier (16/03/2014)

Grandiose et terrifiante.
J’étais face à elle, ne pouvant plus bouger, respirant de grandes bouffées d’air pour calmer mon cœur qui cognait mes entrailles.
Il m’assourdissait, se mêlant aux violons, créant une arythmie propre aux plus horribles désordres.
Alors que je hissais un mot au-dessus de ce vacarme,
le ciel s’affaissa et se déchira dans son divin craquement.
La seconde me parût appropriée.
L’explosion.
La douce et tétanisante.

Puis tout se mélangea.
Comme si.
Comme si le soleil avait disparu,
découpant en lamelles régulières le plus parfait des décors.
Et puis, le rouge et le noir se croisèrent.
Le noir des mauvais jours.
Et ce rouge qui fait mal aux yeux.
J’entendis le claquement des ciseaux.
Sibilances acérées.
Déchiré.
Fragmenté.
Mes doigts se posèrent sur mon visage,
et je grattai, grattai jusqu’à trouver
ce qui avait pu, caché sous ma peau,
susciter une telle apocalypse.

Mais rien.
Seulement l’eau qui coule et qui sèche.
Bien trop lentement.
Probablement.

Jonathan ROCHIER