Archives par mot-clé : Pensée

Pensées infantines

Après avoir écouté quelques extraits des fichiers audios fournis, j’étais émerveillé. Ces enregistrements illustrent superbement la manière de réfléchir qu’ont les enfants, comment construisent-ils leurs opinions et comment leur environnement modèle leur esprit encore maléable. J’ai souhaité représenter dans ce « billet son » ce qu’il se passe dans le cerveau d’un enfant lorsqu’il est confronté à des concepts, des émotions. Comment les mots se brouillent, se mélangent et s’assemblent pour créer d’autres connexions, délirantes, absurdes mais aussi étouffantes. Je crois qu’un enfant ne peut que être perdu par le langage,  les conventions et la (les) morale(s). Comment orchestrer cette cacophonie de réflexions probablement terrifiante. Je crois me souvenir que lorsque j’étais confronté à une situation que je ne comprenais pas, j’étais saisi par une sorte de torpeur comme affolé. Naturellement, je m’agrippais à ce que je connaissais déjà pour tenter de dénouer le sens d’une phrase ou d’une action. Il en était de même lorsque j’étais face à un moment perturbant de mon enfance, ceux qui fondent les piliers fissurés de notre personnalité future. Je crois que je me répétais sans cesse les mêmes mots que j’avais entendu, je me repassais sans cesse les mêmes images. Puis tout devenait confusion et tapage.

Afin de m’approcher de ces sensations que je ressentais quand j’étais enfant, j’ai essayé de recréer la cacophonie qui s’opérait en moi. J’ai voulu créer quelque chose de musical au travers de toutes ces voix car quoi qu’il arrivait, je parvenais toujours à ordonner les choses de façon à ce qu’ils soient logiques à mon sens. Une sorte d’harmonie cacophonique donc. Pour mettre cette idée en exergue, il m’a semblé judicieux d’apposer une musique qui évolue de paire avec la progression de ma pensée d’enfant. Peu à peu le timbre des voix se déforme , comme un téléphone arabe qui donne un nouveau sens aux phrases initiales. Le sens se déconstruit, les voix deviennent surnaturelles, omniscientes, oppressantes jusqu’à former quelque chose d’abstrait : une pensée, celle d’un enfant.

La montagne, ça me gagne

La montagne ca me gagne
La montagne, ça me gagne (cc) (22/11/2013)

La montagne. Pau ayant été mon lieu de vie durant près de 10 ans, la montagne est devenue un élément majeur de mon décor quotidien. On peut admirer cette chaîne des Pyrénées quelque soit la saison : en hiver, ce mur de neige donne envie d’arpenter les pistes de ski, en été, de se balader et de respirer l’air frais. Quand je regarde cette chaîne montagneuse, je me mets à rêver, à partir dans mes pensées. La montagne est pour moi une source d’évasion. Fascinante par sa grandeur, elle m’inspire pour réfléchir : la montagne ça me gagne.

Pour réaliser ce dessin, j’ai choisi une photo de montagne, pas forcément une photo des Pyrénées, mais simplement de montagne, car c’est l’immensité de cette barrière naturelle qui m’impressionne. Puis, j’ai commencé à dessiner les trois différents plans de cette image : la plaine, les collines feuillues et enfin, la barrière rocheuse, les montagnes. Pour les couleurs, je me suis servie exclusivement de trois couleurs : vert, marron et bleu, les trois couleurs naturelles présentes dans ce type de paysage. Ce dessin a été réalisé à l’aide de pastels secs.

Lauriane