Archives par mot-clé : peinture

Les hautes lumières

(cc) Clémentine Le Roy (27/01/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (27/01/2014)

Comme d’habitude, j’ai du mal à appréhender la démarche et à me lancer. Mais j’ai une idée de départ: imprimer puis découper en bandes mes trois précédentes photos, et enfin assembler les morceaux les uns après les autres dans le désordre. Je colle les bandes sur une grande feuille de papier canson, et trouve le tout un peu vide, fade. Il faut habiller un peu plus. Sans trop savoir ce que cela va donner, je commence à tapoter de la peinture noire autour de la frise avec un gros pinceau. L’effet me plaît, il fait ressortir les couleurs de la frise. Pas besoin d’en rajouter, je prends la photo et sur l’ordinateur je teste différentes modifications. Je veux dynamiser un peu la photo, je trouve l’ensemble trop terne. Par petites ou grosses touches, je change la saturation, la température de couleur, les reflets, les teintes, les contrastes et la luminosité. Je m’amuse un peu avec ce que j’ai sous la main, j’ai envie qu’on voit que c’est trafiqué. Je veux éviter que ce soit trop lisse, et donc tirer profit de l’épaisseur du papier canson pour faire ressortir la rugosité de la matière. Je m’arrête là, je sens que j’arrive à la limite du “trop”.

Je prends un malin plaisir à détruire, déconstruire, découper en tranches, déformer matériellement ce que j’ai fait et qui ne me plaît pas. A défigurer ce qu’il m’a été pénible de montrer. Altérer pour fausser: sous cette forme, les photos ne disent rien. On ne distingue pas grand chose et pourtant cela forme un tout. Je n’ai rien cherché de particulier, j’ai juste réalisé mes idées les unes après les autres, sans ardeur particulière. En revenant sur la photo terminée après quelques temps, je me suis rendue compte que j’avais été influencée par la chanson que j’écoutais lorsque j’étais en train de retoucher la photo, puisque j’ai immédiatement associé l’image à sa mélodie. Plus qu’une idée, je crois que j’ai inconsciemment cherché à recréer un état, une ambiance, celle que m’évoque cette chanson. L’association de cette musique à la photo lui donne une tonalité différente. Mais je serai la seule à le percevoir: de toute façon, on ne peut décrire le monde qu’à travers soi.

Clémentine Le Roy

OUPS ?

Ce week-end, je suis rentrée à Nantes chez mes parents. Mon père avait le souhait depuis un certain temps de faire une anamorphose dans l’entrée de la maison. Cette idée, nous venait de l’artiste Felice Varini, que l’on avait vu dans une galerie sur l’île de Nantes. On a donc placé le mot « oups ?» de manière à ce que quand quelqu’un passe la porte, la première chose qu’il aperçoive soit le mot « oups ». Lorsque la personne fait un pas de plus, elle ne peut plus distinguer le mot dans son intégralité.

Je disposais seulement de 4 lettres et d’un point d’interrogation, j’ai donc essayé de former un mot avec celles-ci, l’onomatopée « oups » en est ressorti. Dans un premier temps, j’ai apposé ces lettres autocollantes sur un couvercle translucide de punaises. Ensuite, j’ai utilisé un vieux projecteur à diapo’ des année 50 et j’ai glissé le couvercle de la boîte de punaises à la place de la de diapo. J’ai utilisé une échelle de peintre pour trouver la hauteur exacte, hauteur 1m 78, hauteur de la vision. J’ai fait une projection sur le mur, au premier plan : une porte entre-ouverte, au second : le mur. Puis j’ai indiqué au sol, avec un feutre l’emplacement exact où la porte doit être ouverte. J’ai pris un crayon de bois pour faire le contour des lettres. Après, j’ai peint l’intérieur des lettres avec de la peinture noire (2 couches). Après séchage j’ai gommé les traits du crayon de bois. Et voilà.

Cependant un problème subsiste. La porte doit toujours être entrouverte pour que l’anamorphose fonctionne. Si on ferme la porte ça donne le mot « ouis ». Et cela ne fonctionne plus du tout. De plus lorsque le porte est ouverte. On voit le mot qu’à un point de vue précis. Mais c’est ce qui rend intrigant cette « œuvre ». De plus ce que je trouve incroyable dans cette photographie, c’est l’impression que le mot “oups” a été rajouté à l’informatique.

 

 Xila

Au pays du Soleil Levant

(cc) Florence Delavaud 10/11/2013
(cc) Florence Delavaud (10/11/2013)

Je n’ai jamais vu le paysage qui m’inspire. Pourtant, à travers des photos, peintures et estampes,  je parviens à me le représenter. Entouré par un bras de mer, c’est un volcan toujours actif, souvent recouvert de neige. Il s’agit du Mont Fuji, au Japon, situé au sud de l’île de Honshū. Véritable emblème du pays du soleil levant, il est représenté depuis des millénaires : la plus ancienne image du Mont date du onzième siècle et il a notamment inspiré les impressionnistes occidentaux.

Afin de conserver le trait japonais, j’ai souhaité peindre sur un format type estampe, relativement grand donc. Traditionnellement, celles-ci sont réalisées à partir de gravures sur bois, mais n’ayant ni la patience ni la précision d’un graveur – ni même une plaque de bois sous la main – j’ai opté pour un simple carton. En observant des photographies du volcan, j’ai eu envie de casser la sérénité qu’il dégage par une gigantesque vague paraissant l’absorber. J’ai utilisé différents matériaux : gouache, aquarelle, pastel, stylo. Après avoir vidé tout ce que j’avais en bleu, j’ai eu envie de rajouter, en contrepoint, un soleil orange, au-dessus du Mont. Voici le paysage qui me parle : un mélange de calme et de colère, au pays du soleil levant.

Florence Delavaud

Le chant des couleurs

(cc) Chloé Hernandez (10/11/2013)
(cc) Chloé Hernandez (10/11/2013)

Alberti disait, “un tableau est une fenêtre ouverte sur le monde“. Cette phrase, me vient en tête à chaque fois que je pense à un lieu qui m’inspire. Le lieu qui m’inspire le plus est un lieu qui n’existe pas. Il est imaginaire. C’est un endroit que j’aperçois lorsque je ferme les yeux et que mon esprit divague. C’est un ciel, une vaste entendue colorée. Un passage vers un autre univers. Par une succession de couleurs, le chemin se crée. La dominante orangée éveille en moi l’attraction. La teinte chaleureuse de cette peinture m’évoque un aspect rassurant et bienveillant. Seule la partie de droite est caractérisée par une température de couleurs différente. Peut-être ce vert symbolise-t-il une autre direction à suivre ? Nous indiquant ainsi que le chemin se propage, au delà du cadre, nous conduisant vers d’autres champs de couleurs. Tel le chant hypnotique des sirènes, le centre de la toile m’attire. Il offre comme un puits sans fond, une ouverture vers un lieu inconnu. Je tombe là, aspirée par ce flux de couleurs et me laisse envahir par les émotions qu’il m’apporte.

La peinture acrylique est le médium que j’ai utilisé pour réaliser cette toile. Divers outils m’ont permis d’étendre la peinture. A l’aide d’une éponge, j’ai constitué un fond uni, avant d’effectuer des mouvements circulaires, mélangeant ainsi les couleurs sur le support. Je change d’outil et choisis un pinceau avec lequel je répartis la peinture différemment. A chaque outil, sa gestuelle. Je tamponne, frotte, griffe la matière afin d’obtenir des volumes variés. Je laisse libre cours à mon ressenti. La couleur me guide et les formes se dessinent devant moi. Cette création, purement subjective, reflète cet “endroit”, celui dans lequel mes émotions sont les plus fortes et où l’inspiration m’emporte. Il s’agit de ma “fenêtre ouverte sur le monde”.

 Chloé Hernandez