Archives par mot-clé : pastels

La Grave

La Grave
La Grave (cc) Vincent Duquennoy (24/11/2013)

« La Grave ». Quel triste nom pour désigner un tel havre de paix ! Le dessin ci-dessus représente un mas racheté par un de mes oncles, dans les années 70. Il est situé dans les Cévennes, à la frontière Gard-Lozère. Chaque été, depuis que je suis enfant, je viens me ressourcer dans cet endroit, uniquement accessible à pied, où le temps semble être suspendu et flotter dans les airs. Ici on se consacre aux travaux d’entretien des bâtisses, aux baignades dans la rivière émeraude, située en aval, et aux soirées où nous dinons, puis jouons et chantons dans la cour. En famille et entre amis, auprès de proches que nous retrouvons seulement en ces lieux, on se sent réellement serein. Toutes ces raisons font qu’il était évident que le “lieu qui m’inspire” était ce mas, perdu au milieu de nulle part, au cœur des montagnes cévenoles. Il m’a notamment inspiré une nouvelle, ainsi que des travaux effectués à l’école primaire.

Ce dessin a été réalisé avec des pastels secs : des nuances de vert, aux premier et dernier plans, afin de représenter la nature entourant les lieux, ainsi que du gris, pour l’ensemble des parties de la bâtisse. Un feutre noir fin a également été utilisé pour le contour des différents éléments du dessin. Le style qui en ressort s’apparenterait plutôt à la bande dessinée car, étant donné le nombre d’histoires “farfelues” qui se sont déroulées en ces murs, ce genre graphique me semblerait être le plus approprié pour les conter.

Vincent DUQUENNOY

Eden

(cc) Di Cioccio Alexia (24/11/2013)
(cc) Alexia Di Cioccio (24/11/2013)

Petit coin de nature luxuriante, calme et discret. Un lieu loin de l’agitation, du stress et de la vie quotidienne. J’ai décidé de représenter cet endroit car son caractère intimiste et secret m’a inspiré. J’aime son côté brut et naturel, qui n’a pas été modifié par l’homme, composé d’éléments simples, la terre, l’eau, le soleil. On imagine aisément être au centre de ce décor magnifique, pour juste fermer les yeux un instant afin d’entendre la brise courir entre les feuilles des arbres. Regarder en cachette à travers les rideaux de feuilles et découvrir cette scène, être spectateur de la nature, de ce qu’elle a de plus simple et de plus beau à nous offrir. L’inspiration créée par ce lieu émane de sa pureté et de son authenticité, un paradis sur terre.

Ce dessin est la reproduction d’une photographie d’une cascade au cœur de la forêt. Il a été réalisé aux pastels, la première étape a été le remplissage de ma feuille par les formes géométriques que composaient les couleurs dominantes de l’endroit. Par la suite, j’ai superposé d’autres couleurs pour former les détails du paysage, grâce à des palettes de vert et de bleu. Le jaune et le blanc on servit à rendre les effets de lumière, retranscrire l’entrée de celle-ci à travers le feuillage. J’ai tenté de reproduire les reflets des rochers dans l’eau, situés en arrière plan, en utilisant un dégradé de noir, de gris et de marron. Les reflets des cascades dans le lac, eux, permettent de créer une sensation de mouvement. Comme une ondulation de l’eau, cela donne de la vie au dessin.

Alexia DI CIOCCIO

Un air de SF

(cc) Manon Harsigny (11/11/2013)
(cc) Manon Harsigny (11/11/2013)

Il est un lieu qui longtemps m’eut inspirée et qui, même après l’avoir découvert de mes propres yeux, continue d’être une source d’émerveillement. San Francisco, la ville brumeuse au célèbre pont et multiples vallons, n’a pas la superficialité de ses congénères américaines. Elle est mystérieuse lorsque le brouillard la dissimule le matin, puis, pleine de surprises quand, au sommet d’une rue, le promeneur hasardeux découvre un panorama inespéré sur son horizon et ses quartiers colorés. Haight Ashbury, Castro, Fisherman’s Wharf, China Town, sont tant de lieux qui font les contrastes de cette ville aussi majestueuse que chaleureuse. Place de tolérance et de révolution, on s’y sent vite chez soi, sans la comprendre pour autant. Même Alcatraz, la lugubre île abandonnée, renvoie quelque chose de mystique et participe à hypnotiser quiconque s’attarde sur sa vue.

Quoi de mieux pour symboliser Frisco que sa baie plongée dans le brouillard ? Les pastels secs se chargeront donc de transmettre l’aspect énigmatique et insaisissable de cette couche épaisse de nuages, tandis que le crayon à papier dessinera finement la ligne d’horizon, ainsi que les contours de la seule pièce architecturale permettant d’identifier la ville : le sommet du Golden Gate Bridge. Les reliefs lointains et neutres symbolisent une frontière physique entre le ciel chaud de l’aurore et la brume froide du matin, un paradoxe urbain qui fait le charme de cette ville aux initiales évoquant la science-fiction. Le support, enfin, du papier kraft, est un clin d’œil au passé industriel de la ville qui a vu naître les jeans Levi Strauss.

San Francisco, ma ville muse…

Manon H.