Archives par mot-clé : océan

Ocean’s kids

(cc) Varvara Stroganova (18/10/2014)

Je n’ai vu la mer pour la première fois que quand j’avais 9 ans. Jusqu’à cet âge-là ce n’était qu’un rêve, une image dans un livre, une peinture dans un musée, une scène d’un film. Pour beaucoup de Russes, la mer est synonyme de bonheur, un grand projet de vacances ou un voyage inespéré. Ainsi, habiter à côté de l’océan évoque chez moi des souvenirs lointains, prend une dimension magique. Quand j’ai la possibilité d’aller à l’océan, j’y vais sans hésiter, et cela ne me dérange pas de faire deux heures de bus.

J’ai pris une dizaine de photos et, quand je suis rentrée chez moi j’ai été très déçue parce que je me disais que je pouvais faire mieux. Les parents de ces petits garçons me regardaient d’une manière très étrange… Je n’ai pas osé leur expliquer ce que j’étais en train de faire.

Ces trois gamins veulent faire du vrai surf, comme des grands. Ils n’ont pas peur, ils ont appris à grandir à côté de l’océan. Pour eux cela n’a jamais été un rêve, ces vagues puissantes et ce ciel à l’horizon. C’est leur environnement naturel, un appel à l’aventure qui deviendra plus tard le souvenir de l’insouciance de leur enfance.

Manon, les « yeux couleur océan »

Manon, les "yeux couleur océan". (cc) Manon H. (06/10/2013)
Manon, les « yeux couleur océan ». (cc) Manon H. (06/10/2013)

Il y a fort longtemps ma mère me lisait un livre dont l’héroïne portait mon nom, Manon ! Cette femme imaginaire fut le premier homonyme que je connus et inconsciemment l’un de mes premiers modèles. C’est avec ce personnage que j’appris à aimer mon prénom et à lui attribuer du sens. Vingt ans plus tard, je me souviens avec mélancolie de ce petit livre beige, au papier si particulier… Mais l’histoire, les images restent vagues, presque insaisissables. Je me souviens de l’océan et des yeux bleus de Manon, je me souviens de ses cheveux flottant, d’un rafiot et d’un périple en mer mais le souvenir demeure décousu et flou comme un rêve dont on peine à se rappeler. C’est sur la base de ces éléments que j’ai entrepris de reconstituer cette histoire et ce souvenir d’enfance à travers un collage.

Le « bleu de la mer » est restitué par une multitude de morceaux d’eaux bleues collés chaotiquement en trame de fond, un papier calque disposé par dessus confère à ses fonds marins riches en nuances bleutées un flou volontairement mystérieux, en écho à mon souvenir brumeux. Les baleines grises symbolisent les sombres profondeurs marines et leur couleur, mon passé. La femme sans visage est bien sûr l’héroïne de mon histoire dont le visage m’échappe encore. Ses yeux bleus pourtant me hantent et sont délibérément plus gros. Sa chevelure quant à elle flotte au gré du vent ou des courants marins. Reste le rafiot disposé ici tel un navire échoué sur la tête de Manon, celle-là même qui tente de faire le tri dans ses souvenirs pour saisir l’image de ce périple marin – également évoqué par le « O » boussole – et dont le nom se reflète à la surface de l’eau.

Manon H.