Archives par mot-clé : Nounours

Bagarre en couche culotte : Dora VS Nounours

Des générations qui défilent. Et pourtant, une bataille demeure, aussi cruelle qu’intemporelle, celle du coucher ! Avant c’était Nounours, aujourd’hui DORA, demain sûrement Babouch… Mais lorsque l’on fait du babysitting peu importe leurs noms, ils deviennent nos pires ennemis !

J’ai décidé de reconstituer une scène plutôt fréquente lorsque l’on garde des enfants : celle du coucher. Un délicieux moment entre colère, pleurs et cris. J’ai commencé par écrire le dialogue puis à l’enregistrer avec mon iPhone. Sur Reaper,  j’ai utilisé l’effet super pitch pour moduler ma voix et ainsi créer deux personnages. Je les ai donc insérer sur deux pistes différentes afin de les régler à ma guise. J’ai également utilisé un effet de Réverbe pour améliorer la transition entre l’ambiance sonore de l’univers imaginaire des monstres et celui de la réalité avec « Camille » qui s’exclame avec colère. Le plus difficile étant de laisser les voix prendre la place principale dans le son et en même temps donner à voir par les sons, les bruitages, les mélodies et les ambiances. Je voulais donner du relief au dialogue sans le noyer dans un flot de bruit. J’ai ajouté des bruits issus de soundfishing pour ponctuer le son et ainsi donner à entendre différentes actions : claquement de porte, TV que l’on éteint, désenchantement, destruction d’objets…. Pour immerger l’auditeur dans le monde imaginaire et terrifiant du père fouettard je devais créer une ambiance suffisamment solide et envoûtante. J’ai donc créé plusieurs pistes en superposant à la fois des ambiances Halloween (soundfishing) et des rires, des grognements de monstres. Je voulais que cette ambiance ait une certaine profondeur. J’ai également donné de l’importance au volume des voix pour ainsi aider l’auditeur à suivre les déplacements des personnages. Au début la baby-sitter entre dans la pièce. Sa voix se rapproche peu à peu. Et lorsque Camille quitte la pièce et s’enferme dans sa chambre, sa voix se fait plus lointaine et étouffée.  Par de petits détails comme ceux-là, je voulais vraiment donner à entendre ce que l’on ne peut voir.

Maelys GOSSET

Léon en goguette

(Cc) Louise Tressens 08/04/1991

(Cc) Louise Tressens 08/04/1991

Pour cet exercice complexe qui consiste à relier nos trois photos en une seule, je m’en suis voulue de ne pas avoir deviné le traquenard avant de les photographier. Force est de constater qu’elles n’ont aucun rapport. Pour les mélanger, j’ai donc choisi d’intégrer un élément de chaque photo sur une troisième, ayant une composition plus accueillante. La photo de la file d’attente du restaurant l’Entrecôte m’a donc servi de photo de fond à laquelle j’ai ajouté Léon (mon nounours poussiéreux), son jumeau maléfique et la tête de cerf en carton (qui domine sur mon salon). Je voulais produire un résultat humoristique et réfléchi, plutôt qu’une simple expérience de tâtonnement sur Photoshop.

D’un point de vue technique, j’ai utilisé les seules fonctions de Photoshop dont je sais à peu près me servir: le détourage.
Avec l’outil plume, j’ai sélectionné le contour de mon ours en peluche en ajoutant des points d’ancrage pour plus de précision. J’ai répété l’opération pour la tête de cerf a qui j’ai du ratiboiser les bois pour plus de cohérence dans le collage. J’ai ensuite mis la photo en noir et blanc pour la rendre plus esthétique puis collé les deux ours sur les côtés verticaux, de manière à ce que leur corps coupés correspondent à la limite du cadre.

Louise Tressens