Archives par mot-clé : Noir et Blanc

Le Mur

(cc) Fanny GALOU (18/10/2013)
(cc) Fanny GALOU (18/10/2013)

Samedi, 17h.

Je n’ai toujours pas rencontré ce chanceux hasard dont parlait Boubat, Klein et Erwitt.

Dans mon appareil-photo : un groupe de touristes chinois et un énième SDF un peu flou allongé dans la rue. Je commençais à désespérer. Alors que je me morfondais sur le trottoir, j’entendis comme des coups sur une surface métallique et des cris. Puis je vis trois jeunes hommes, coincés entre une porte visiblement fermée et un grillage. Ils avaient l’air désespérés. Etaient-ils enfermés dehors, venaient-ils d’apprendre une mauvaise nouvelle ? Peu importe, je dégainai mon appareil photo, retirai nerveusement le cache puis m’approchai doucement. Une prise suffit. Et je suis partie, ils ne m’ont pas vue. Il n’y a pas eu de rencontre à proprement parlé, pas de mots échangés. Juste une photo prise à leur insu pendant une situation qui leur était apparemment difficile.

J’ai mis cette photo en noir et blanc afin d’accentuer le côté dramatique de la scène et j’ai aussi renforcé les contrastes. La photo est cadrée de manière à ce qu’on ne voit pas d’éléments extérieurs à la situation afin de renforcer la sensation d’enfermement, de cloisonnement. J’ai choisi cette photo car je trouve qu’elle représente bien la manière dont j’ai vécu ce projet. Aller à la rencontre d’inconnus s’est avéré plus difficile que je ne l’aurais pensé. Comme sur la photo, j’ai eu l’impression d’être face à une porte fermée, incapable d’aller vers les autres. Le sentiment de voler un instant qui ne m’appartient pas.

Fanny G.

Que regardes-tu ?

Que regardes-tu ?
Que regardes-tu ? (cc) Laetitia Stoffel (18/10/2013)

Bordeaux. Un après-midi d’octobre. Je me promène dans le Jardin Public, armée de mon appareil photo. Un chien attire mon attention, il joue autour d’un jeune homme semblant être son maître. Je m’approche, dégaine et shoote. La photo est floue, le chien s’est couché au moment où j’appuyais sur la détente. Son maître lui fait signe, il se redresse et vient à sa rencontre. Un vélo passe à côté de moi et attire l’attention du chien qui se retourne légèrement, au moment où son maître lève les yeux. J’appuie sur le déclencheur. L’instant est figé. La photo est réussie. Le chien et son maître regardent ensemble ce qui se passe à côté de moi, tels deux complices fusionnels, et je ne peux m’empêcher de penser à la citation d’Antoine de Saint-Exupéry : « Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction ».

Techniquement parlant, j’ai pris cette photo au niveau du sol, presque à hauteur d’œil du chien. Il s’agit d’un plan dit “plan pied” (plan cadrant un ou plusieurs personnages en pied), permettant de faire figurer l’homme et l’animal en entier. J’ai passé la photo en noir et blanc, tout d’abord parce que je trouve cet effet très esthétique, mais également dans le but d’harmoniser l’arrière plan (une vieille bâtisse datant du XVIIème siècle) avec le sujet, en lui donnant un effet d‘intemporalité. Je comptais également sur l’absence de couleur pour dissuader l’œil du spectateur de venir se poser sur la tête d’un petit garçon, caché en grande partie derrière le jeune homme.

Laetitia STOFFEL

L’homme est un captivore

(cc) Sarah Vasseur (19/10/2013)
(cc) Sarah Vasseur (19/10/2013)

J’ai longtemps hésité avant de choisir cette photo, et encore maintenant, je crains qu’elle ne corresponde pas à ce qui était demandé. Mais finalement j’ai choisi celle-ci car c’est celle qui m’a le plus amusée quant à la circonstance de prise de vue. J’ai presque envie de reprendre les mots de Edouard Boubat lorsqu’il évoquait un couple sur une photo : “Mais je vous assure, je n’ai pas demandé à ce [type] de se mettre là !”, ou quelque chose comme ça… La photo est certes assez médiocre, mais elle n’en reste pas moins surprenante, chose à laquelle j’ai finalement donné la priorité.

Prendre des photos, on y prend vite goût. Au départ, je ne photographiais que des gens. De loin, de près, de très près, en couleurs, en noir et blanc,  avec différents effets… Et puis, au fur et à mesure je me suis mise à m’émerveiller de chaque chose que je voyais, et à prendre tout et n’importe quoi en photo ! Je photographiais justement quelque chose qui n’avait à priori aucun rapport avec notre projet, et voilà qu’au bout du “tunnel”, un mec se pointe, et qui plus est, d’aussi loin que nous puissions le voir, il semble taper la pose ! Tout converge vers lui, pourtant si petit, mais qui adopte l’attitude d’une star comme semblent l’indiquer les lignes de fuites : regardez vers là-bas, au fond ! A croire que l’objectif était capté par lui…

Sarah Vasseur.